Décrispation et apaisement du climat politique et social au mali : La CEDEAO confiante en le Président IBK

Au-delà des questions terroristes, des conflits inter-communautaires, de la monnaie unique, la 55e Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO a salué les actions du Président Ibrahim Boubacar Kéïta pour ses efforts dans la décrispation du climat politique et sociale au Mali. «La conférence a retenu que l’Accord politique de gouvernance, signé le 2 mai, est une grande avancée. La conférence des Chefs d’Etat ont encouragé le Chef de l’Etat S.E. IBK à poursuivre ses initiatives pour la décrispation et l’apaisement du climat social et politique», a précisé le Ministre Baber Gano.

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a pris part à la cinquante cinquième Session ordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. La cérémonie solennelle d’ouverture était placée sous la présidence de Son Excellence Mouhamadou Buhari, Président du Nigeria et Président en Exercice de la CEDEAO, en présence effective de tous les Chefs d’Etat de la Région et des Représentants de l’UEMOA et des Nations Unies.

Cette session intervient dans un contexte sécuritaire et de paix particulièrement difficile, où la situation est caractérisée par une recrudescence des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires ainsi que l’augmentation du nombre de Réfugiés et de Déplacés internes entre décembre 2018 et fin mars 2019 au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nord du Nigeria.

Pour ce faire, après ses mots de bienvenue à ses pairs et à tous les participants, le Président sortant de l’organisation sous-régionale, Mouhamadou BUHARI du Nigéria, est revenu sur les défis à relever dans la Sous-région, notamment celui de paix, de sécurité et de développement. Il s’agit pour les Présidents des pays de l’Afrique de l’Ouest de conjuguer leurs efforts pour apporter des réponses concrètes à ces défis multiples.

Mahamadou Buhari dira aussi que le terrorisme gagne du terrain, d’où l’urgence de le stopper. Il propose à ses pairs d’adopter une stratégie commune et intensifier les actions du développement. «Pour cela, nous renforcerons nos actions et nos ressources en vue d’une réaction plus efficace, pour protéger nos citoyens et sécuriser notre espace commun », a-t-il déclaré.

Concernant le Programme de la monnaie unique de la CEDEAO, Mahamadou Buhari a souligné les actions en cours pour la mise en œuvre des activités de la feuille de route qui permettra de finaliser les travaux sur le régime de change, le cadre des politiques monétaires, le modèle de la future Banque Centrale Régionale, le nom et le logo de la future monnaie unique de la CEDEAO.

« Les efforts seront maintenus à ce niveau pour l’accélération des activités de la feuille de route devant conduire à la mise en place de la monnaie unique», a indiqué le Président Buhari.

Pour sa part, le Président de la commission de la CEDEAO, Jean Claude Kassi Brou, a appelé à un sommet extraordinaire exclusivement dédié à la lutte contre le terrorisme. Le Burkina Faso se propose d’accueillir ledit sommet. Ainsi, a-t-il soutenu : «Au plan de financement de la lutte contre cette insécurité, sur le Budget des Etats membres, la situation a atteint des niveaux qui compromettent les équilibres financiers nationaux et le financement du développement économique et social. Compte tenu de la nature transfrontalière du phénomène et de son impact négatif sur les Etats membres et la communauté dans son ensemble, la réponse régionale, nous devons nous l’apporter aussi besoin de tous nos partenaires de la Communauté internationale ».

Après l’ouverture des travaux, lors du huis clos, les Chefs d’Etat et de Gouvernements se sont penchés sur l’ordre du jour qui porte sur l’adoption du Rapport intérimaire 2019 de la CEDEAO, le Rapport final de la 42e Session du Conseil de Médiation et de Sécurité et du Rapport de la 82e Session du Conseil ordinaire des Ministres de la CEDEAO. Également, seront discutés les Rapports spéciaux notamment sur la situation politique en Guinée-Bissau, le Rapport sur la monnaie unique de la CEDEAO, l’élection du Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO, la date et le lieu de la 56e Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO et les divers.

La Délégation malienne, conduite par Chef de l’Etat, comprenait le Ministre Baber Gano de l’Intégration Africaine ; le Ministre Délégué auprès du Premier Ministre Chargé du Budget ; du Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République (Moustapha Ben Barka) ; du Conseiller Spécial du Président de la République en charge des questions économiques et financières et du Chef d’Etat-major Particulier du Chef de l’Etat.

Situation sécuritaire au Mali

Dans son intervention, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a évoqué la situation générale au Mali notamment les aspects sécuritaires, le dialogue politique inclusif, la situation au Centre du pays et la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements a salué le leadership du Président Keïta, dans ses efforts constants de recherche de la paix, de la sécurité et du développement du Mali à travers notamment la signature, le 2 mai 2019, de l’Accord politique de gouvernance entre le Gouvernement du Mali et les forces politiques et sociales.

IBK salué par ses pairs de la Sous-région

La conférence a encouragé le Président IBK à poursuivre ses initiatives pour la décrispation et l’apaisement du climat politique et social du Mali.

La conférence a aussi apprécié l’initiative du dialogue politique inclusif que les autorités maliennes s’apprêtent à organiser. Elle a apprécié les grandes avancées enregistrées par les Hautes Autorités dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.

S’agissant de la situation sécuritaire au Centre du pays , la Conférence a encouragé encore l’initiative du Président de la République de nommer un Haut Représentant pour le centre du Mali en charge désormais de gérer les questions de médiation et de paix dans cette partie du Mali en proie, ces derniers temps, à des multiples attaques et violences atroces sur les populations civiles. La Conférence a qualifié le Mali de bon élève de la CEDEAO.

Des décisions et recommandations

A l’issue du rendez-vous d’Abuja, les Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO ont pris un certain nombre de décisions et ont fait des recommandations. Les Chefs d’Etat et de Gouvernements de la Conférence, à travers la Commission du Conseil des Ministres de médiation et de sécurité a adopté 3 mémorandums dont la politique sécuritaire régionale.

S’agissant de la monnaie unique qui est un projet de la CEDEAO depuis des années, à défaut de critères de convergence entre les Etats de la Région pour passer à la monnaie unique, une démarche graduelle sera en vue à l’horizon 2020. Les pays déjà prêts vont passer à la monnaie unique et les autres pays intégreront au fur et à mesure qu’ils seront prêts.

Des prix de l’excellence

En reconnaissance au mérite des hommes et des femmes de dignité et de valeur humaine, la Commission de la CEDEAO a décerné trois prix dont celui de l’Excellence 2018 (20.000 dollars américains, une plaque d’honneur et un certificat de reconnaissance) décerné à titre posthume à Koffi Annan, ancien Secrétaire Général de l’ONU pour ses actions et son investissement dans les activités de la CEDEAO dans le cadre de la promotion de l’intégration dans l’espace.

La Nigériane Dr Ameyo Adadevoh qui, par son diagnostic et ses décisions, a contribué à freiner le démarrage d’une épidémie de la maladie à virus Ebola au Nigéria, a également reçu, à titre posthume, le prix du Citoyen de la CEDEAO (20.00 dollars américains, une plaque d’honneur et une Attestation de Reconnaissance).

Dans la catégorie Art, le prix est revenu à la Sénégalaise Geneviève Acogny, pour ses chorégraphies (15.000 dollars US, une plaque d’honneur et une Attestation de Reconnaissance).

La cérémonie de clôture a été marquée par la Motion de remerciements, la remise du fanion au Président de la République du Niger, Mahamadou Issoufou, Président entrant de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO, et la lecture du communiqué final. Le Niger abritera, donc, la 56e Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernements de l’organisation sous-régionale.

Cyril ADOHOUN

Source: L’Observatoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *