Commune V : Les députés expliquent la loi de finance 2016

La loi de finance et celle dite de programmation militaire ont été détaillées à leurs mandants par les élus aux populations de Commune V. Une activité citoyenne qui a été bénéfique dans une période où de folles rumeurs entourent les deux lois.

assemblee nationale malienne depute vote parlement peuples elus

En séance de restitution, les élus en Commune V du district de Bamako ont expliqué les grandes décisions de la session d’octobre de l’Assemblée nationale. La rencontre qui s’est tenue le samedi dernier à la Maison de la femme et de l’enfant de Sabalibougou a vu la participation massive des populations de la commune.

Profitant de cette tribune, les trois députés de la circonscription, Amadou Thiam, Togola Jacqueline-Marie Nana et Moussa Timbiné se sont montrés attentifs aux préoccupations des citoyens de la Commune qui ont été bien informées sur l’activité parlementaire.

Dans une démarche pédagogique, un spécialiste en l’occurrence, Pr. Baba Berthé a été mis à contribution pour expliquer la composition et le fonctionnement de l’Assemblée nationale, ses attributs et le rôle d’un député.

L’honorable Amadou Thiam fera remarquer c’est tradition instaurée de restituer chaque session de l’Assemblée nationale. “La session d’octobre dernier a vu passer beaucoup de lois importantes, notamment, le projet de finance 2016, qui est le budget 2016. Pour une première fois, le Mali a eu 2000 milliards et les secteurs majoritaires comme l’agriculture qui représente plus de 15 %, qui est une exigence communautaire. Nous sommes aussi avec la loi de la programmation militaire. Cette loi est en train d’être financée à hauteur de plus de 200 milliards, ce qui est extrêmement important. Il y a beaucoup de projets d’investissement qui vont dans plus de 700 milliards. Ce qui est une avancée majeure en termes d’investissement sur le budget national. Nous avons voté la loi portant promotion du genre dans les postes électifs et nominatifs”, a-t-il commenté.

Pour le député élu en Commune V du district de Bamako, faire une restitution est un devoir vis-à-vis du peuple. Car, soulignera-t-il, cette action permettra de donner les vraies informations à la population pour qu’elle ne tombe pas dans la rumeur qui a circulé autour de la loi.

A. M. C.

Source: L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *