Devant IBK, Soumeylou Boubèye Maïga revient sur la nécessité de la révision constitutionnelle

Intégralité de l’allocution des vœux de nouvel an 2019 du Premier Ministre , Chef du Gouvernement Monsieur Soumeylou Boubèye Maiga à Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Keita , Président de la République, Chef de l’Etat.

Monsieur le Président de la République
Monsieur le Président de la République,
Par la grâce de Dieu, nous voici de nouveau rassemblés en ce lieu si symbolique de la République, pour vous présenter les vœux de Nouvel An du Gouvernement. Nous tenons tout d’abord à vous remercier de la confiance que vous avez accordée à notre équipe afin que soient pris en charge par elle des enjeux décisifs pour l’avenir de notre pays. Ces enjeux ont été identifiés par vous lors du Conseil des ministres du 14 septembre 2018 et ils structurent l’action gouvernementale autour de cinq axes :
– la gouvernance et les réformes institutionnelles ;
– la promotion d’une croissance inclusive ;
– le développement du capital humain et de l’inclusion sociale ;
– l’environnement, le changement climatique et le développement durable ; – la diplomatie, la coopération internationale et le partenariat.
Monsieur le Président de la République,
La concrétisation de votre projet de société « Notre Grand Mali avance » nous fait obligation de transformer et de servir le Mali. Transformer notre pays ne signifie pas aller à marche forcée vers des bouleversements qui ne seraient pas compris, et encore moins acceptés par nos concitoyens. Transformer notre pays ne signifie pas non plus réduire l’attention à accorder aux urgences que constituent la sécurisation du territoire national et la relance économique.
Transformer le Mali découle de deux constats irréfutables. Le premier est qu’il nous est absolument indispensable de porter remède dès maintenant et de manière durable aux carences institutionnelles et de gouvernance qui ont favorisé la crise politico-sécuritaire de 2012. Le second constat est que nous devons prévenir l’apparition de nouvelles fragilités socio-économiques, fragilités qui remettraient en cause les résultats déjà obtenus. Pour atteindre ces deux objectifs, il nous faut engager dès maintenant les importants chantiers qui maintiendront le Mali en tant que nation debout.
1

Monsieur le Président de la République,
Pour empêcher que ne se renouvellent les épreuves traversées, nous devons trouver en nous la lucidité et le courage d’établir des diagnostics sans complaisance, d’aller vers des réformes décisives et d’innover dans l’élaboration de solutions.

Parmi les réformes à faire aboutir, figure tout d’abord la révision constitutionnelle autour de laquelle il nous revient de bâtir un vrai consensus populaire. Le Gouvernement a aussi inscrit dans ses priorités la poursuite de la réorganisation territoriale, réorganisation qui prendra mieux en compte la diversité de notre pays. Car c’est de cette diversité qu’est né le vivre ensemble qui constitue la force et la fierté de la nation malienne.

Il nous faut donc revivifier ce qui constitue notre spécificité et surtout lui donner la possibilité de s’exprimer pleinement afin de ne pas permettre qu’elle soit pervertie en handicap. A cet égard, j’estime important de souligner que l’émergence d’une véritable gouvernance locale n’est pas en contradiction avec la préservation de l’indivisibilité et de l’unité du Mali. Contrairement à des préventions exprimées, la reconnaissance institutionnelle des identités territoriales fortifiera la nation plurielle qu’est la nôtre.
Monsieur le Président de la République,
D’un côté, la solidité de notre démocratie dépendra en grande partie de la capacité de nos territoires à faire prendre en compte au niveau national la vision qu’ils ont de leur devenir. De l’autre, la pérennité de notre redressement socio-économique sera fortement tributaire d’une plus grande implication des populations dans l’identification et dans la réalisation de leurs objectifs prioritaires de développement.
La mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger balise la voie à des évolutions institutionnelles qui peuvent être sans hésitation qualifiées d’incontournables et de majeures. C’est pourquoi elles figurent en bonne place dans les Programmes de Travail et d’Action du Gouvernement.

Monsieur le Président de la République,
Transformer le Mali, c’est également – et ainsi que je l’ai indiqué plus haut – innover dans les solutions apportées. Grâce à un ciblage précis des domaines à traiter et des populations bénéficiaires, le Programme Présidentiel d’Urgences Sociales a considérablement amélioré le quotidien de dizaines de milliers de nos concitoyens. Tout au long de l’année 2019, le Gouvernement préservera dans toutes ses actions le même souci de retombées rapides, positives et concrètes, la même démarche pragmatique, la même volonté d’apporter à nos compatriotes des raisons supplémentaires de croire en l’avenir.

Je ne reviendrai pas sur ces actions dont les détails ont été donnés lors de la cérémonie des Cent jours de votre deuxième mandat. Mais je tiens à rappeler tout particulièrement que, conformément à vos instructions, le Gouvernement renforcera de manière substantielle les initiatives entamées en faveur de l’employabilité aussi bien des jeunes diplômés que des jeunes ruraux.

Monsieur le Président de la République,
Transformer le Mali, c’est construire un pays nouveau. Un pays qui doit sortir plus fort et plus conquérant des épreuves subies. Un pays qui a foi en son destin et qui affiche ses ambitions à travers des projets emblématiques. Comme le Programme Présidentiel de la Rénovation urbaine de Bamako qui renforcera notre capitale dans sa position de hub régional. Comme le maintien de nos efforts budgétaires en faveur de l’agriculture et de l’investissement. Comme l’optimisation des échanges avec les pays voisins et la promotion des zones économiques spéciales. Comme l’encouragement explicite apporté à l’entreprenariat jeune et féminin dont certains représentants développent déjà de remarquables initiatives.

Monsieur le Président de la République,
La réalisation du projet de société « Notre Grand Mali avance » exige que l’équipe gouvernementale serve notre pays avec une totale abnégation et un investissement de tous les instants. Face à l’ampleur et à la complexité des tâches à accomplir, l’Exécutif a un devoir d’exemplarité. Il nous revient de restaurer la confiance des citoyens en l’action publique en cultivant la proactivité, en bannissant l’impunité des mœurs administratives et en fortifiant l’autorité d’un Etat impartial et secourable.

Nos principes de travail sont clairs. Dans la conjoncture que continue d’affronter notre pays, un équilibre est à observer par nous entre l’indispensable écoute, la nécessaire pédagogie et l’incontournable fermeté. Nous nous attacherons à respecter le recours à ces trois principes dans le traitement de tous les grands dossiers de la Nation, qu’il s’agisse de la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation, du rétablissement de l’apaisement dans le Centre du Mali ou de la restauration de la cohésion sociale.

Monsieur le Président de la République,
Permettez-moi de saluer une fois de plus les partenaires qui, dès les premières heures de la crise de 2012, se sont impliqués dans la sauvegarde de notre pays. Permettez-moi également de leur exprimer le souhait du Gouvernement du Mali de les voir aujourd’hui dépasser le traitement des priorités immédiates pour accompagner le Mali dans des projets sur la durée. Comme vous l’indiquez si justement et à plusieurs reprises, notre nation est aujourd’hui une digue. Il fait en effet barrage à un danger terroriste dont il convient de ne pas sous-estimer la dimension.
Il faut donc non seulement soutenir notre pays dans son combat en première ligne, mais également l’aider à éradiquer le péril par des actions autres que sécuritaires. Le rétablissement et la préservation de la paix dans le monde, la gestion de la sécurité globale de la planète ont fait apparaître de nouveaux impératifs de solidarité et d’entraide auxquels nulle nation ne devrait se soustraire. Fort heureusement, cette conclusion est unanimement partagée par tous les chefs de gouvernement amis venus en terre malienne ces dernières semaines.

Monsieur le Président de la République,
Les actions programmées par l’équipe gouvernementale feront certainement dire à certains que nous avons établi un catalogue de vœux pieux. Qu’à cela ne tienne. Je rappellerai qu’un commentaire identique avait accueilli en début 2018 l’engagement pris par le Gouvernement d’exécuter la mission principale que vous lui aviez assignée, à savoir l’organisation à bonne date d’élections transparentes, crédibles et apaisées. Pour paraphraser une expression bien connue des amoureux du sport, la présidentielle de 2018 a constitué pour nous (si vous m’autorisez l’expression) un «challenge référence ». Et nous avons remporté ce challenge.
La réussite de l’élection présidentielle est pour nous un précieux acquis. Elle justifie notre optimisme en l’avenir, car elle démontre à suffisance que notre pays recèle en lui des ressources insoupçonnées. Notre devoir en tant que Gouvernement est de libérer ces ressources, de faire garder à nos compatriotes leur confiance en eux-mêmes et leur confiance en l’Etat.

Ainsi – et seulement ainsi – sera préservée l’extraordinaire aptitude malienne à surmonter les adversités.

Monsieur le Président de la République,
Notre peuple vous a renouvelé sa confiance, vous sachant profondément attaché à la grandeur de notre Nation et au mieux-être des filles et des fils de ce pays. Je puis vous assurer que le Gouvernement fera siennes les ambitions que vous nourrissez pour le Mali.

A cet égard, je voudrai proposer à votre attention cette remarquable citation de l’écrivain français Victor Hugo, citation qui résume la ligne de conduite à laquelle vous n’avez jamais dérogé, même dans les moments les plus difficiles. Je cite « Tenter, braver, persister, persévérer, s’être fidèle à soi- même, prendre corps-à-corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu’elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête ; voilà l’exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise » (fin de citation).

Monsieur le Président de la République,
Permettez-moi au nom de tout le Gouvernement de vous adresser pour l’année 2019 nos vœux les plus sincères de bonne santé, de bonheur et de prospérité, à vous-même, à votre famille, à tous ceux qui vous sont proches et chers ainsi qu’à vos collaborateurs.

Que le Tout Puissant vous inspire et vous guide dans vos décisions. Qu’Il préserve en vous le don de soi, la persévérance et la pondération que vous démontrez dans l’exercice de votre charge.

Je vous remercie de votre attention.

Présidence de la République

Source: Koulouba.com

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *