Ce que le Vérificateur général n’a pas vu : les 100 millions de Madame Cissé Kaïdama Sidibé et les 1,5 milliards de Cheick Modibo Diarra

sidi sosso diarra verificateur general vegal corruption detournement

Dans le dossier relatif à la gestion financière de la Primature, le Vérificateur général, dans le chapitre consacré aux fonds algérien et marocain, disait dans son rapport que : « l’équipe de vérification n’a pu disposer de documents régissant ces fonds. Les documents fournis à l’équipe, retraçant l’historique des opérations, indiquent respectivement 208 228 726 FCFA et 160 000 000 FCFA de décaissement sur les fonds algériens et marocains pour alimenter la régie d’avance ».

En réalité, c’est bien plus de  160 millions de FCFA ponctionnés  sur le fonds algériens. A la date du 23 juillet 2012, ce sont 1 536 878 050 qui ont été soustraits du fonds algérien, d’un montant de 4 498 054 7051. Le solde crédit à cette date là est  de +2 961 176 655 FCFA.

 

La première ponction sur ce fonds algérien a été effectuée le 13 janvier 2012 par les soins du Premier ministre d’alors, Mme Cissé Kaïdama Sidibé, au profit, semble t-il, de l’armée. Ce fonds destiné au développement du nord du Mali, gracieusement offert  par les amis algériens, était logé à l’Agence pour le Développement du nord du Mali (ADN). C’est à la faveur de sa nomination à la Primature que Mme Cissé a demandé, via son Directeur de Cabinet, Makan Fily Dabo, au Directeur de l’ADN de virer les 4,4 milliards de FCFA dans le compte  BMS n°0313884.030.01 intitulé : « compte spécial d’appui au développement du nord du Mali ». C’était le 11 juillet 2011. Le lendemain, le patron de l’ADN s’est exécuté en écrivant au PDG de la BMS – sa, lequel a immédiatement fait l’opération le même jour.

 

A sa nomination à la primature, Cheick Modibo Diarra s’est rendu compte que le fonds algérien a été détourné de sa mission première et que son prédécesseur  y a pompé une centaine de millions pour l’armée. Lui, à son tour, n’a pas hésité à donner des instructions pour quatre grandes ponctions, au bénéfice de la paierie générale : 100 millions (le 29 juin 2012) 300 millions (le 11 juillet 2012) 76 millions 824 000 (le 12 juillet 2012) et 60 millions (le 13 juillet 2012).

 

Le fonds algérien a donc été détourné de sa mission première. Il n’a pas servi au développement des régions du nord. Si l’Algérie savait que ce fonds allait atterrir à la pairie générale et au ministère de la Défense, elle n’allait pas délier la bourse.

 

Ce détournement de fonds est une preuve supplémentaire que Bamako n’a jamais voulu développer le nord. Au lieu que Koulouba prévoit dans le budget national des investissements pour le nord, le pouvoir détourne les aides faites en direction du septentrion du pays. Nombreux sont les projets, destinés au nord du pays, qui finissent de la même manière. Le détournement de fonds destinés au nord est monnaie courante tant au niveau central que régional. Il ne se trouve personne pour vérifier la destination des fonds escroqués au détriment du septentrion.

Avec le nouveau régime, il faut que cela cesse.

 

A suivre.

 

Chahana Takiou

Source: 22 Septembre

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *