Surfacturation et achat des équipements militaires : Qui bloque le dossier des anciens ministres ?

armement militaire marche kagnassyC’est une question que beaucoup de gens se posent. Qu’est-il advenu de ce sulfureux dossier qui a fait couler autant d’encre que de salive, une année après ? L’on se rappelle que plusieurs ministres dont Soumeylou Boubèye Maïga, Fily Sissoko Bouaré, Mahamadou Camara et Moustapha Ben Barka et des proches de la Présidence, dont Mohamed Kagnassy, s’étaient embourbés dans des affaires de surfacturation et de marché passé de gré à gré. Ces scandales ont poussé les partenaires à rompre leur coopération avec le Mali. Pour leur retour, ils ont demandé que des têtes tombent. Le chef de l’Etat s’est juste contenté de les décharger de leurs fonctions. Récemment, les PTF ont demandé à ce que des poursuites soient engagées au pénal contre les auteurs. Mais, Koulouba ne semble pas être favorable à cette demande. Selon des sources dignes de foi, Fily Sissoko a maintes fois essayé de donner sa version des faits. Elle aurait saisi par écrit le Pole économique pour se faire entendre. On lui aurait refusé cela. Elle se serait déplacée en personne pour se faire entendre sans succès.

Nos sources affirment qu’elle a même failli organiser une conférence de presse pour montrer pattes blanches dans cette sulfureuse affaire. On lui aurait déconseillé cela de vive voix. Mais, qui bloque donc réellement le dossier ? Qui a peur de qui ou de quoi ?

 

 

Attentat contre l’hôtel Radisson : 

Les victimes maliennes inhumées avec les honneurs

Cette cérémonie funèbre du jeudi 26 novembre 2015 a été l’occasion pour le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, d’élever les défunts au rang de Chevalier de l’Ordre national pour leur exprimer à jamais la reconnaissance de la patrie. Les cinq personnes, tombées sous les balles des assaillants, le vendredi 20 novembre, sont: Moussa Konaté, Abdoulaye Magassa, Abdoulaye Koné, Assana Tapily et Hawa Dembélé. Elles reposent désormais au cimetière d’Hamdallaye, en commune III du district de Bamako.

 

Kidal    :                                                                                                    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route

Une équipe du ministère en charge de la Santé, en route pour Gao, a été victime d’un accident de la circulation riutière, le jeudi 26 novembre, dans la localité d’Anéfis.

En effet, l’un des véhicules transportant dix agents du département de la Santé a fait un tonneau vers Anéfis. Bilan de l’accident : «1 mort, 1 agent dans le coma et 4 autres blessés», rapporte Dr Abdoulaye Ag Zakaria, point focal de l’Organisation mondiale de la santé à Kidal.

Ségou                                                                                                          Un suspect mis hors d’état de nuire

Depuis l’attentat de Bamako, les forces de sécurité et de défense ont redoublé d’ardeur. Tout comportement ou mouvement suspect de personnes est filé afin d’éviter à notre pays un autre attentat meurtrier, comme celui du 20 novembre dernier. Un homme, la trentaine, a été arrêté le samedi dernier dans le quartier Missira de Ségou par les forces de sécurité. L’individu se faisait passer pour un mendiant pour tromper la vigilance de la population. En réalité, cet individu était un danger pour les paisibles habitants de la Cité des Balazans. Car il avait en sa possession des armes et la somme d’un million six cent mille francs CFA lors de son arrestation. Il a été transféré le même jour au service spécialisé à Bamako.

 

 

Djenné                                                                                                         Les bouchers en colère

Décidemment, les grognes sociales se multiplient désormais dans notre pays. La dernière en date est celle des bouchers de Djenné. En effet, ces derniers réclament l’ouverture de la boucherie moderne. Construite depuis plusieurs mois, celle-ci est pourtant contestée par les défenseurs du patrimoine de la ville. Selon eux, la nouvelle boucherie ne respecte pas les normes de l’ancienne ville, classée  patrimoine mondial par l’Unesco.

 

Appui aux bouchers :

Le gouvernement octroie un crédit revolving de 150 millions de FCFA

C’est une promesse du ministre du Commerce et de l’Industrie aux bouchers du Mali qui vient de se concrétiser. Le ministre Abdel Karim Konaté avait fait la promesse aux bouchers de leur venir en appui pour les aider à subjuguer les effets de la crise multidimensionnelle qui les a beaucoup secoués. C’est désormais chose faite. En effet, c’est à travers le cadre intégré dans le volet commerce que le département du Commerce et de l’Industrie vient au secours des bouchers avec un crédit revolving de 150 000 millions de nos francs, à travers le Programme d’appui aux commerçants détaillants (Pacd). Cette opération est la deuxième du genre après celle de l’année dernière qui a vu 500 bouchers bénéficier d’un crédit revolving de 500 000 F Cfa chacun. Elle a été couronnée de succès, ce qui a permis de renouveler le programme. Une façon d’aider les bouchers à sortir de leur précarité et à être autonomes. Le ministre du Commerce a insisté sur le remboursement du crédit pour pouvoir permettre à d’autres bouchers de bénéficier, eux aussi, de cet appui. Pour ce faire, il affirme qu’un mécanisme de remboursement sera mis en place afin de les aider dans ce sens.

 

vie syndicale :                                                                                              L’Untm tient son congrès central statutaire demain

Ce congrès qui se tient entre deux congrès a pour objectif de faire le bilan des différentes activités du dernier congrès, prendre en compte les différentes recommandations en cours pour les activités syndicales et faire l’état de la nation. Ce congrès réunit les 49 cercles du Mali, les 8 régions et tous les syndicats affilés à l’Union nationale des travailleurs du Mali. Cette rencontre est prévue pour demain mardi, à la Bourse du travail.

 

Vie de nos anciens ministres

Fily Sissoko Bouaré bientôt à la BAD

L’ancien ministre de l’Economie et des finances Mme Bouaré Fily Sissoko déposerait ses valises à la Banque africaine pour le développement (BAD). Une année après son départ de l’hôtel des finances, cette dame dont le nom revient permanemment  dans l’affaire des surfacturations et de l’achat du très controversé Boeing présidentiel a trouvé un point de chute. Au lieu de passer ses journées à compter ses doigts ou à regarder les minutes et les secondes passées, elle pourra faire valoir ses compétences et ses grandes qualités d’économiste chevronnée. A suivre…

 

En la mémoire de nos victimes      :    La minute ou la ‘’seconde’’ de silence ?

Les Maliens souffrent dans leurs âmes et leurs chaires face aux attaques terroristes que nous vivons en ce moment. Ce qui est dommage, c’est que chaque fois, ces attaques font des pertes en vies humaines. C’est la nation toute entière qui s’en trouve ainsi endeuillée. Et pour rendre hommage aux victimes, il est souvent décrété une minute de silence au cours de certains événements. Mais, le constat est que la minute de silence est devenue un concept et une foutaise. Car, au lieu d’une minute de silence, les victimes ont droit à quelques secondes. Pourquoi autant de légèreté et de manque de considération à l’égard de nos morts ?

Rassemblées par la Rédaction

source : La Rédaction

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *