Marche de la PCC contre la crise scolaire : « La question de volontariat n’est que pour détruire l’avenir des enfants »

Le vendredi 28 février 2020 dernier, la Plateforme Contre la Corruption et le Chômage avec ses amis et sympathisants ont battu le pavé pour la réouverture immédiate des classes sur l’étendue du territoire national. C’était sous la houlette du Pr Clément Dembélé.

L’itinéraire de cette marche est parti du monument de l’indépendance pour le monument de la paix à quelques mètres de la Cité administrative ou se trouve le bureau du Premier ministre et plusieurs membres de son gouvernement. Il s’agissait de tirer la sonnette d’alarme pour que les deux parties, c’est-à-dire gouvernement et collectif des syndicats de l’éducation puissent mettre un peu d’eau dans leur vin pour ne pas compromettre l’avenir des enfants.

Pour l’occasion, Fatoumata Diallo, une élève a dénoncé la négligence de la situation par le gouvernement et méprisé les enseignants qui sont les encadreurs. ‘‘ Ne nous abandonnez pas, nous voulons étudier et c’est urgent’’ rétorque-t-elle.

Pour Mme Wa Sow, parente d’élèves,  la grève a atteint la limite et demande au président de s’assumer. « Nous sommes contre x ou y. Nous voulons juste le respect de la loi. Cette lutte est celle des élèves qui peuvent être des enseignants de demain. Ceux qui refusent de respecter la loi ont été nommés par la même loi. La question de volontariat n’est que pour détruire l’avenir des enfants », a déclaré M. Adama Fomba de la synergie des syndicats des enseignants grévistes, avant d’appeler à la résistance.

Pour le Pr Clément, l’objectif de cette marche est de réclamer le droit de nos enfants qui se trouvent plus que jamais menacé. Pour ce faire, il a invité le gouvernement à mettre les enseignants dans leurs droits même si cela nécessite la vente aux enchères de la Cité administrative ou de Koulouba. Et cela pour éviter le pire. « Nous ne sommes pas là à faire l’avocat du diable. Mais nous ne voulons pas que nos enfants chôment », a-t-il déclaré, avant de donner l’ultimatum pour le vendredi prochain, sinon la PCC continuera de marcher, jusqu’à preuve de contraire.

Adama Coulibaly

Source: Nouveau Réveil

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *