Communication «DESASTREUSE» autour de l’attaque de Nampala : L’URD demande la démission des ministres de la Défense et de la Communication

Indignée par la communication qu’elle juge désastreuse sur la tragédie de Nampala, l’URD demande la démission du ministre de la Défense et des anciens combattants ainsi que celui de la Communication, porte-parole du gouvernement. La demande a été faite au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée le 25 juillet à la Maison de la Presse.

moussa ag assarid urd

Suite à l’attaque perpétrée contre l’armée malienne à Nampala, le 19 juillet, le gouvernement a tenté de rassurer la population. Après le Conseil de défense à Koulouba le même jour, le ministre de la Défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly a annoncé sur les antennes de la télévision nationale (Ortm) que l’armée est revenue à Nampala pour sécuriser les populations.

Quelques heures plus tard, cette déclaration a été démentie par les autorités de ladite localité. Une situation qui a irrité l’URD, principal parti de l’opposition. Furieux contre cette attitude du gouvernement, le parti de la poignée de mains a rencontré la presse pour non seulement dénoncer ce qu’il appelle mensonge d’Etat, mais aussi demandé la démission des ministres qui ont fait des déclarations mensongères.

En l’occurrence,  les ministres de la Défense et des anciens combattants, Tiéman Hubert Coulibaly,  ainsi que celui de l’Economie numérique, de l’Information et de la Communication, porte-parole du gouvernement,  MountagaTall.

Dans sa déclaration, le 1er vice-président de l’URD, Pr SalikouSanogo,   indique qu’avec  un sérieux déconcertant, le ministre de la Défense a déclaré   à la télévision nationale que «nos forces sont revenues prendre le contrôle du camp et sécuriser la ville». Son message a été relayé par son homologue de la Communication, porte-parole du Gouvernement sur RFI, le lendemain 20 juillet 2016. Au même moment, les populations de Nampala étaient abandonnées à elles-mêmes. Aucun renfort pompeusement annoncé par ces deux membres du Gouvernement n’était présent dans la ville, s’indigne-t-il.

«Nous savions que le mensonge d’Etat était le sport favori du régime IBK, mais de là à vouloir rassurer tout un peuple après des faits aussi graves qu’intolérables, par des mensonges grotesques, constitue le pire des mépris qu’un régime peut avoir envers son peuple», a déclaré le principal conférencier.

Avant d’interroger : pourquoi mentir que Nampala a été sécurisée alors qu’il n’en était rien.

Si la ville était réellement sécurisée pourquoi le Président de la République ne s’y est pas rendu pour célébrer nos vaillants soldats tombés sur le champ de l’honneur ? Qu’est-ce qui s’est passé réellement ? Qu’est-ce que le Gouvernement cache au peuple ? Qu’est-ce qu’on a fait de la Loi de programmation militaire votée à l’unanimité par l’ensemble de nos députés ? Voilà entre autres des questions auxquelles le Président de la République doit répondre devant le peuple, estime le Pr Sanogo. «Où sont les hélicoptères dont l’acquisition avait été annoncée il y a quelques mois », se demande-t-il.

Partant, l’URD a exigé du Gouvernement plus d’efforts pour doter nos forces armées et de sécurité en équipements adéquats leur permettant d’assurer efficacement la sécurité des personnes et de leurs biens. Mais avant, l’URD affirme ne pas comprendre comment dans un  pays en crise comme le nôtre, on peut se permettre de garder dans une équipe gouvernementale, censée apporter la paix et la stabilité, des ministres déconnectés de tout sauf du mensonge.

Sous d’autres cieux, indique son vice-président, les deux ministres, à défaut de se démettre, devaient être purement et simplement remerciés du gouvernement.  Avant d’ajouter que le Chef de l’Etat n’est pas exempt de  reproches pour le manque d’équipements de nos forces armées. Car dès l’entame de son mandat, il a pu se procurer très rapidement d’un avion présidentiel au prix d’achat jusque-là inconnu du peuple.

Au sujet des accusations du Président IBK, l’opposition demande au Chef de l’Etat d’être plus courageux et plus explicite dans ses déclarations. Car quand il affirme que tout a été fait par certaines puissances pour empêcher l’équipement des FAMa, il doit avoir le courage de nous dire ce qui nous empêche   d’acquérir ces instruments essentiels pour la sécurité de nos forces armées et  citer les amis du Mali qui refusent que nos FAMa soient équipées d’armes aériennes.

Communiqué «ridicule» sur  les derniers affrontements à Kidal

Désorienté, affirme l’URD, le gouvernement s’est une fois de plus embourbé dans son amateurisme en diffusant un communiqué ‘’ridicule’’ sur les affrontements ayant opposé la CMA au Gatia les 21 et 22 juillet à Kidal. Dans ledit communiqué, s’insurge l’URD, le gouvernement a prouvé que Kidal lui échappe sur tous les plans, y compris au plan de l’information. Au moment où le citoyen lambda savait que les affrontements opposaient la CMA et le Gatia, le gouvernement ignorait tout.

«Le Gouvernement, à travers son porte-parole, a produit un communiqué très confus sur l’identité des belligérants dans lequel il n’a pas cru bon de condamner les violences en se contentant tout simplement d’affirmer  qu’il suit avec gravité les affrontements…

Et pire, le Gouvernement poursuit en ces termes : En conséquence, le Gouvernement de la République du Mali demande à la CMA et au Hcua de faire preuve de retenue et d’arrêter les hostilités dans l’intérêt supérieur des populations.

Cette affirmation prouve à suffisance que le Gouvernement a abandonné la ville de Kidal car ne sachant même pas que les hostilités ont opposé le Gatia et le Hcua (Groupe membre de la CMA) et non la CMA et le Hcua ».  En conclusion, les conférenciers ont demandé la démission des ministres Tiéman Hubert Coulibaly et MountagaTall.

Oumar KONATE

Source: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *