Gestion du service public : Aucun de ces cadres ne pourra monter sur l’arbre de la transparence

On se rappelle en son temps en Mars 2014 que l’ancien premier Ministre de l’ère I.B.K, Oumar TATAM LY avait fait obligation sur les Ministres pour que tous les Postes de Directeurs généraux et ceux centraux fassent l’objet d’appel à Candidature, avec la conviction que c’est seulement de cette façon que les meilleurs cadres du Pays peuvent émerger et faire profiter le Pays de tous leurs talents et savoir faire.

ibrahim boubaca keita ibk logo caricature logo corruption

Il était convaincu que les Nominations Politiques pour ces postes avaient eu leurs limites. Pour lui les nominations Politiques devraient concerner uniquement les Membres du Gouvernement, les Chefs de Cabinet, Chargés de Mission.  Oumar TATAM LY est parti non pas sur la pointe des pieds, mais avec fracas, car il n’y a pas deux commandants dans un bateau.

Moussa MARA, venu dans ces conditions a emboité le pas, et même mieux, il a fait voter une loi sur la question à l’Assemblée Nationale, pour éviter tout retour en arrière, comme savent le faire les politiques qui n’ont de souci que pour eux même et leurs clans.

 

C’est donc dans ces conditions que des appels à candidature ont été lancés pour les Postes de Directeur Général de l’ANPE, sous la coupe du Ministre Mahamane BABY Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, celui de Directeur Général de l’Autorité Routière et celle des Aéroports du MALI sous la coupe du Ministre Mamadou Hachim KOUMARE-Ministre de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, celui de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN) ; celui de Directeur Général de l’Office de la Haute Vallée, celui de l’Opération riz Segou, celui du Projet BANI et Sélingué etc… pour le compte du Dr. Bocari  TRETA, Ministre de l’Agriculture.

corruption argent vol detournement surfacturation

Certains résultats non moins contestés sont sortis, d’autres sont en formatage dans les mains des Ministres en question, pour placer des cadres RPM, alors d’autres dossiers sont entrain d’être dépouillés

Les Résultats Proclamés : le Président du Club de Soutien des actions de la 1èredame du Mali.

Il y a celui du Directeur Général de l’ANPE. Ce résultat a fait couler beaucoup d’encre, car celui qui a été choisi ne l’aurait pas été par son mérite. Il n’a jamais travaillé dans une structure qui fait de la création d’emplois, il a été parce qu’il est copain d’enfance du Ministre, Baby, de Karim, le filston National, de Moussa MARA avec lequel, il joue au football le dimanche. Il est le Président du Club de Soutien des actions de la 1èredame du Mali.

Le tout nouveau Directeur Général de l’ANPE s’attendait mieux qu’à cela. Il s’est rendu compte du fait qu’il n’y avait pas de sous à “bouffer là-bas.

La création d’emploi, ne pouvait être sa seule satisfaction sans l’argent qui est le nerf de la guerre, C’est pourquoi seulement après 4 mois de fonction à l’ANPE,  à la grande surprise de certains, il s’est retrouvé dans le Conseil d’Administration comme futur Président Directeur Général du Pari Mutuel  Urbain du Mali avec la bénédiction de Madame I.B.K. et de son fils KARIM.

En voici des manières pour gérer ce Pays déjà en lambeau, car la nation n’existe presque plus.

Le Poste de Directeur Général de l’ABFN dans le giron du Ministre de l’Environnement à l’Epoque en la Personne de Ministre Idrissa MAÏGA, a été pourvu. C’est Monsieur Abderamane TOURE, classé premier à la suite d’une compétition ardue a été nommé Directeur Général. Et cela contre la volonté du Premier Ministre Moussa MARA, qui préférait un de ses Conseillers YELEMA, à la Primature.

Chose que le Ministre MAÏGA a refusé, malgré l’Appui qu’I.B.K a apporté au candidat YELEMA de Moussa MARA. D’après les Informations reçues sur ledit choix, le Ministre MAÏGA aurait dit que dès l’instant où le Poste est pourvu par la procédure d’Appel à Candidature, alors, après toutes les étapes de la sélection, il ne peut prendre que le candidat classé premier. C’est pourquoi il a tenu mordicus à respecter le classement obtenu sans interférence.

Dans ce même ministère, les cadres RPM ont demandé la relève, de l’Actuel Président Directeur Général de la SOMAPEP, membre du Comité Exécutif de l’ADEMA.

Le Ministre MAÏGA n’a pas accepté, cette volonté de l’Etat MAJOR Politique du RPM. Egalement dans son ministère une directrice a été nommée après appel à candidature à l’Agence National Contre les Pollutions, et cela sans contestation.

Toutes ces procédures ont été conduites et achevées en deux petits mois.

Maintenant, au niveau de son nouveau Ministère, celui de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, les regards sont enfin tournés pour l’appel à candidature lancé pour le Poste de Directeur Général de l’ANICT. Espérant que cela   sera traité avec transparence et diligence, car cette structure  a besoin d’un homme expérimenté dans les domaines de compétences actuelles de l’ANICT, mais aussi dans le domaine des futures missions qui lui seront confiées.

Il n’est un secret pour personne que de 2002 à maintenant l’ANICT a tué la décentralisation, les Communes et les Entreprises locales de part la manière de faire du Directeur Général M Ag Erlaf. Des financements saucissonnés, des délais de paiements variant de 3 à 13 mois ; des fonds des bailleurs bloqués dans des banques pour disposer personnellement de ses intérêts. L’ANICT nécessite un renouveau dans les conditions actuelles du Mali.

Elle aura de nouveaux challenges à relever tout de suite, pour maintenir la cohésion sociale et l’unicité du Pays. Mais déjà, il y a un nom qui circule sous les manteaux, celui de l’ancien Ministre Ousmane SY le Père de la décentralisation au Mali, comme étant le pressenti pour ce poste. Une des raisons qui fait, qu’il a quitté le Gouvernement. Si cela est vrai, pourquoi donc faire un appel à candidature ?

Les Résultats non proclamés :

Deux résultats ceux des Directeurs Générales de l’Autorités Routière et des A.D.M ne parviennent pas à être proclamés sept mois après le dépôt des dossiers au Ministère de l’Equipement. Il a fallu que les Postulants se plaignent dans les journaux, du caractère lent et flou de la procédure de dépouillement pour que le dépouillement commence en début Octobre 2014.

Les Interviews se sont passées en Octobre et Novembre 2014 pour les dits Postes. D’après une Postulante, le caractère novateur de l’Interview, était une première dans un appel à candidature au Mali.

L’Interviewé n’était pas dans la même salle que la Commission, les noms des Membres de la Commission n’étaient pas prononcés, mais seulement leurs services.

Les Interviews étaient enregistrées en cas de Contestation. On le fait savoir au candidat au préalable.

Depuis Décembre, tous les rapports étaient prêts. Seulement, au moment, où le Ministre s’apprêtait à proclamer les résultats voilà que l’Etat-major du RPM constitué par des Ministres est passé par là, pour instruire au Ministre de l’Equipement qu’il faudra des cadres RPM à ces postes pour renflouer les caisses du Parti.

D’après certaines informations, le Ministre KOUMARE aurait refusé catégoriquement. De cette date (Décembre) jusqu’à maintenant, les résultats n’arrivent pas pourtant à sortir. Et Pourquoi alors?  Les candidats  se posent la question.

Il nous revient que le Ministre s’est senti menacer de limogeage du Gouvernement par l’Etat-major du RPM. Donc sans aller jusqu’au bout de sa  logique de ne pas changer l’ordre de classement, il n’a plus voulu prendre aucune autre responsabilité dans la suite de la procédure. Il a filé tous les dossiers au Président I.B.K en lui demandant de faire le Choix de deux cadres sur huit noms pour les deux postes en question. I.B.K ne voulant pas être taxé de vouloir d’une chose et de son contraire, ne veut pas aussi prendre ce risque. Les dossiers sont donc dans l’impasse par le manque de courage du Ministre KOUMARE qui ne s’est pas assumé.

Il doit savoir que ce n’est pas à I.B.K, ni à l’Etat-major du RPM de choisir à sa place. Il est à ce poste, c’est pour décider s’il n’arrive pas alors, il doit rendre le tablier. Un Chef est fait pour décider et prendre des décisions difficiles. Dans cette atmosphère, d’irresponsabilité totale, on apprend par un de nos confrères  que la Commission chargée de dépouiller et de classer les candidats a reçu de l’argent de la part de l’actuel P.D.G des A.D.M qui est candidat à sa propre succession. Est-ce vrai ? On saura le dire mais une chose est sûre si  c’est en Europe, le Premier Ministre allait faire démissionner le Ministre KOUMARE  pour défaut d’Impartialité dans la procédure. De même, le candidat actuel P.D.G des A.D.M allait être disqualifié pour fait de corruption.

Mais dans une République d’impunité tout est permis, même le vol et le népotisme. Dans un autre journal, on accusait le Ministre KOUMARE de faire passer tous les Marchés d’Equipement du dit Ministère par sa femme, à travers des sociétés écrans.

Les propos du ministre Koumaré fraichement nommé

Ce Ministre avait été classé par ses tous premiers collaborateurs comme un homme intègre. Dès son entrée en fonction il a dit aux cadres du département ceci : “Je n’ai besoin de l’argent, de personne dans ce département. Toutes tentatives de corruption seront réglées à la Police. Je suis à la retraite, ma pension me suffit largement“.

Quand en est-il aujourd’hui après ces révélations scandaleuses sur le comportement du Ministre KOUMARE ?

Sept mois après le dépôt des dossiers, quatre – vingt six candidats attendent de connaitre leur sort. On comprend donc aisément, avec ce comportement, pourquoi, depuis son arrivée dans ce département, rien ne bouge jusque là. Il se montre plusieurs fois à la Télé, à part la route de Ségou, rien d’autres ne bougent dans son département.

N’est-il pas temps que le Premier Ministre Modibo KEITA s’intéresse à cette question de résultats au Ministère de l’Equipement.

C’est du temps perdu pour le Mali par le comportement d’un responsable national fuyant ses responsabilités.

L’amateurisme du Ministre est tel qu’il doute de l’ensemble de ces collaborateurs.

Tous ceux que font ces collaborations, sont revisités par son neveu chargé de mission au département de l’Equipement. Il attend toujours l’avis de ce dernier pour se prononcer. Ce qui fait une perte de temps énorme pour un ministère, où tout est urgent.

Depuis son arrivée dans ce ministère, aucun nouveau projet n’a démarré.

Les cadres se demandent réellement à quoi ont servi ses trente sept ans de carrière internationale, s’il ne peut rien entreprendre et l’achever ?

Le Mali a-t-il besoin encore d’un cadre incompétent pour équiper, transporter et désenclaver le Mali ?

Quant aux Postes en appel à candidature au Ministère de l’Agriculture, les dépouillements sont finis, les Interviews sont en cours. Là aussi on apprend que pour avoir des Marchés ou être nommé à un Poste dans ce département, il faudra virer au RPM, comme le cas de Seydou COULIBALY ancien directeur de l’OPIB (Opération du Périmètre Irrigué de Baguineda) qui à la veille des élections à virer de l’ADEMA pour le RPM. Sa récompense a été un poste de coordinateur d’un grand projet  sur financement de la BAD.

Quant à la 2ème voie de nomination selon certaines informations glanées du Ministère il faudra passer par la femme du Ministre, pour discuter des conditions de nomination ou d’obtention de marchés. Il y a donc actuellement une grande ruée vers cette dame. Si ces deux méthodes sont effectivement mises en pratique pour les nominations ou les marchés, alors bonjour les dégâts.

Le peuple aurait donc fait élire I.B.K, non pas pour le bonheur et l’honneur des Maliens, mais pour le déshonneur et le malheur des Maliens. Déjà la semaine dernière, un groupe de religieux, dont en tête Mahamoud DICKO semble être déçu de la gouvernance d’I.B.K,

20 mois seulement après son Investiture. Cela  rappelle la phrase prononcée par un français lors d’une interview pendant la campagne présidentielle en juillet 2013.

Je cite : “I.B.K est un bon Gouverneur et non un bon Président. Le Gouverneur exécute les ordres, le président réfléchie, décide et fait exécuter les décisions.

I.B.K n’a pas la capacité de jouer ces trois rôles du Président”.

Il est à dire qu’aucun  de ses cadres, à savoir les ministres BABY, TRETA ou KOUMARE, ne pourra pas monter à l’arbre de la transparence de part leur mauvais comportement qui a fini par trouer les fonds de leurs pantalons.

Nous Y reviendrons!

 

A.D

Source: La Sirene

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.