Diallo Fatoumata Sako à L’Aube : « Notre vœu, c’est de fêter Ramadan avec ATT à Bamako »

Point d’exception chez Mme Diallo Fatoumata Sako dite Djina à propos du président Amadou Toumani Touré. A l’instar de la majorité des Maliens, son vœu le plus cher et le plus ardent aujourd’hui, est que « le président ATT soit auprès de NOUS, ses amis des premier et dernier cercles, pour le mois de carême, et que nous allions le saluer pour la fête de Ramadan chez lui à la Base, au mois de juillet ». La secrétaire nationale chargée des relations extérieures et internationales, des relations avec les partis, institutions et associations et des Maliens de l’extérieur du Comité Directeur National du Parti pour le développement économique et la solidarité (Pdes) l’a confié à notre reporter dans une interview dans laquelle elle évoque également la conférence régionale de Mopti du Pdes, la marche de l’Opposition du 21 mai, de l’appel de Baguinéda du président IBK. « Djina » se prononce enfin sur la situation actuelle du pays.

 Fatoumata Sako secretaire parti pdes

L’Aube : Le PDES vient de tenir sa conférence régionale de la 5è région à Mopti, ville du président Amadou Toumani Touré. Cette conférence avait sans doute une importance particulière pour votre parti. Est-ce que vos attentes ont été comblées ?

Diallo Fatoumata Sako : Il est évident que l’étape Mopti avait  une importance capitale  pour notre Parti le PDES pour les raisons que vous venez d’évoquer; Mopti c’est SUDU BABA, la Cité du président ATT.

Nous avons été comblés au-delà de nos attentes et ce que nous avons vu et vécu à Mopti est au-delà du réel.

 Personnellement, quelle image forte retenez-vous de l’étape de Mopti ?

Comme tous les camarades du Comité Directeur National qui ont fait le déplacement, je suis fascinée, honorée et fière par ce que  les ressortissants de Mopti nous ont réservé, tant en termes  d’accueil spontané et fraternel mais aussi en exhibant avec une certaine humilité les liens indéfectibles francs et sincères  qui les lient à leur fils, frère et ami le président Amadou Toumani Touré.

J’ai été éblouie et touchée par ces milliers de gens qui, malgré notre arrivée nocturne, étaient parqués des 2 côtés de la route, de SOMADOUGOU jusqu’à l’hôtel KANAGA scandant  “ATT AN BÈ SA I NO FÈ”! (ATT, nous mourrons pour toi).

Je dis bien des milliers de gens parmi lesquelles des centaines de petits enfants sortis spontanément pour marquer leur sympathie à celui qui a toujours été un ami précieux pour eux, à savoir ATT.

J’ai aussi été agréablement surprise de rencontrer les délégués venus des 15 communes de Mopti et des différents cercles et de constater que nous avions encore des centaines de conseillers qui nous sont restés fidèles.

C’est le lieu pour moi de remercier  Monsieur Bathily, le Maire de Mopti pour son accueil cordial et chaleureux, les Honorables Ilias Gouro et Amadou Bocoum pour leur engagement sans faille, ainsi que tous les responsables du Parti. Merci à eux d’avoir fait de cette Conférence un véritable triomphe qui restera à jamais gravé dans les annales du Parti.

L’Opposition a organisé le 21 mai dernier une grande marche à Bamako pour dénoncer les dérives du régime. Pensez-vous que les Maliens vous ont suivis ? 

Si les Maliens nous ont suivis!!! Bien sûr que oui et je crois savoir que 70 000 personnes ont battu le pavé pour dénoncer les dérives du régime. Ce que beaucoup ne savent pas c’est que nous avons eu des problèmes avec les syndicats des Sotramas et c’est la veille que la commission d’organisation a dû recourir à un plan b.

Et malgré ces désagréments de dernière minute, la place de la Liberté était noire de monde depuis 7h30. Ce qui revient à dire que les militants et sympathisants des différents Partis Politiques de l’Opposition,  les représentants de certaines associations de la Société  Civile et le Malien lambda avaient décidé de se mobiliser coûte que coûte, vaille que vaille, pour exprimer leur ras-le-bol de la mal gouvernance qui caractérise le régime actuel.

Nous sommes une Opposition responsable et nous voulions cette marche apaisée et non violente, et c’est ce qu’elle fut, alors que  certains nous traitaient d’apatrides et nous accusaient de vouloir semer la désolation dans le pays.

 Le président IBK, lors du lancement de la campagne agricole samedi dernier, a rendu un vibrant hommage à ATT. Comment vous avez accueilli cette démarche du président de la République ?

J’étais en pleine Conférence à Mopti quand j’ai reçu plein de messages sur mon téléphone avec la transcription des déclarations du président IBK.

Comme vous le savez, ce n’est pas la première fois qu’il rend hommage, et à juste titre, à son Petit Frère le PATRIOTE, le SOLDAT DE LA DÉMOCRATIE. En son temps, nous avions salué ces témoignages et dithyrambes et nous avions pensé qu’il n’y avait ni intrigue, ni méchanceté entre les deux “frères”. Mais hélas. À chaque fois, s’en sont suivis quolibets et apostrophes qui nous ont décontenancés.

Je fonde l’espoir que cette fois-ci la sincérité est de mise et que le Grand Frère, Chef de l’Etat, président de la République ira chercher son jeune frère avec sa filleule et tout le reste de la famille pour les ramener au bercail. Cela n’est point difficile, car il dispose de pleins pouvoirs et d’un avion pour le faire.

Avez-vous des vœux à formuler pour le retour d’ATT et pour une réconciliation véritable des Maliens ?

Mon vœu le plus  cher et le plus ardent est que le président ATT soit auprès de NOUS, ses amis des premier et dernier cercles, pour le mois de carême. Je formule le vœu que nous allions le saluer pour la fête de Ramadan chez lui à la Base, au mois de juillet. Inch ‘Allah.

Le premier jalon de la grande œuvre de RECONCILIATION sera posé ce jour et ce sera le début de la rédemption et la résilience pour notre pays.

Quel regard jetez-vous sur la situation actuelle du Mali ?

Inutile de savoir lire dans le marc de café pour établir que le Mali est au bord du gouffre; la situation socio-politique est désastreuse et sur le plan sécuritaire, c’est la catastrophe. S’il est vrai que l’Etat est l’organisation politique et juridique  du pays, alors nous n’avons plus d’Etat depuis bien longtemps. Je ne reviendrais pas sur les problèmes actuels, car nous les avons assez dénoncés lors de notre marche du 21 mai, mais la situation du Mali actuel peut se résumer à ceci: ETAT NULLE PART, FAIBLESSE ET INSÉCURITÉ PARTOUT.

La mission première d’un Etat, c’est de garantir la tranquillité des citoyens. Quand il n’y a plus de pouvoir, c’est la rue qui le prend et l’exerce dans la violence. Dans le cas d’espèce du Mali,  ce sont les bandits armés et les groupes terroristes qui font la loi. Si le Gouvernement ne se ressaisit pas, nous allons droit vers le désordre social et qui dit désordre social dit chaos! Que Dieu nous en préserve.

Réalisée par Sékou Tamboura

Source : L’ Aube

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *