Deuxième session ordinaire du Haut Conseil des collectivités : L’honorable Mamadou Satigui Diakité rassure

Le Haut Conseil des Collectivités respecte la tradition par l’ouverture de sa deuxième ordinaire, lundi 7 novembre dernier. L’occasion a été bonne pour les conseillers nationaux de reconnaître sa participation active et remarquable aux chantiers de développement du Mali.

 Régionalisation decentralisation autonomie gouvernorat agents elus collectivité territorialeCe lundi 7 novembre s’est ouverte la deuxième session du Haut Conseil des collectivités du Mali, en présence  massive des membres du gouvernement avec à leur tête, le premier ministre Modibo Kéita et les représentants des institutions accréditées auprès de notre pays, du représentant du président de la République  dans le processus des Accords d’Alger Mahamadou Diagouraga, des présidents des institutions de la république et des associations faitières des collectivités territoriales, des représentants des partenaires techniques et financiers, des représentants de la société civile et de autorités coutumières et légitimités traditionnelles, du Gouverneur du district et du maire du district dans la salle de maison des collectivités dans l’enceinte de l’institution.

Cette deuxième session placée sous le thème « Les collectivités territoriales du Mali au service de la paix et de la réconciliation » prônées par les accords d’Alger.

Avant l’annonce du discours de son président l’honorable Mamadou Satigui Diakité, le rôle de l’institution a été rappelé par le maitre de la cérémonie le chargé de communication de l’institution, « Le Haut Conseil des Collectivités est l’une des 08 institutions de la République du Mali. La Constitution du 25 févier 1992 lui consacre son titre XII.

L’institution a pour mission d’étudier et de donner des avis motivés sur toute politique de développement local et régional. Aussi, il peut faire des propositions au Gouvernement sur toute question concernant la protection de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie des citoyens à l’intérieur des collectivités. Dans la même direction, le Gouvernement est tenu de déposer un projet de loi conforme dans les 15 jours de sa saisine sur le bureau de l’Assemblée Nationale.

Le Haut Conseil des Collectivités à travers les Conseillers Nationaux assure la représentation nationale des Collectivités de la République. Les membres du Haut Conseil des Collectivités portent le titre de conseillers nationaux. Les Conseillers Nationaux sont élus au suffrage indirect. Chacune des 08 régions du Mali, y compris le District de Bamako en élit 08 (huit). Les maliens de l’extérieur sont représentés au niveau de l’institution par 03 (trois) membres de leur Conseil et siègent parmi les 75 Conseillers Nationaux élus pour un mandat de 5 ans.

Le mode d’élection des Conseillers Nationaux est identique à celui des Sénateurs en France. Le Haut Conseil des Collectivités tient deux sessions ordinaires par an sur convocation de son Président. La première débute le 1er lundi du mois de mai et la seconde, le premier lundi du mois de novembre. La session dure 30 jours francs durant lesquels les Conseillers sont couverts par une immunité. Les séances sont publiques. Notons que le Haut Conseil des Collectivités ne peut convoquer une session extraordinaire.

Aussi, le Président de l’Assemblée Nationale  et celui du Haut Conseil des Collectivités peuvent convoquer une session commune de 15 jours regroupant les députés et Conseillers Nationaux avec comme ordre du jour un problème local et régional d’intérêt national selon l’article 105 de la constitution du 25 Février 1992. L’institution veille sur  la décentralisation. Il  n’est ni un Sénat encore moins un Conseil Economique et Social. Le HCC du Mali entretient des relations d’amitié avec plusieurs Sénat. »

Dans son discours d’ouverture de session, le Président du Haut Conseil des Collectivités, Mamadou Satigui Diakité, a salué et remercié la présence massive du gouvernement qui témoigne , s’il en était besoin, de l’adhésion et de l’engagement total des autorités politiques et administratives, de la société civile et des partenaires techniques et financiers à nos cotés, pour la bonne exécution des missions à nous confiées par la constitution.

Selon son président, le Haut Conseil des Collectivités a travaillé et continue de travailler sans relâche à l’atteinte de ses objectifs.  Il a mis l’accent sur la participation remarquable de son institution aux chantiers du développement et s’en est acquitté.

Au-delà de ses activités quotidiennes, a-t-il souligné, son institution s’est engagé sur un certain nombre de chantiers pour ne citer l’un des plus importants l’élaboration d’un projet de charte de l’environnement au Mali, dont la réflexion à travers des ateliers suit son cours pour l’aboutissement de ce challenge, la journée de plaidoyer auprès des honorables conseillers nationaux en faveur de la lutte contre la tuberculose, une maladie qui continue malheureusement à faire des ravages au sein de nos populations, la participation remarquée du Haut Conseil des Collectivités au lancement de la deuxième édition de l’opération de reboisement financée par la Fondation Mali Vert à Tienfala et N’Gabakoro Droit que lui-même a parrainé.

Dans le cadre de la promotion du civisme au Mali, l’institution a participé activement à l’édition des vacances citoyennes dont les activités de la dernière semaine se sont déroulées à Yanfolila il assurait le parrainage, au nom des conseillers nationaux, le président de l’institution Mamadou Satigui Diakité a salué la mise en place des autorités intérimaires qu’il qualifie d’une véritable avancée face aux formes de délégations spéciales.
Il a rassuré le Premier Ministre Modibo Kéita de la partition de son institution quant à la diffusion et à l’appropriation de ce concept par les populations.

Les conseillers nationaux et les cadres du ministère de la décentralisation ont sillonné l’ensemble du territoire avant de remercier les services de l’Etat et les partenaires techniques qui n’ont ménagé aucun effort pour l’accomplissement de cette mission, a-t-il précisé. Ce qui traduit l’engagement de son institution  dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation, issu du processus d’Alger. Mieux, le Haut Conseil des Collectivités se trouve en première ligne  quant à l’application de toutes les décisions institutionnelles qui vont dans ce sens, a souligné l’honorable Diakité.

Et cette même assurance a été donnée au Haut Représentant du Président de la République, et au Ministre de la Réconciliation  nationale lors des audiences qu’il a accordées au siège de l’Institution. Il affirme avoir été à Dakar sur l’invitation de son homologue Sénégalais à l’occasion de l’installation du Haut Conseil des Collectivités de ce pays.

Il a salué les autorités Sénégalaises pour l’accueil qui lui ont réservé. Il n’a occulté aucun sujet  de l’heure concernant la sécurité, il en avait fait appel lors de la clôture de la première session en mai dernier, à l’union sacrée regroupant tous les fils du pays pour vaincre toutes les formes de violence, le banditisme de grand chemin, la circulation et la prolifération des armes légères, le terrorisme sous toutes ses formes.

Cet appel à la vigilance reste encore d’actualité, a-t-il rappelé le président compte tenu de tous ceux que nous avons vécu ces derniers jours à Bamako et environs. Il dira que son institution, quant au plaidoyer aux Nations Unies du premier ministre s’il en a été abouti à l’élargissement  des missions de la Minusma, souhaite voir ses capacités d’action renforcées dans un bref délai.

Selon Mamadou Satigui Diakité, le HCC déplore la perte des militaires maliens et onusiens engagés dans la lutte contre les ennemis de la paix. Tout en ayant une pensée pieuse pour tous ceux qui sont morts sur le chantier de l’honneur, le HCC adresse ses sincères condoléances aux familles endeuillées et souhaite prompt rétablissement aux blessés. Au nom de toute l’institution, il a salué l’initiative présidentielle relative à la réforme de l’outil de défense militaire.

Avec l’adoption de la loi d’orientation et de programmation militaire, nos forces armées seront dans toutes les conditions pour faire face à leur mission régalienne du territoire, a-t-il indiqué. Dans le cadre de la coopération transfrontalière, il ajoute que le HCC, dans sa quête permanente de paix et de quiétude, salue la sagesse qui a prévalu pour la réconciliation entre les frères maliens et ivoiriens, suite aux violents affrontements autour de l’exploitation des ressources naturelles survenus à Fakola, dans le cercle de Kolondiéba.

Au terme d’une rencontre qui avait regroupée, en terre ivoirienne de Kayasso, les autorités des deux pays, se fondant sur le concept de « pays frontaliers », ont donné une leçon vivante de règlement pacifique de conflit. Quant à son institution rassure le premier ministre qu’elle apprécie les efforts du gouvernement pour les réformes politiques et institutionnelles initiées, entre autres : l’adoption d’une nouvelle loi électorale, la nomination et l’installation des gouverneurs des nouvelles régions (Ménaka et Taoudéni), l’installation du groupe de travail chargé de la relecture de la Constitution et la récente nomination des membres des autorités intérimaires.

Dans le cadre de la promotion de la femme, au nom de l’institution, il a salué la détermination du président de la République  Ibrahim Boubacar Kéita, ce qui se traduit notamment par le vote de la loi sur le genre, la mise à disposition d’un fonds substantiel pour l’autonomisation des femmes maliennes et tout dernièrement un appui moral et financier aux femmes candidates aux prochaines élections municipales dont le HCC s’en réjouit de l’annonce faite par le président de la République, soucieux du retour de la paix et de la stabilité dans le pays, de la tenue avant la fin de l’année en cours de la Conférence d’Entente Nationale.

Cette promesse est en cours de se réaliser par la nomination de M Baba Hakib Haidara, actuel Médiateur de la République, comme président de la Commission préparatoire de la Conférence d’Entente Nationale, en lui souhaitant plein succès dans ce nouveau challenge. L’institution rend un grand hommage aux autorités scolaires pour le bon déroulement de l’année scolaire passée et pour le succès enregistré à l’occasion de la nouvelle rentrée scolaire, affirme-t-il.

Il dira que l’ouverture des salles de classes à Kidal, le 15 octobre dernier, longtemps attendue, mérite un suivi rigoureux de toutes les parties prenantes singulièrement les parents d’élèves. « Nous avons foi en la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a déclaré au premier ministre, en son rétablissement durable et en la présence de l’Etat dans toutes les zones mises en question par des faits d’insécurité.

A deux mois du sommet Afrique -France qui se tiendra à Bamako, qu’il salue tous les efforts consentis par les uns et les autres pour rendre notre capitale attrayante et accueillante, a-t-il martelé. En cours de campagne qu’il exhorte les élus municipaux à être plus proches de populations afin de leur faire comprendre l’enjeu qui mettra le Mali au centre du monde.

Cette session qui va durer jusqu’au 6 décembre prochain au cours de laquelle le projet d’ordre du jour sera traité comportant la relecture du règlement intérieur de l’institution, l’étude des dossiers transmis par le gouvernement pour avis et les questions diverses, cependant l’honorable Diakité invite à plus d’assiduité et de concertation pour apporter aux débats des contributions utiles et constructives, avant de déclarer  ouverts les travaux de cette deuxième session ordinaire de l’année2016.

Moctar Fofana

Source: Le Forum

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *