Contestation électorale: marches à Kolondièba et à Ségou

Kolondièba : Des électeurs manifestent leur colère dans la rue

Contre les résultats provisoires proclamés par le ministère de l’Administration territoriale, des électeurs ont marché dans la ville de Bamako ont marché, le vendredi dernier, pour exprimer leur mécontentement. À l’image de cette circonscription, les militants et sympathisants du parti Sadi de Kolondiéba envisagent également de manifester ce matin.

En attendant l’arrêt de la Cour constitutionnelle sur le 2e tour des législatives, plusieurs circonscriptions électorales ont exprimé leur ras-le-bol contre des pratiques de bourrage d’urnes, des falsifications des suffrages. Beaucoup d’observateurs sont unanimes que le scrutin a été émaillé par de nombreuses pratiques contraires aux principes de la démocratie.

Ainsi, le vendredi dernier, les militants de l’alliance ASMA, URD, CODEM, UDD, MPM étaient dans les rues de Bamako. Objectif : rejeter les résultats proclamés par le ministère de l’Administration territoire au motif qu’il y a eu bourrage d’urnes dans plusieurs localités.

Ce jour, les marcheurs tenaient des pancartes et les banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « Ségou rejette les résultats du 2e tour des législatives » ; « Ségou dit non aux bourrages d’urnes ». D’autres en revanche scandaient « On veut que la vérité triomphe, que la lumière soit faite sur cette affaire ».

Devant les manifestants très révoltés et indignés, le porte-parole a déclaré que le second tour des législatives à Ségou a été une mascarade électorale. Pour lui, ce qui s’est passé est anti-démocratique. C’est pourquoi, a-t-il indiqué, les responsables de l’alliance ASMA, URD, CODEM, UDD, MPM ont saisi la Cour constitutionnelle afin d’annuler les votes des bureaux de vote où il a été constaté des bourrages d’urnes.

« Nous faisons confiance à la Cour constitutionnelle en vue d’annuler simplement et purement les votes des centres où il y a eu des irrégularités et d’autres situations qui vont à l’encontre de la loi électorale », a demandé le porte-parole.

De même, ce matin, des partisans de Oumar MARIKO annoncent une grande mobilisation dans les rues de Kolondièba malgré la pandémie du coronavirus pour dire non à l’achat des consciences, au tripatouillage des suffrages des électeurs, le 19 avril dernier en faveur de la liste RPM-URD. Cette marche partira du siège du parti à la préfecture de Kolondiéba, selon ses initiateurs.

Les militants du Sadi, à travers cette manifestation annoncée pacifique, veulent dénoncer la complicité de la CENI locale, l’Administration, celle des présidents de bureaux de vote et des assesseurs, et les services de renseignement contre Oumar MARIKO et son colistier.

Aussi, vise-t-elle, à déplorer, le discours ethnocentrique, tenu par les adeptes de la liste de l’alliance ‘’insultante’’ contre la démocratie, une chose dangereuse pour la quiétude de Kolondièba.

Selon les organisateurs de cette marche, plus de 50 000 personnes sont mobilisées pour participer à la manifestation. Par ailleurs, au lendemain de ces élections, le candidat Oumar MARIKO avait organisé un point de presse pour rejeter les résultats. Pour lui, il n’y a pas eu d’élection à Kolondièba, ce 19 avril. Le processus a été entaché par de nombreuses pratiques contre à la démocratie.   

À savoir que le parti Sadi compte sur la Cour constitutionnelle pour invalider le vote dans certains bureaux dans des communes de Kolondiéba.

Par Sikou BAH

INFO-MATIN

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *