Installez la meilleure application pour regarder ORTM

Disponible sur Google Play

Commission Travaux publics, Transports et Habitat de l’Assemblée nationale : La plus dynamique et la plus opérationnelle

assemblee nationale bagadadji groupe suivi budgetaire

Le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a inscrit son mandat dans le développement du pays, la lutte contre le chômage et la pauvreté, l’emploi des jeunes, la lutte contre la corruption etc. Dans cette noble mission, il est accompagné par la majorité parlementaire à l’Assemblée nationale. Parmi les grands défenseurs de ce programme présidentiel, il est important de signaler la touche particulière d’un homme : l’honorable Yacouba Traoré, député élu dans la circonscription électorale de Ségou et Président de la Commission Travaux Publics, Transports et  Habitat de l’Assemblée nationale du Mali.

 

 

Celui qu’on appelle affectueusement Yacou, n’est pas un inconnu sur la scène politique malienne. En effet, c’est lui qui, de toutes les associations et autres clubs de soutien au candidat Ibrahim Kéita, a réussi, durant la campagne, à faire le plein de la grande salle du palais de la Culture Amadou Hampaté Bah. Fort de l’engagement de la jeunesse à ses côtés, Yacouba Traoré s’est engagé dans un challenge qui n’était pas gagné à l’avance : celle d’obtenir le suffrage des électeurs de la circonscription électorale du Cercle de Ségou. Heureusement, grâce à sa personnalité et son respect de la parole donnée, il réussit à convaincre et à s’imposer, détrônant plusieurs barrons de la scène politique ségovienne. C’est ainsi qu’il devient député à l’Assemblée nationale où beaucoup l’avaient pressenti au perchoir. C’est vrai que l’appétit vient en mangeant mais en très noble bamanan, Yacouba Traoré a su décliner cette offre pour jeter son dévolu sur la Commission Travaux Publics, Transports et Habitat de l’Assemblée. Ce choix qui n’est point fortuit, Yacouba Traoré est un ingénieur des constructions civiles et du génie rural, lui sourit. Il en devient le Président au grand bonheur de ses collègues députés et de ses nombreux partisans à travers le pays. Désormais aux commandes de la Commission Travaux Publics, Transports et Habitat, Yacouba Traoré noue une dynamique de type gagnant-gagnant avec le ministère de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, dirigé par Mamadou Hachim Koumaré. « La complicité » entre les deux hommes semble payante. Car, l’un ne voyage jamais sans l’autre. C’est ainsi que nous avons rencontré l’honorable Yacouba Traoré et ses collègues de la Commission lors des visites de chantier du ministre Koumaré sur les chantiers de l’autoroute Bamako-Ségou, du poste de péage et de pesage de Markala, de la mise en eau du bac de Faléa (Cercle de Kéniéba, région de Kayes), de l’aéroport de Sikasso et du barrage de Kouoro Barrage. Dans toutes ces localités, l’honorable Yacouba Traoré s’est évertué à expliquer aux populations réfractaires le bien fondé desdits chantiers. C’est ce qui explique la libération des emprises à Marakacoungo, Fana, Konobougou etc. Par ailleurs, le président de la Commission Travaux Publics, Transports et Habitat, a expliqué aux populations des différentes localités que l’Assemblée nationale suit les ministres dans le cadre du contrôle de l’activité gouvernementale et que l’intérêt des populations concernées prime toujours. Dans le même cadre, l’honorable Yacouba Traoré a rendu visite à tous les chantiers en difficulté dans le but de leur relance rapide pour le grand bonheur des populations. D’autres chantiers sont en perspectives, notamment la route Kidal-Frontière algérienne qui a déjà fait l’objet d’un projet de loi à l’Assemblée nationale. C’est pourquoi, plusieurs localités enclavées, fondent un immense espoir sur une éventuelle visite de l’honorable Yacouba Traoré, pour enfin sortir du désenclavement, source de plusieurs maux dont la pauvreté.

 

 

L’intéressé qui se dit au service du développement du Mali tout entier, se dit par ailleurs prêt à aller partout où le besoin se ferai sentir pour le bonheur des populations et l’essor de notre « Maliba ».

 

SOURCE: La Dépêche

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.