DECRISPATION POLITIQUE : Un gouvernement d’union nationale en gestation

Le Premier ministre, Soumeylou Boubeye Maïga, soutenu dans sa démarche par le président du Rassemblement pour le Mali (RPM), Bokary Tréta, est en passe de réunir un grand coup politique : réunir l’opposition et la majorité dans un seul gouvernement. De sources sûres, un remaniement est prévu avant la fin de ce mois aux fins de mettre en place un gouvernement d’union nationale.

Miracle, utopie ou rumeur ? Pour l’heure tout laisse croire que le Mali connaîtra bientôt un chamboulement politique. Les signaux sont aux verts pour le Premier ministre SBM qui, depuis plusieurs semaines, tente de fédérer l’ensemble de la classe politique malienne derrière le président IBK, mais toujours sans succès.

C’est en début de semaine dernière, selon nos informations, qu’il a pu trouver la stratégie pour réussir son pari. A travers un consensus « secret » avec quelques barons de l’Adéma/PASJ et du RPM, le PM est sur le point de convaincre le chef de file de l’opposition, l’honorable Soumaïla Cissé, son parti, l’Union pour la République et la démocratie (URD) et ses autres alliés.

C’est dans ce cadre que Dr. Bokary Tréta a été reçu le jeudi 17 janvier 2019 par son homologue de l’URD, Soumaïla Cissé. Pour la circonstance, Dr. Tréta était accompagné d’une forte délégation composée du président de l’Assemblée nationale du Mali, l’honorable Issiaka Sidibé, et d’autres membres influents de la majorité dont l’honorable Mamadou Diarrassouba, l’ancien ministre Ousmane Koné, etc.

Entre le président de l’URD et chef de file de l’opposition, Soumaila Cissé, et ses hôtes, les échanges ont porté sur la décrispation de la situation sociopolitique.

L’objectif de cette rencontre était, officiellement, de renouer le dialogue politique pour la bonne marche de la démocratie. « Nous avons décidé de mettre en place une commission paritaire qui va faire des propositions sur un cadre de travail, les défis du pays pour aboutir à des recommandations. La décrispation de la situation sociopolitique de notre pays est une nécessité. Nous avons convenu avec l’URD de prendre notre responsabilité. Mais il y a des questions qui ne peuvent pas être discutées sans le président de la République », a déclaré le tisserand en chef, Dr. Bokary Tréta, annonçant d’autres cadres dans un bref délai.

Heureux, l’honorable Cissé a félicité cette initiative. Après avoir reconnu la situation difficile du pays, il a bien accueilli la volonté du parti au pouvoir de multiplier ces genres de cadres d’échanges et de partage sur la vie de la nation.

Dialoguer pour quelle finalité ?

Selon nos informations, cette rencontre URD-RPM n’est qu’une prémice de la volonté affichée des deux camps à se retrouver afin de faire face aux crises qui freinent le développement du pays. « Les efforts du PM vont bientôt payer. Politiquement, il parvient à redresser la barre, car avec cette première rencontre, il décrispe la situation tendue avec l’opposition », souligne un conseiller du président de l’URD. Malgré la réticence de l’opposition à participer à un gouvernement d’union nationale, notre interlocuteur indique que cette décision ne sera bientôt revue.

« C’est une possibilité. Le pays sombre et nous ne pouvons plus laisser notre héritage commun à ces gens (majorité) qui n’ont plus de solutions. Il faut les appuyer ou périr avec eux. Voilà les raisons qui nous poussent vraiment à voir comment faire pour soutenir le président IBK ? C’est compliqué, mais pas impossible, car en tant que grands hommes, héritiers d’une grande civilisation, nous devons mettre le Mali au-dessus de nos egos », commente-t-il.

De l’autre côté à Koulouba et à la Primature, les consultations auraient déjà commencé pour la mise en place d’un gouvernement d’union nationale.

Nous y reviendrons.

Salimata Tangara

Le Focus

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *