Boubou Cissé, premier ministre : “2020 est placée sous le signe de l’espoir, de l’espérance et du renouveau”

Le Premier ministre Boubou Cissé est très optimiste pour cette nouvelle année. Il l’a affirmé devant son employeur lors de la traditionnelle présentation de vœux du gouvernement au chef de l’Etat, la semaine dernière.

Boubou Cissé et son gouvernement veulent voir les choses en grand pour 2020. Du moins, ce sont ses vœux pour la relancer du pays après ce qu’il a qualifié (2019) « d’année difficile ».

«…J’ose placer la nouvelle année 2020 sous le signe de l’espoir, de l’espérance et du renouveau », a annonce le chef du gouvernement. Pour ce faire, le Premier ministre affirme qu’il aura besoin de la légendaire baraka du pays, mais surtout de la vision et des ambitions du président de la République pour le Mali.

Partant, le chef de l’exécutif entend mettre cette vision en œuvre en exécutant des instructions contenues dans la Lettre de mission du président, déclinée en cinq (5) axes. Boubou Cissé rassure que ces cinq axes vont être traduits en actions par son gouvernement.

Renforcer la gouvernance

Face au président de la République, le Premier ministre, dans un discours à l’allure d’une Déclaration de politique générale, croit en sa démarche et veut la renforcer et l’améliorer. Ainsi, il a indiqué que dans les domaines de la Gouvernance, des réformes politiques et institutionnelles, son gouvernement s’est attelé à assurer le bien-être et le mieux-être des citoyens à travers la consolidation de l’Etat de droit, le renforcement de la cohésion nationale, la lutte contre le terrorisme et l’insécurité et la restauration de nos valeurs.

S’agissant de la consolidation de l’Etat de droit, Boubou Cissé souligne l’amélioration du service public de la justice et des conditions de travail du personnel, le transfert des compétences et ressources aux collectivités locales, le renforcement de la décentralisation et le rapprochement de l’Administration des populations, la gestion efficace et efficiente des frontières à travers la mise en œuvre des réformes administratives et l’amélioration de la visibilité et lisibilité de l’action gouvernementale.

Pour ce qui concerne le renforcement de la cohésion nationale, il a noté la poursuite de la mise en œuvre de l’Accord pour la réconciliation et la paix au Mali issu du processus d’Alger avec l’intégration de 1 006 ex-combattants des mouvements signataires déclarés aptes dans les rangs des forces armées et de sécurité ; l’intégration de 324 combattants en fin de formation ; le reclassement et l’affectation de grades à 707 ex-combattants.

Vaincre le terrorisme et l’insécurité

En matière de lutte contre le terrorisme et l’insécurité, le Premier ministre se veut très rassurant quant aux actions de son gouvernement. Il a précisé que son équipe a entrepris d’énormes efforts à travers le renforcement des capacités de nos forces de défense et de sécurité en effectifs, en formation, en équipements à travers la mise en œuvre de la Loi d’orientation et de programmation militaire, la Loi de programmation sur la sécurité intérieure.

Une croissance inclusive soutenue

En sa qualité de Premier ministre et ministre de l’Economie et des Finances, Dr. Cissé a informé le président de la République que dans le cadre de la promotion de la croissance inclusive, son gouvernement a tenu le débat d’orientation budgétaire le 25 juin 2019 à l’Assemblée nationale. Débat au cours duquel le Parlement a pu apprécier le cadrage budgétaire à moyen terme du Gouvernement.

Il se félicite que son équipe ait pu maintenir le prix à la consommation à 1,8%, en dessous de la norme communautaire de 3%; soutenir le déficit budgétaire à 4,8%, en dessous de la norme communautaire de 3%; la croissance à 5%.

L’économiste soutient qu’il a instruit également la mise en place d’un cadre pérenne de mobilisation des recettes à travers des dispositifs permettant de renforcer la lutte contre la fraude, la corruption et la délinquance financière; l’opérationnalisation de Zones économiques spéciales et la promotion de la finance islamique.

Une production agricole en hausse de 7,1%

S’il y a un aspect qui a retenu l’attention dans la présentation de vœux du Premier ministre, c’est l’annonce de l’augmentation de la production agricole de 7,1%. Boubou Cissé annonce au chef de l’Etat que dans le cadre de la valorisation des potentialités du pays, l’affectation de 15% du budget national au secteur agricole et la poursuite de la subvention des intrants ont permis d’augmenter la production malgré un contexte difficile, caractérisé par l’insécurité et les contraintes environnementales et météorologiques. Il déclare : « La production céréalière attendue est de 10 876 176 tonnes, soit 7,1% d’augmentation par rapport à la campagne précédente. Pour le coton, la prévision est de 800 000 tonnes. »

Concernant les sous-secteurs de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture, le chef de l’Exécutif estime que les efforts ont porté sur l’amélioration de la qualité de la production et celle des équipements et infrastructures.

La formation professionnelle et l’emploi des jeunes

Concernant la formation professionnelle des jeunes et des femmes et la promotion de l’employabilité, le gouvernement, selon Boubou Cissé, a décidé de mettre les bouchées doubles. Dans cette perspective, il affirme que les réalisations ont porté sur la formation de 7 536 jeunes déscolarisés et non scolarisées pour une meilleure perspective d’emploi ; le financement de 1 771 projets d’activités génératrices de revenus, 154 projets de micro-bâtiment, froid climatisation, carrelage, plomberie, électricité bâtiment, staff/plâtrier; l’octroi de 50 bourses de formation en coupe-couture aux filles déscolarisées; le placement de 5 425 jeunes en stage de formation professionnelle, 73 jeunes en stage de qualification, 450 jeunes en apprentissage ou en formation à la carte.

Une diplomatie offensive

S’agissant de la diplomatie, de la coopération internationale et du partenariat, le Premier ministre explique : « Les actions identifiées telles que la mobilisation des ressources financières, la défense des intérêts de notre pays à l’extérieur, la protection des maliens établis à l’étranger, la sécurisation et la protection des migrants, la promotion de la présence des cadres maliens dans les organisations internationales, ont été menées pour améliorer la performance de notre outil diplomatique. »

Terminant son intervention par une note d’espoir, le chef du gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre le programme du président de la République à savoir « Ensemble pour la Paix et le Progrès : Notre Grand Mali avance ». Pour y arriver, il préconise la solidarité et la cohérence, l’intensification des missions sur le terrain, la meilleure communication, la culture de l’obligation de résultats et la croisade contre les trois « i » (insécurité, incivisme, insalubrité).

Harber MAIGA

Source : Azalaï Express

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *