Mali-France : Que cache l’Accord de Défense ?

Jean Yves Le Drian ministre français defense visite Ibrahim Boubacar keita president malien ibk

L’on sait que le régime d’IBK a plutôt habillé jusque-là les forces armées, et que peu d’actions concrètes ont été entreprises pour véritablement les équiper. Pour contourner les critiques qui fusent de partout par rapport à cette inaction, le président IBK, avec des mots couverts, essaye de se justifier en faisant croire qu’il serait empêché d’outiller son armée. D’où la question : Qui l’en empêcherait ? À cette question principale, s’ajoute une autre : Pourquoi ?

Evidemment, beaucoup d’entre nous seraient tentés d’évoquer la France pour répondre à la première question. Il reste alors la question subsidiaire. Pourquoi ? Pourquoi la France empêcherait-elle le gouvernement d’acheter les armes dont son armée a besoin pour faire face aux problèmes d’insécurité et de défense du territoire national ?

Nous n’y voyons aucune raison objective, dans la mesure où la France comme la Minusma, pour justifier leur absence sur une partie du territoire national, imputent aux forces armées maliennes la responsabilité de sécuriser le territoire national. En d’autres termes, la France ne saurait se dérober à la sécurisation de tout le territoire national et empêcher les autorités d’équiper les FAMA.

Certains observateurs estiment que le blocage se trouve dans l’Accord de défense qui nous livrerait pieds et mains liés à l’ancienne puissance coloniale. Vrai ou faux ? Mieux vaut tard que jamais et l’ouverture d’un débat sur la question est indispensable. À moins que l’inévitable Tiébilé Dramé ne se saisisse du dossier. Comme il vient de le faire pour l’ORTM dont on attend impatiemment la suite. La France serait-elle trop forte pour Tiébilé ? Possible, quand on sait qu’au nom de la France-Afrique, difficile de devenir chef d’Etat sans la caution de Paris.

Sory Haidara

Source : Le Point

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *