Adama Sangaré : De la justice à l’acharnement

Pourquoi le maire de Bamako est-il toujours en prison alors que le juge s’est déclaré incompétent, et qu’il a offert toutes les garanties de représentation ?

Le maire de Bamako, Adama Sangaré, a été placé sous mandat de dépôt dans le cadre d’une question de gestion d’un contrat d’éclairage de la ville lors du cinquantenaire de l’indépendance du Mali en 2010.

Le vice-président de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma-Pasj) avait déjà été entendu par le procureur anti-corruption, Mamadou Kassogué. Tout le monde avait pris cette accusation comme une peccadille au vu de la charge, et surtout, du fait que c’était un marché d’EDM, qui l’avait contrôlé de bout en bout. D’ailleurs, avec lui, avaient été arrêtés Sekou Alpha Djittey, directeur d’EDM à l’époque des faits, et la cheffe du département hydrocarbures à EDM.

Cependant, au vu du privilège de juridiction dont le maire bénéficie, son dossier a été confié à un juge de Koulikoro. Adama devrait être transféré à Koulikoro. Mais, le juge s’est déclaré incompétent. Du coup, il aurait dû être élargi tout de suite. Mais, depuis décembre ; il est gardé dans les liens de la détention, sans que le juge puisse dire la raison.

Le dossier sort en tout cas de la sphère juridique pour ressembler à un acharnement juridique. Qui lui cherche quoi au juste ? Pourquoi, à visage découvert, on ne l’affronte pas au lieu de procéder de cette façon ?

Il y a bien des questions qui sont sans réponse, mais, en entendant, le cas Adama Sangaré relève directement d’un cas d’atteinte aux Droits de l’Homme.

 

Alexis Kalambry

Source: Journal Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *