Affaire des 50.000.000 FCFA : Un penalty réussi de l’Imam Dicko contre IBK

Échec et mat pour le PM, Soumeylou Boubèye Maïga. En tout cas, le Président du Haut Conseil Islamique, l’Imam Mahmoud Dicko, a annoncé sur les antennes de la télévision Nièta, avoir renoncé à une bagatelle de 50.000.000 de nos francs offerte par le  PM comme contribution du Gouvernement à l’organisation du meeting d’hier, dimanche 10 février, au Stade 26 MARS de Bamako. Mais, selon l’Iman Dicko, cette somme aurait été plutôt mieux pour soulager nos compatriotes déplacés de la Région de Mopti vivant dans un état d’abandon total par l’État au marché de bétail de Niamana.

C’est dans un communiqué rendu public, le vendredi 8 février 2019, que le Gouvernement a reconnu avoir donné 50 millions FCFA pour sa contribution à l’organisation du meeting de prières pour le Mali organisé par le Haut Conseil Islamique. Selon le Gouvernement, il est de son devoir  de manifester sa solidarité et son soutien à toutes actions, de toutes les confessions religieuses œuvrant pour le renforcement de la paix. « C’est dans cet esprit qu’une contribution financière a été octroyée au Président du Haut Conseil Islamique », révèle le communiqué,  puis d’ajouter que : «L’État ne saurait rester en marge de l’organisation d’un tel événement s’inscrivant dans la consolidation de la paix».

Cependant, l’Imam est d’avis contraire. Il a expliqué que le Premier Ministre lui avait annoncé en personne un don de 100 millions FCFA en guise de l’organisation du meeting. Mais, c’est la somme de 50 millions FCFA qui lui est parvenue. Le Leader religieux a jugé utile de faire retourner la somme. Car, selon le Haut Conseil islamique, ce meeting est une prière que le Peuple fera pour demander la miséricorde d’Allah. «Ces 50 millions peuvent aider les Réfugiés du Nord et du Centre du Mali qui sont dans des difficultés à Bamako».

Donc, pour l’Imam Dicko, la présente rencontre s’inscrit dans le cadre religieux, du don de soi.

Pour certains analystes, le refus du Haut Conseil Islamique du Mali au geste du Gouvernement prouve à suffisance que le torchon brûle entre l’Exécutif et certaines tendances religieuses. Ce meeting se tient  dans un contexte  difficile.  Au moment où des structures spécialisées annoncent qu’un Malien sur quatre a besoin d’une aide humanitaire. En somme, 5,2 millions de Maliens ont actuellement besoin d’aide humanitaire. Le Mali n’avait jamais atteint un tel record depuis la crise de 2012 malgré le coup d’État et la rébellion. «Cette crise, c’est de la catastrophe, il n’y a  plus de touristes et l’économie est restée morte. Voilà, donc, la première catastrophe que nous sommes en train de vivre», a déclaré un Religieux. Les déplacés sont dans la détresse totale parce que les parents ne sont plus capables de les recevoir dans de bonnes conditions. Le logement, la nourriture, tout est devenu un sérieux problème aujourd’hui. Ce meeting marquera sans aucun doute le divorce total avec le Régime. Du moins, aux yeux de l’opinion publique, c’est un penalty réussi par l’Imam Dicko contre le Pouvoir 

Mahamadou YATTARA

LE COMBAT

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *