Crise de colère d’Ibk à Bla : «On m’a toujours menti, mais j’ai tout découvert »

Décidément, tout a été fabuleux dans les cercles de la région de Ségou excepté celui de Bla. Dans cette ville, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta a dénoncé les mensonges qu’on lui raconte à longueur de journée. C’est ainsi qu’il a piqué une crise de colère ce vendredi 11 décembre à Bla.

ibrahim boubacar keita ibk president malien voyage region segou garde corps presidentiel securite foule jeunesse campagne

De Barouéli à Ségou et à Macina en passant par Niono, San et Tominian, IBK partageait la joie des populations. Car des réalisations ont été faites dans ces localités. Ses mots fétiches étaient  « Fabuleux et Quel bonheur». Mais à Bla, ces mots  ont disparu. Pour cause, la population était contente de rencontrer son président. Pas parce que quelque chose  a été fait, mais pour lui exprimer son désarroi. Arrivée aux environs de 10h, les enfants, jeunes et vieux ont accueilli la forte délégation du Président IBK avec un seul slogan, pardon, un seul cri: « IBK, courant, IBK, courant». Comme si cela ne suffisait pas, un groupe de jeunes écoliers lui masquait la vue avec une banderole sur laquelle était écrit : «Grand-père, j’apprends dans l’obscurité. Mon père a peur de la lumière car elle est trop chère».  Tout cela a été couronné par le discours officiel du maire de la commune de Bla, Soungalo Mallé. Sans détour, il a évoqué  les problèmes dont souffrent les habitants de Bla. A en croire le maire Mallé,  la ville de Bla  manque de tout en termes d’infrastructures de développement. A Bla, a indiqué le maire, pas de routes, pas d’emploi et d’infrastructures de loisir pour les jeunes, pas d’usine d’égrenage alors que le cercle est connu pour sa production importante de coton graine, pas de santé parce que l’unique Centre de santé de référence de la ville est confronté à un manque criard de personnel et d’équipements sanitaires. S’agissant de l’électricité, le maire s’est montré très amer. «En ce 21ème siècle,  l’électricité ne doit plus être un luxe pour Bla. Mais, aujourd’hui, c’est le cas. L’Amader cède le KWh à 280 FCFA, largement supérieur au pouvoir d’achat des populations. Et plus cher qu’à Bamako, la capitale», s’indigne-t-il. Partant, il  dira qu’une jeunesse qui n’a pas d’espace de loisir est une jeunesse malade. Au regard de tout cela, il a sollicité le Président IBK pour la construction d’un complexe sportif, d’une usine d’égrenage, d’un centre de santé digne de ce nom. Toutefois, Mallé a salué la bonne gestion du pays par IBK. A cela s’ajoute la demande de bitumage des axes Bla-Falo, Fono-Diaramana et Yankasso-Tallo.

Ces propos ont heurté la sensibilité du Président de la République. C’est pourquoi, dans son allocution, il a été on ne peut plus clair : « Tout ce qu’on m’a raconté souvent n’était que du mensonge. On m’a toujours menti en me faisant croire que tout va bien à Bla. Mais j’ai tout découvert et j’ai tout compris. Ce qui a été dit, m’a beaucoup touché. J’ai vu beaucoup de choses à Bla et ce que j’ai vu et entendu,  m’a pas plus. Voir une fois, vaut mieux qu’entendre mille fois. Bla aura l’électricité. Les routes aussi, inch’Allah », a promis le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita en langue Bambara et sous un tonnerre d’applaudissements. Sous la tribune, on voyait IBK sursauter avec le doigt agité à l’endroit des autorités administratives de Ségou et les membres du gouvernement. Nous l’avons vu sauter de son fauteuil. On l’entendait dire en sursautant « NON ! NON ! NON !»

Oumar KONATE

source : Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *