Défaillance dans la communication présidentielle : A qui la faute ?

Dans la gestion de la crise du nord comme dans l’achat du nouvel avion de commandement, en passant par l’article du journal français « Le Monde », la communication gouvernementale n’a été que lamentable. IBK, lui-même le reconnaît. Critiques pervers, mensonges ourdis, fuite en avant ou menaces, en somme, c’est ce qui a prévalu dans la communication du gouvernement sur des questions aussi sensibles que vitales au moment où les Maliens attendaient de lui des réponses claires et convaincantes. Le constat est alarmant et pathétique.

 IBRAHIM BOUBACAR KEITA IBK president malien sommet union africaine addis abeba ua

Que n’a-t-on pas dit et entendu de la gestion du pouvoir du Président IBK et de sa relation avec Michel Tomi depuis la parution de l’article du journal « Le Monde ». Tout a été dit. En effet, il a suffi seulement 8 petits mois de règne pour que les Maliens commencent à émettre des doutes, voire même à désespérer de la gestion du pouvoir du Président IBK. En clair, le nouveau pouvoir a été malmené et déshabillé sur la place publique.

D’où vient le problème ? Lors d’une interview qu’il a accordé à notre confrère « Jeune Afrique », IBK a fini par l’avouer. « La communication du gouvernement a été lamentable », a-t-il craché. En effet, dans cette interview, le Président de la République a reconnu, sans détour, l’une des faiblesses de son pouvoir.  Mais, qui en est le responsable ?

Le Président ne l’a pas dit. De toute vraisemblance, en levant le voile sur cette faiblesse de son gouvernement, l’intention du Président IBK est assez claire.  « Il veut se blanchir dans cet échec, dont il est la cause», explique un proche collaborateur du Président.  Avant de dire que s’il y’a un fautif dans la pollution de la communication de son régime, que « c’est bien IBK lui-même.» « Ilne fait rien pour améliorer la qualité de la communication de son gouvernement », ajoute-il.

Le hic, poursuit le proche du Président, c’est qu’il parle trop, sur n’importe quoi et même à la place des autres au moment où les Maliens attendent de lui des actes concrets. En témoigne ses nombreuses sorties contre ses détracteurs.

En clair, incapable d’apporter des arguments convaincants et concluants aux préoccupations de ceux-ci, le Président ne fait que dribler le fond du débat pour s’empêtrer dans des justifications qui ne tiennent pas débout. C’est dire donc que c’est IBK lui-même qui a massacré sa communication en acceptant de répondre à ses détracteurs.  Et le pire dans tout ça, c’est qu’il ne leur donne pas aussi une satisfaction sur leurs préoccupations. C’est-là toutes  les difficultés de la communication du gouvernement d’IBK.

                                               Youssouf Z KEITA

Source: Lerepublicainmali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *