CMAS: Guerre de communiqués

Il y a quelques jours, Issa Kaou Djim, le coordinateur de la Cmas dont le président d’honneur est l’Imam Mahamoud Dicko, a été destitué de son poste. Les dessous d’une destitution. 

 

Depuis un certain temps, l’eau ne coule plus entre Issa Kaou Djim et son beau père l’Imam Mahamoud Dicko. Selon notre source, cette mésentente serait d’ordre familial. Tout en écartant la thèse de la fille de Dicko. Sans rentrer dans les détails, notre source clarifie que les conflits d’avec Dicko n’ont rien à voir avec ce qui se passe entre Issa Kaou Djim et le bureau national de la Cmas.

En ce qui concerne sa destitution du poste de coordinateur général de la Cmas, à en croire notre source, Djim agissait trop en son seul nom. Chose qui contredit, selon elle, les principes directifs de la coordination. Le bureau exécutif a décidé de le destituer pour plusieurs raisons parmi lesquelles : l’expulsion du M-5RFP du siège de la Cmas, l’entrée de M. Djim et la présidente des femmes de la Cmas au CNT et la création de l’ACRT (Appel citoyen pour la réussite de la transition). Toutes ces actions seraient des actes unilatéralement pris et exécutés par Issa Kaou Djim, sans l’aval ni de l’Imam, encore moins du bureau exécutif. « Djim voulait voler de ses propres ailes », précise notre interlocuteur, ajoutant que c’est la décision du bureau qui l’emportera. A ses dires, la Cmas n’appartient pas à l’Imam et par conséquent ce dernier ne se prononcera pas sur le sujet.

« En bon musulman, Dicko et Djim pourront se pardonner, mais ils ne feront plus jamais chemin ensemble en ce qui concerne la politique. Djim voulait s’épanouir seul et donc, voilà l’opportunité », a-t-il soupiré.

Après sa destitution, Djim a animé une conférence de presse le mercredi dernier au cours de laquelle, il affirme s’en tenir à la décision finale de l’Imam : « J’ai 20 ans de collaboration avec l’Imam. Je ne croirais pas qu’il accepterait cette décision ». Notre source, très proche de l’Imam, insiste que ce dernier ne se prononcera jamais sur cette affaire encore moins annuler la décision du bureau national. Le dé est lancé. Le temps nous en dira plus.

Koureichy Cissé

Source : Mali Tribune

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.