Projet GFP Prisons Mandela : donner un visage humain à la prison

La maison d’arrêt de Sikasso construite et réhabilitée par le projet GFP Prisons Mandela mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le développement PNUD et la MINUSMA à travers le financement du Royaume des Pays-Bas, a été réceptionnée ce jeudi 28 Novembre par le Ministre de la Justice et des droits de l’Homme, Garde des sceaux, Me Malick Coulibaly.

 

Cette remise officielle a eu lieu en marge de la troisième Conférence annuelle de l’Administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée organisée du 28 au 30 novembre 2019 à Sikasso, en collaboration avec le Projet GFP prisons Mandela.

C’était en présence Directeur de l’Administration pénitentiaire et de l’éducation surveillée, Ibrahima Tounkara,  Willemijn Van lelyveld, représentant l’Ambassade des Pays-Bas au Mali, Filippo Di Carpegna, représentant le PNUD et plusieurs cadres de l’Administration pénitentiaire

Cette construction-réhabilitation entre dans le cadre des activités d’amélioration des conditions de détention des détenus, en particulier des femmes et des enfants.

De façon générale, au Mali, le milieu carcéral fait face à de nombreux défis tels que la surpopulation, les conditions de vie insalubres, ainsi que la précarité sanitaire et alimentaire.

« A la  maison d’arrêt de Ouelessebougou, nous n’avions ni eau potable, ni électricité. Seuls 2  vieux puits desservaient l’ensemble de la prison, les détenus étaient souvent malades. Une seule cellule accueillait les détenus et nous faisons face à une réelle surpopulation. Grâce au projet GFP Prisons Mandela, nous avons désormais un  forage, des installations solaires, la construction d’un nouveau bâtiment, la réfection de la clôture, qui ont amélioré les conditions pour tous. Nous avons également commencé des activités de formation en couture et jardinage pour préparer la réinsertion socio-professionnelle des détenus. »  témoigne le régisseur Mamadou F.Sidibé

A la couture et  les activités maraichères, s’ajoutent selon les zones, des formations en savonnerie, maroquinerie, menuiserie bois ou soudure.

Des équipements sportifs et des matelas ont également été livrés aux différents centres de détention à travers le pays.

Plusieurs formations ont en outre été organisées pour permettre à l’administration pénitentiaire de mieux exécuter les missions de surveillance et de réinsertion sociale des personnes détenues, dans le respect des règles et standards internationaux pour le traitement des détenus.

Le budget du projet GGP Prisons Mandela s’élève à 8,357,881 USD sur une période de 2016 à 2021. Le Ministre de la Justice et des droits de l’homme s’est réjoui de cet appui à l’amélioration des conditions de détention au Mali.

« Les innovations introduites dans la gestion des centres et les succès enregistrés par le Projet « GFP Prisons Mandela » mis en œuvre avec le soutien du PNUD et de la MINUSMA incitent à persévérer dans cette voie afin de consolider les acquis qui sont unanimement salués par l’ensemble des intervenants du secteur ».

S’adressant aux Directeurs et surveillants de prisons, il a ensuite conclu :

« J’aurais clos mon propos s’il ne me restait à paraphraser le Juge Keba Mbaye qui disait aux magistrats « jugez comme vous auriez aimé qu’on vous juge ». M’adressant à vous, je dirai « gardez comme vous auriez aimé qu’on vous garde ».

Adam MAIGA (Ms.)

Communications Analyst

Programme des Nations Unies pour le développement

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *