Affaire de vivres saisis devant des magasins privés : Le chargé de mission n’a-t-il pas failli à son devoir ?

Dans l’affaire de la saisie de vivres devant des magasins privés, le chargé de mission du ministère de la Santé, Mamadou Sow, responsabilisé dans la bonne distribution des vivres dans les structures de santé, n’a pas pris soin d’informer sa hiérarchie du stockage des vivres dans les magasins privés.

 Dans le cadre de la distribution de céréales aux malades et aux personnels de la santé de l’hôpital du Mali, du Point G, de l’INRSP, CCREF de Bamako et Kati, de Gabriel Touré et de la direction régionale de la santé de Bamako, le département de la Santé a désigné M. Sow, un chargé de mission pour servir d’interface entre le département et les structures extérieures. Il a été mis en contact avec le transporteur Fanta Diarra. C’est bien M. Sow qui a dirigé les opérations à l’hôpital du Mali où il a eu le lancement. Après ce fut le tour de l’hôpital du Pont G et Gabriel Touré. Toutes ses structures ont reçu leurs dotations comme prévues.  Quant il s’est agit de déposer le quota de la direction régionale de la Santé (pour les CSREF), selon le chargé de mission, il y avait pas d’air de stockage « adéquat ». Du coup, il été décidé  d’aller stocker les vivres dans un magasin privé en attendant qu’il ne trouve une solution, puisque les vivres ne peuvent plus retourner à l’Opam, selon la réglementation de la boîte. C’est ainsi que le transporteur à ses dires, l’a appelé pour dire qu’il est en train d’aller déposer les vivres dans un magasin. Et qu’il a besoin d’autorisation de dépôt. Séance tenante, il dit avoir appelé le comptable- matière de la direction régionale de la santé pour disposition à prendre. « L’agent ne m’a plus fait retour puisque je ne suis pas son chef hiérarchique », se défend t-il dans une vidéo sur les réseaux sociaux. Les camions qui ne peuvent pas passé inaperçus ont réveillé les soupçons de certaines personnes qui ont saisis le commissariat du 3 e arrondissement.

Questions : En sa qualité de superviseur, pourquoi M. Sow n’a pas averti sa hiérarchie de l’absence d’air de stockage « adéquat » ? Pourquoi ne s’est-t-il pas opposé à ce que les vivres soient stockés dans des magasins privés sachant bien que l’endroit n’est pas indiqué dans le dispositif ?

En attendant la réponse à toutes ses questions, un communiqué du ministère de la Santé signé de son secrétaire général, Mama Coumaré, dément ce qu’avance M. Sow. Pour M. Coumaré, les vivres étaient bien attendus aux endroits indiqués. Il ajoute qu’ils ont été finalement aperçus devant des magasins privés au marché de Niarela.

Le commissariat du 3e arrondissement a vite été saisi pour des investigations. Pour l’heure, selon le commissaire, ce sont 5 personnes qui sont concernés par les investigations.

Avant que la lumière ne soit faite, le département de la Santé a pris le devant en annonçant la suspension du chargé de mission de  ses fonctions. Et de promettre que les choses seront élucidées.

Amadou Sidibé

Source: Arc en Ciel

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *