Dialogue avec les jihadistes: les FPR-Mali s’indignent des propos de Le Drian

Quelques heures après sa visite, les propos du ministre français des Affaires étrangères continuent de susciter de vives réactions au Mali. Cela, à l’image des Forces patriotiques pour la refondation du Mali (FPR-Mali), qui dans un communiqué rendu public lundi après-midi, rappellent que la négociation avec les djihadistes est une recommandation nationale du peuple malien donc une recommandation souveraine à travers le DNI et la concertation nationale organisée par le CNSP. « Le Mali ne fonctionnera pas par le bon vouloir de la France, mais plutôt le bon vouloir du peuple malien dans le respect des partenariats gagnants-gagnants à travers le respect mutuel », peut-on lire dans le Communiqué.

 

Communiqué des forces patriotiques pour la refondation du Mali (FPR-Mali) relatif à la visite du ministre français des affaires étrangères Jean Jean-Yves Le Drian,

Les FPR-Mali souhaitent la bienvenue au ministre français des Affaires étrangères au Mali.
Pour les FPR-Mali la France est un partenaire important pour le Mali dans la résolution de la crise multidimensionnelle tout comme l’Algérie et les autres pays du conseil de sécurité des Nations unies sans oublier les pays du G5 Sahel.
Les FPR-Mali rappellent au ministre français des Affaires étrangères que les mouvements populaires qui ont occasionné le départ du président Ibrahim Boubacar Keita ne visent pas le maintien du Mali dans une néocolonisation, mais plutôt une libération totale et définitive des relations incestueuses compromettant l’existence de notre territoire.
Ces mouvements populaires imposent un changement du destin de la République du Mali à travers une refondation profonde et effective aboutissant à la 4e république de restauration de nos valeurs.
Les FPR-Mali rappellent que la négociation avec les djihadistes est une recommandation nationale du peuple malien donc une recommandation souveraine à travers le DNI et la concertation nationale organisée par le CNSP.
Les FPR-Mali s’indignent contre les propos du ministre français des affaires étrangères dictant son bon vouloir aux autorités maliennes à ne pas négocier avec les djihadistes.
Nous rappelons que le Mali ne fonctionnera pas par le bon vouloir de la France, mais plutôt le bon vouloir du peuple malien dans le respect des partenariats gagnants-gagnants à travers le respect mutuel.
Ces propos du ministre français des affaires constituent un mépris ou une ignorance de la souffrance du peuple malien.
Les FPR-Mali rappellent que c’est par négociation avec les djihadistes que la France est toujours parvenue à libérer ses otages et pourquoi ne pas laisser le Mali négocier pour libérer son territoire ?
Les FPR-Mali rappellent aussi au ministre français des Affaires étrangères que le Mali est en train de vivre aussi de l’incompétence et de l’incapacité des forces barkhanes à jouer pleinement leurs rôles dans le cadre de l’accord de coopération en matière de défense entre la France et le Mali.
Les FPR-Mali sont plutôt favorables à la relecture de cet accord de coopération en matière de défense entre le Mali et la France pour un retrait définitif des basses militaires françaises à Tessalit et à Gossi.
Les FPR-Mali souhaitent un accord technique de coopération militaire n’autorisant pas l’armée française à intervenir sur les théâtres d’opérations militaires, mais qui se focalise sur la formation comme ce fût le cas avec l’accord technique de coopération en 1985.
Les FPR-Mali invitent le ministre français des Affaires étrangères à s’inscrire dans la logique que le Mali est en guerre, mais le Mali demeure un pays indépendant.
Les FPR-Mali invitent le peuple à soutenir les autorités politiques de la transition contre la prédation politique coloniale.
Les FPR-Mali invitent les autorités militaires à s’engager dans la voie de la négociation avec les djihadistes et dans toutes autres voies pouvant aboutir à la résolution de la crise au Mali.
Les FPR-Mali invitent l’ensemble des forces patriotiques à se mettre ensemble pour sauver notre chère patrie contre les pratiques néolibérales.
Bamako le 26 Octobre 2020
Aboubacar sidick Fomba président du parti ADEPM et porte-parole des FPR-Mali

Source : INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *