Déclaration de politique générale du gouvernement Mara : Un très beau discours !

Le Premier ministre  Moussa Mara, a présenté aux honorables députés de l’Assemblée Nationale le mardi 29 avril dernier la Déclaration de politique général de son Gouvernement. Dans un discours de plus de deux heures, le PM a promis d’œuvrer pour une politique qui redonnera au Mali, sa fierté et sa dignité.

 

assemblee national deputes legislateurs bagadadji ousmane thiam issiaka sidibe

 

 

Mais, pour l’opposition, son document de près de 70 pages et avec peu de chiffres donne l’impression d’un gros colmatage. 

 
En effet, après une minute de silence à la mémoire des victimes de la crise que le pays vient de traverser, le PM Mara a entamé la lecture de sa longue déclaration de politique générale qui s’articule atour de six axes majeurs, dont la restauration de l’autorité de l’Etat et le renforcement des institutions, la résolution de la question du Nord, la réconciliation, la lutte contre la corruption, la relance économique.
Ainsi, il a énuméré, secteur par secteur, toutes les mesures qu’il entend prendre en vue d’appliquer une politique «qui va effacer des yeux et des mémoires de nos compatriotes les affres de la honte, de la peur, du désespoir, de l’inquiétude sur l’avenir du pays». Une politique «qui va redonner à notre pays sa dignité et sa fierté».
«Jamais dans notre histoire récente, les Maliens n’ont eu aussi peu confiance en eux-mêmes et en leur pays», a affirmé M. Mara. «Du militaire dépenaillé qui fuit devant l’adversaire, au jeune diplômé expert en trafics de tout genre, en passant par l’agent de l’Etat qui pille les faibles ressources de l’Etat à son seul profit, chacun veut tirer la couverture à lui, quitte à la déchirer, au détriment des plus faibles», a-t-il ajouté.
«Nous en avons été réduits à implorer l’aide des autres et à les applaudir quand ils nous sauvaient de nous-mêmes», a affirmé le Premier ministre qui a remercié «tous les amis du Mali» qui l’ont aidé à neutraliser en partie les groupes islamistes armés qui ont occupé le nord du pays pendant des mois en 2012.

 

 

«Faisons en sorte que plus jamais le Mali n’ait besoin de quelqu’un d’autre pour se protéger, se défendre et assurer sa sécurité. Relevons-nous et engageons-nous dans un grand élan de sursaut national pour réaliser ce dessein», a-t-il affirmé. «Tous ensemble, chacun en ce qui le concerne, nous avons la charge d’amorcer, d’organiser et d’encourager ce sursaut».
Le Premier ministre a en outre annoncé la mise en place d’un programme d’actions du gouvernement axé sur «le renforcement des institutions et l’approfondissement de la démocratie, la restauration de l’intégrité du territoire et la sécurisation des biens et des personnes, la réconciliation des Maliens, le redressement de l’école, la construction d’une économie émergente et la mise en œuvre d’une politique active de développement social».

 

De grandes réformes en vue !

Pour M. Mara, la Constitution du Mali, en vigueur depuis 1992, doit être révisée dans le cadre d’une série de mesures visant à améliorer le cadre démocratique, sans pour autant indiquer avec précision les points sur lesquels va porter la révision. Mais il a laissé entendre que celle-ci va chercher à renforcer le dispositif institutionnel et le cadre démocratique dans le pays.

 

Outre celle-ci, le Premier ministre a laissé entendre que: «nous engagerons rapidement d’importantes réformes du système et du processus électoral ainsi que des textes régissant l’activité des partis politiques », soulignant que «le Mali devrait plutôt tendre aujourd’hui vers de grands et forts partis politiques» tout en mettant fin à la transhumance politique.

Le Premier ministre Mara a évoqué la perspective d’une meilleure protection des opposants politiques dans le cadre d’un projet de statut de l’opposition dont l’inscription est envisagée dans la future Loi fondamentale du pays.

 

Il a aussi annoncé des réformes dans le secteur de la presse en vue de l’édification de grands groupes à capitaux privés et au renforcement de l’organisation de la profession avec une autorégulation forte.

 

Des réformes seront opérées dans les domaines de la sécurité et de la défense en dotant, notamment, l’armée de capacités de rapidité et de flexibilité devant lui permettre d’apporter des réponses armées et non armées aux menaces à l’intérieur et aux frontières.

«Avec la crise que nous venons de traverser, elle est essentielle, a souligné le PM Mara, qui a mentionné les deux lois de programmation militaire et de sécurité, pour lutter contre les trafics illicites, la drogue, le crime organisé, mais aussi le renforcement des moyens de la police, de la garde nationale et de la gendarmerie » ajoutant que des initiatives seront prises en vue de l’obtention de ces financements.

 

 

A noter qu’aucun secteur de la vie n’a été oublié dans ce discours de déclaration de politique générale du gouvernement Mara.

 

 

Mais, pour Mody N’Diaye, chef de file de l’opposition, et en attendant le vrai débat, cette déclaration de politique générale de près de 70 pages et avec peu de chiffres donne l’impression d’un gros colmatage.

 

Et à son collègue, le député URD de Ténenkou, l’honorable Amadou Cissé d’ajouter que  « la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre est un roman, c’est un rêve, une fiction  et donne l’impression qu’au Mali rien n’a été fait depuis 40 à 50 ans. »

Dieudonné Tembely

 

SOURCE: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *