Honorable Aichata Cissé, députée commerçante : Peut-elle encore parler de morale ?

La députée élue dans la circonscription de Bourem a bénéficié par appel d’offres restreint, au nom de sa société ‘’Aichata Cissé Commerce Général, de la fourniture d’effets d’habillement pour le compte de certains services de la Présidence de la République en deux lots d’un montant global de : Trois Cent Quatre Vingt Douze Millions Quatre Cent Vingt Trois Mille Quatre Cent Quarante (392 423 440). Le dossier est approuvé le 29 juin 2017 pour une durée d’exécution d’une année renouvelable une (1) fois.

Il faut s’interroger sur le fait suivant : quelqu’un qui a pour mission de contrôler, s’il devient chercheur de marché auprès des services qu’il doit surveiller, peut-il accomplir à hauteur de souhait la tâche qui lui est confiée ? En tout cas, le statut de député interdit le commerce.

Des députés qui ont des entreprises et déambulent dans les services étatiques comme des rats, l’Assemblée Nationale est remplie d’hommes et de femmes qui ont fait de cette pratique leur sport favori. Ils se servent même souvent de leur statut pour influencer un ministre ou un directeur de services. En un mot, ils ont plusieurs stratégies pour se faire de l’argent.

Dans le cas précis que nous évoquions, c’est le nom cité qui est surprenant. L’honorable Aichata Cissé est une dame de fer de référence qui a joué un rôle capital au moment où la crise battait son plein. Sur les chaines internationales, elle a défendu le Mali face aux représentants des rebelles et sa voix a beaucoup servi pour montrer la vraie réalité de la situation et convaincre les grandes puissances à s’y investir en toute urgence à travers l’intervention des forces internationales.

La bonne dame incarnait à l’époque toutes les valeurs du Mali. La morale était son épée et c’est à travers cela  qu’elle a gagné l’estime du peuple. Après la course à la présidentielle qu’elle a perdue, la population de Bourem lui place sa confiance pour cette raison d’intégrité morale en la choisissant par voie des urnes députée.

La découverte de ses agissements de nos jours  dans un Etat de droit est surprenante. Elle viole la mission parlementaire en exerçant le commerce. La voilà bénéficier d’un marché de plus de 300 millions à la présidence en deux lots :

Le premier lot, c’est la fourniture d’effets d’habillement au compte du personnel de l’intendance des palais et de la grande chancellerie des ordres nationaux pour un montant de : 206 715 040 francs CFA.

Le second lot est la fourniture d’effets d’habillement pour le compte du personnel du parc automobile et autres de la Présidence de la République pour un montant de : 185 708 400 francs CFA.

Cette attitude dénote qu’il n’existe pratiquement pas d’hommes et de femmes cleans, de référence au Mali. La plus part de ceux qui se rangent du côté des opprimés et crient sur tous les toits au nom de ces pauvres sans voix, c’est juste une manière pour se faire appeler à prendre part aux séances des grands voleurs qui consistent à traire la vache laitière, le Mali, à leur seul bénéfice. Aichata ne doit plus parler de morale.

Kèlètigui Danioko

Le pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *