Coopération avec Israël : Bamako, après N’Diaména?

Le président tchadien, Idriss Déby, est arrivé en Israël dimanche dernier 25 novembre. Il vient ainsi d’effectuer la première visite d’un chef d’Etat tchadien à Tel-Aviv depuis la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays il y a quarante ans.

Pour N’Diaména, le séjour de Déby en Israël a surtout pour but de nouer la coopération sécuritaire entre les deux Etats. A l’issue de la visite le mardi 27 novembre, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a annoncé que les deux pays se dirigeaient vers un rétablissement de leurs relations diplomatiques.

Le Tchad a rompu ses relations diplomatiques avec Israël en 1973, après le  déclenchement de la guerre israélo-arabe. Mais si officiellement les relations diplomatiques sont jusqu’ici rompues, les deux pays entretiennent tout de même une  certaine coopération, notamment militaire depuis bientôt 10 ans. Afin de faire face aux différentes rébellions dans le nord et l’est du pays, l’armée tchadienne s’est notamment équipée de matériel militaire israélien. Après 45 ans de relations diplomatiques rompues, il n’est plus aujourd’hui permis de douter que cette visite d’Etat de trois jours du président tchadien marque un rapprochement entre les deux pays.

La preuve : le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a déclaré qu’il se rendra « bientôt » au Tchad, pour y annoncer une reprise des relations diplomatique. Une perspective évoquée également par le président Idriss Déby.

Cependant, reste à savoir comment le Tchad peut-il concilier son « profond attachement » au processus de paix entre Israël et la Palestine avec  l’entretien des relations normales avec l’Etat hébreux alors que la guerre israélo-palestinienne est loin de connaître son épilogue ?

Le Tchad est aujourd’hui  engagé dans la lutte contre les terroristes de Boko Haram et ceux de l’Organisation Etat islamique (EI) en Afrique de l’Ouest. N’Djamena mène aussi des opérations militaires sur son propre territoire, dans le Tibesti notamment, région de l’extrême nord du pays en proie à une recrudescence de tensions. À N’Djamena, on fait  alors valoir que la real politik recommande que le Tchad doit profiter du savoir-faire de l’Etat hébreux, notamment en termes de sécurité, mais aussi d’agriculture en zone désertique.

Il faut rappeler qu’en 2016, le Premier ministre israélien avait effectué une tournée en Afrique, notamment en Afrique du Sud. Dans la foulée, il avait espéré renouer des relations diplomatiques  entre Israël et de nombreux  Etats africains. Benyamin Netanyahu avait alors indiqué qu’après la Guinée, un autre pays de l’Afrique de l’Ouest à majorité musulmane rétablirait prochainement ses relations diplomatiques avec Israël. De nombreux opérateurs agricoles maliens intéressés par les techniques agricoles, visitent régulièrement Israël. D’autre part, la France pourrait encourager nos autorités à entretenir des relations sécuritaires avec Israël. Mais le Mali  pourrait-il emboîter le pas du Tchad? De toute façon, lors du 51è sommet de la CEDEAO tenu en juin 2017 à Monrovia, le président IBK s’est déjà entretenu avec le Premier israélien, Benyamin Netanyahu !

Gaoussou Madani Traoré

Source: lechallenger

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *