CNT : Le CSDM appelle à la destitution d’Issa Kaou Djim

Le Conseil supérieur de la diaspora malienne (CDSM) a organisé le samedi 13 mars 2021 un point de presse animé par son président, Mohamed Cherif Haïdara. L’objectif de ce point de prince était d’appeler à la destitution d’Issa Kaou Djim du Conseil national de la transition (CNT).

 

Selon le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne (CSDM), Mohamed Chérif Haïdara, le 6 mars dernier Issa Kaou Djim a appelé à une candidature du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta en violation de la Charte de la transition.

« Lors de cette activité associative, Djim, non moins 4e vice-président du CNT, a osé déclarer une hypothétique candidature aux prochaines élections présidentielles du vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. Or, la Charte qui régit cette période transitoire, en son article 9, dit clairement que le président et le vice-président de la Transition ne sont pas éligibles aux élections présidentielles et législatives qui seront organisées pour marquer la fin de la Transition. La présente disposition n’est pas susceptible de révision. Mais, malgré cette disposition de la Charte, Djim a affirmé que s’il le fallait, on modifierait la Charte de la Transition afin de permettre au colonel Assimi Goïta d’être candidat et de remporter la prochaine élection présidentielle », s’est justifié M. Haïdara.

« Au regard de la situation sécuritaire, politique et du climat social tendu dans notre pays, Djim, va mettre en péril la Transition avec ses propos et son comportement belliqueux. Et cela, malgré les sacrifices, les efforts des Maliens et de la communauté internationale. S’il continue ses manœuvres, il se rendra coupable de la déstabilisation des institutions de la Transition », a ajouté le président du CSDM.

Mohamed Chérif Haidara a attiré l’attention du chef de l’Etat,  Bah N’Daw, du vice-président, le colonel Assimi Goïta, du colonel Malick Diaw, président du CNT, et le gouvernement « sur les conséquences néfastes du verbiage aventureux d’Issa Kaou Djim qui risque de créer une suspicion voire une radicalisation des Maliens contre tous les organes de la Transition mais surtout contre le vice-président Goïta, qui a, jusqu’à présent, su faire preuve de retenue, de responsabilité, de patriotisme et s’est surtout attelé à sa mission relative aux questions de défense et à la réorganisation de notre brave armée pour sécuriser le pays ».

Par ailleurs, toujours au cours de cette même activité du 6 mars de l’ARCT au CICB, Djim a présenté Hamidou Traoré, 6e vice-président du CNT comme le représentant du président des Maliens de l’extérieur.

Hamidou Traoré était sûrement présent au nom des adhérents de son association le Haut conseil des Maliens de l’extérieur et non pour représenter tous les Maliens établis à l’étranger (HCME).

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *