Achat de l’avion présidentiel et contrat d’armement : Soumeylou enfonce IBK

Au fil des jours et au fur et à mesure que la date fatidique du Conseil d’administration du Fmi de décembre 2014 s’approche, les scandales liés à l’achat de l’avion présidentiel (l’oiseau de malheur) et au contrat d’armement prennent de l’ampleur et livre de nouveaux secrets. Les révélations les plus troublantes et non moins accablantes sont distillées, par jets d’eau, par Soumeylou Boubeye Maïga. Après avoir enfoncé le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta « qui est informé de tout le processus », l’ancien ministre de la défense et des anciens combattants, lors de son audition par le Vérificateur général lâche des noms de ministres impliqués d’une manière ou d’une autre dans l’un et l’autre scandale. Cette audition de SBM pourrait être la clé de voûte de ces deux affaires auxquelles l’avenir immédiat du Mali et des Maliens semble être lié.

ibk ibrahim boubacar keita president malien soumeylou boubeye maiga ministre defense

Quelle mouche a bien pu piquer le président IBK pour qu’il s’engouffre dans les sales affaires d’avion et d’armement ; deux scandales qui ont déclenché une chute vertigineuse de sa cote auprès du peuple malien. Ces deux scandales ont plongé le Mali dans le plus grand chaos de son histoire, avec notamment la suspension de l’aide budgétaire du Fmi et l’appui des autres bailleurs de fonds.

Pour reprendre sa coopération financière, le Fmi avait exigé l’audit des deux dossiers par le Bureau du Vérificateur général (Bvg). La section des comptes de la Cour suprême y est également allée de son audit. Les deux structures ont révélé des surfacturations à hauteur de 38 milliards de FCFA.

Confondu par l’institution monétaire, IBK reconnaît qu’il y a eu des malversations et des irrégularités et accède à toutes les conditions posées par le Fmi. Notamment, publier les audits et sanctionner les personnes impliquées dans la magouille.

Mais, le chef de l’Etat n’est pas au bout de ses peines. Son bourreau ? C’est l’ancien ministre en charge de la défense, Soumeylou Boubeye Maïga, qu’il avait sacrifié (à la place du vrai mouton) après les événements de mai 2014 déclenché par la visite extrêmement controversée du Premier ministre, Moussa Mara, à Kidal.

 

L’équivalent du budget total de cinq ministères partagés entre des malfrats financiers

Avant de revenir sur les révélations de SBM, convient-il de rappeler certains pans accablants du rapport du Bvg !

Dans son rapport définitif, le Bvg déroule des constats alarmants sur les deux scandales à propos des ministères de la défense et des anciens combattants (Mdac) ; et de l’économie et des finances (Mef). Le Végal constate que le Mdac a effectué les deux acquisitions en l’absence de toute expression de besoins préalablement et formellement définie ; le Mdac ne s’est pas assuré de l’existence de crédits budgétaires avant le lancement des deux acquisitions ; le Mdac et le Mef ont irrégulièrement passé, exécuté et réglé les deux contrats d’acquisition et de fourniture ; le Mdac a retenu des candidats n’ayant pas les capacités requises pour assurer l’acquisition de l’aéronef et la fourniture de matériels HCCA, de véhicules et de pièces de rechange ; le Mdac a signé un protocole d’accord renfermant des clauses contraires aux dispositions relatives aux Lois de finances et à la comptabilité publique ; le Mdac a immatriculé l’aéronef comme propriété de « Mali BBJ Ltd » ; l’implication d’intermédiaires dans les deux acquisitions a grevé les coûts ; le Mef a irrégulièrement accordé une garantie au titulaire du marché dans le cadre de la fourniture des matériels et équipements destinés aux forces armées ; le Mef en accommodant le financement des deux acquisitions n’a pas respecté des dispositions relatives à la Loi de finances  et à la comptabilité publique.

Ce n’est pas tout. Dans ses conclusions, le Bvg donne une information très révoltante. « Les situations auditées sont édifiantes comme le cas d’une société privée, une SARL au capital de 3 millions FCFA, qui se voit attribuée, sans avoir même demandé, un contrat de 69 milliards FCFA, exonéré de tous droits d’enregistrement et à la clé une garantie de l’acheteur – Etat – sans laquelle la banque n’aurait jamais financé une telle opération au profit de cette société », révèle le rapport du Bvg. Qui s’interroge « Peut-on indiquer le moindre risque qu’a pris cette entreprise dans le cadre de ce contrat, pour bénéficier in fine d’une marge bénéficiaire de plus de 25 milliards FCFA ? ».

 

Là où le bât blesse, c’est quand le Bvg rappelle que « dans le cadre de la Loi de finances 2014, les budgets du Ministère de la Justice (8,4 milliards FCFA), du Ministère de la Culture (3,1 milliards FCFA), du Ministère de la Fonction Publique (1,8 milliard FCFA), du Ministère de la Réconciliation Nationale, Développement des Régions Nord (2 milliards FCFA) et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (10 milliards FCFA), réunis, font 25,3 milliards FCFA ». Chers lecteurs, à vous de juger !

 

 

Les troublantes révélations de SBM

Dans les deux scandales, Soumeylou Boubeye Maïga ne mâche pas ses mots et il DIT TOUT.

Tout d’abord, l’ancien ministre de la Défense et des anciens combattants assomme le président Ibrahim Boubacar Kéïta, en révélant que dans la mise en œuvre des deux contrats, il y a eu une information et un accord préalable du président de la République, chef suprême des armées, à chaque étape. C’est dire que le chef de l’Etat a été mis au courant des contrats relatifs tant à l’achat de l’avion présidentiel que sur les matériels militaires.

 

Pour être plus pointilleux dans ses témoignages, SBM précise: « le président de la République, chef suprême des armées, a donné mandat le 5 novembre 2013 à monsieur Sidi Kagnassy, ainsi qu’à toutes les sociétés qu’il représente, pour faciliter l’acquisition des besoins des forces armées ». Et, la convention entre le Mdac et la société Guo-Star a été signée le 13 novembre 2013 sur cette base, enchaîne-t-il. Avec de telles précisions, IBK ne peut plus faire l’innocent et ceux qui avaient des doutes sur sa connaissance des processus dans les deux affaires sont suffisamment édifiés.

 

Mais SBM ne s’arrête pas en si bon chemin dans sa volonté d’édifier l’opinion dans les deux affaires. En effet, le 4 août 2014, lors de sa rencontre avec le Bvg pour être entendu sur l’«Acquisition d’un aéronef et fourniture aux forces armées maliennes de matériels d’habillement, de couchage, de campement et d’alimentation (Hcca), ainsi que de véhicules et de pièces de rechange », l’ancien ministre de la défense et des anciens combattants a enfoncé le clou, avec des révélations qui impliquent des ministres et qui confirme que derrière l’achat de l’oiseau de malheur, il y a bel et bien la main de Michel Tomi, l’« ami » d’IBK.

Au Bvg, Soumeylou confie que, par rapport à l’achat de l’aéronef, Moustapha Ben Barka (ndlr : le ministre de l’industrie et de la promotion des investissements), a été le principal négociateur du côté malien ». Il pousse le pion plus loin en suggérant à l’équipe de vérification de prendre contact avec Tièman Hubert Coulibaly (ndlr : ministre des domaines de l’Etat, des affaires foncières et du patrimoine) pour plus de précision sur le prix d’achat réel de l’aéronef.

 

Bon Dieu ! En quelle qualité, ces deux ministres, de par leurs postes, peuvent-ils avoir un lien avec l’achat d’un avion présidentiel ? A IBK de répondre à cette question.

 

Toujours par rapport à l’avion, Soumeylou Boubeye Maïga, qui se dit disponible à éclairer la lanterne de la mission de vérification en lui fournissant les explications ou autres documents permettant une bonne analyse de la procédure d’acquisition de l’aéronef, révèle au Bvg que c’est (un certain) Marc Gaffajoli, représentant de Sky Colour, qui a effectué l’audit de l’ancien avion présidentiel et qui a servi d’intermédiaire entre le gouvernement et le vendeur du nouvel avion. C’est le même type qui a cosigné le contrat de cession-acquisition de l’aéronef. Mais, ce qu’il faut aussi et surtout savoir dans le témoignage de Soumeylou, c’est que Marc Gaffajoli est aussi le représentant de Tomi, propriétaire d’Afrijet.

SBM se veut encore plus édifiant. Révélations pêle-mêle : « La société Afrijet a déjà eu à louer un avion ‘Bombardier BD-7 Global Express’ à la Présidence de la République pour un coût de 500 000 euros » ; « Akira Investment, une société écran, a été créée uniquement pour cette opération. C’est pourquoi, la Bdm a viré les 17,5 milliards dans le compte du Trésor public, car elle avait estimé que les références bancaires de ladite société n’étaient pas fiables » ; « Le montant de la transaction (acquisition de l’aéronef) serait de 7,470 milliards de FCFA et cela explique la récente immobilisation de l’appareil en Suisse à la demande du fisc américain » ; « l’Etat malien loue les services d’un équipage étranger à chaque déplacement de l’avion » ; « Il faudrait tout mettre en œuvre pour transférer les titres de propriété de l’avion au nom du Mali afin de sauvegarder les intérêts de l’Etat ».

 

A notre avis, il ne plus rien à savoir à propos de l’achat de l’oiseau de malheur et du contrat d’armement. Sinon que, muni de toute cette pile d’informations accablantes, le Vérificateur général a adressé au procureur de la République une dénonciation des faits pour détournement et complicité de détournement de fonds publics par l’engagement irrégulier des finances publiques ; utilisation frauduleuse et détournement de deniers publics d’un montant de 9 350 120 750 FCFA ; délit de favoritisme ; faux et usage de faux ; trafic d’influence ; fraudes fiscales portant sur le non-paiement des droits d’enregistrement et des redevances de régulation, en l’absence de toute autorisation légale d’exemption.

Sékou Tamboura

 

SOURCE: L’Aube  du   3 nov 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.