Blanchiment d’argent: Le dossier de l’ex-ministre Dramane Dembélé devant le Pôle économique

Malversations, détournements, les faits pour le moment ne sont pas formellement établis. Toutefois, de lourds soupçons pèsent sur la gestion des fonds alloués au programme des logements sociaux sous la gouvernance de Dra. C’est une cagnotte de plus de 700 millions que l’ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Dramane Dembélé de l’Adema devra justifier devant le 6ème cabinet du Pôle économique et financier de Bamako.

dramane dembele ministre habitat urbanisme adema pasj

La charge émane d’une taupe tapie à l’intérieur du CENTIF (Centre National de Traitement des Informations Financières) inquiète et suscite des nuages qui s’amoncellent au-dessus de la tête de Dra : « la mal gouvernance financière, relève-t-elle, conjuguée à un management des hommes fondé sur des intrigues risque d’avoir définitivement raison de la crédibilité de Dramane Dembélé de l’Adema, ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme ».

Plus d’un milliard à justifier

C’est une dénonciation en règle du Centre National de Traitement des Informations Financières (CENTIF) qui a été faite auprès du 6ème cabinet du Pôle économique  et financier. En clair, l’ex-ministre de l’Habitat  et de l’Urbanisme Dramane Dembélé,  a été épinglé par le Centre National de Traitement des Informations Financières (CENTIF) pour un blanchiment de capitaux portant sur 700 millions de francs CFA. Et cela, après qu’il ait occasionné à son passage à la Direction Nationale de la Géologie et des Mines (DNGM) une perte sèche de 6,397 milliards de francs CFA dans l’attribution d’exonérations aux opérateurs miniers. Depuis, Dra  n’en finit pas de faire des vagues. Au point que le Pôle économique et financier, sous dénonciation du CENTIF, a décidé de jeter une pierre dans le jardin secret de l’ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme. La suite est connue : le 6èmecabinet du Pôle économique et financier a saisi les comptes bancaires de Dra.

L’ancien « sinistre » malien, entendez l’ex-ministre malien de l’Habitat et de l’Urbanisme est au cœur de gros scandales d’État du pays. Ainsi, après la retentissante magouille autour de l’attribution des 1552 logements sociaux de Tabacoro (Bamako) en juillet 2015, le voilà (encore) suspecté de blanchiment de capitaux et/ou d’enrichissement illicite.  Le montant blanchi s’élèvent à 700 millions de FCFA et le dossier a atterri au 6èmecabinet du Pôle économique et financier de Bamako.

Depuis l’arrivée de Dramane Dembélé dans le gouvernement, jusqu’à son départ le 7 juillet dernier, sa gestion a toujours alimenté les conversations et  suscité des interrogations au niveau de bon nombre de gens. En tout cas, une certitude : Dra a quitté le gouvernement afin de pouvoir réponde de ses actes.

Pendant que le scandale des logements sociaux indûment attribués à la famille du Premier ministre Modibo Keïta est sur toutes les lèvres, le ministre Dra de l’Habitat et de l’Urbanisme revient à nouveau au-devant de la scène. Et cette fois-ci, d’une manière plus rocambolesque.

En effet, les mouvements observés sur les comptes de Dra font ressortir  des entrées de fonds. Et  c’est Ecobank qui a donné l’alerte, en attirant l’attention du CENTIF sur des mouvements suspects dans l’un des comptes du  ministre Dra. La CEDEAO y a transféré deux montants respectifs de 700 000 dollars, soit plus de 420 millions de FCFA, et 500 000 dollars, soit 280 millions de FCFA. Le total des transferts de liquidité s’élève à 1 200 000 dollars, soit 700 millions de FCFA.

Autre irrégularité relevée, c’est la transaction suspecte du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme qui a fait un transfert de 200 millions de FCFA dans un compte à Dakar, pour l’achat d’un appartement. Aujourd’hui, il est  prouvé que cette maison est effectivement achetée et déjà habité par le fils de l’ex-ministre.  Voilà d’un trait, l’état des lieux après le passage de Dra au ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme, brossé par une taupe qui sait manifestement de quoi elle parle.

Du coup, les deux transactions financières lèvent tout doute chez Ecobank qui en fournit les moindres détails au CENTIF. Celui-ci suspecte un blanchiment de capitaux, en informe par les voies appropriées. Avant de saisir le Pôle économique et financier de Dra.

Dra en taule position

En outre, conformément à l’article 29 de la loi qui le crée, le CENTIF a enclenché l’action judiciaire qui met à l’œuvre le Procureur de la République, puis le juge d’instruction du Pôle économique, le juge Kassogué. Une dénonciation en règle d’une gestion « mafieuse » du département de l’Habitat et de l’Urbanisme, sous Dra. Faites quelque chose s’est-il écriée le CENTIF dans son rapport. Cette adresse est destinée au Procureur général comme un appel au secours pour sauver ce qu’il reste du passage de Dra au gouvernement. Pour l’instant, il ne s’agit que d’une dénonciation interpellatrice du CENTIF. Il appartient maintenant au 6ème cabinet du Pôle économique d’établir la part du vrai et du faux et si nécessaire, de donner au dossier, la suite judiciaire qui sied, par l’interpellation de l’ex-ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme.

Répondant à la question d’un confrère, Dra a reconnu les faits, mais a précisé : «Ce sont des paiements consécutifs aux consultations que j’ai effectuées pour une société minière entre 2011 et 2012. Il y a eu du retard dans les paiements. Je suis en train de chercher le contrat qui nous liait. D’ici à ce week-end, je le retrouverai dans mes paperasses. Je ne me reproche rien».

Pourtant, il y a paradoxe : l’ancien dirlo de la DNGM, Dramane Dembélé, bombardé ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme,  draine derrière lui des casseroles de 1,12 milliard de francs CFA durant les années 2004,2005 et 2006 dans le recouvrement des taxes et redevances liées à la détention des titres miniers. Et comme si cela ne suffisait pas, il a fraudé (encore) la somme de 6,397 milliards de francs CFA pendant les périodes 2008, 2009 et 2010, lors de la mise en œuvre des exonérations douanières accordées aux opérateurs du secteur minier par la DNGM et la direction générale des Douanes.

De par l’ampleur des scandales qu’il draine derrière lui, seules des enquêtes judiciaires pourraient  guérir de ses maux  l’ancien ministre malien de l’Habitat et de l’Urbanisme, Dramane Dembélé.

De bonne source, les comptes bancaires de Dra ont été bloqués, sous la demande du Pôle économique et financier de Bamako. Sauf empêchement, la justice s’apprête à interpeller, l’ex-ministre Dramane Dembélé de l’Adema.

Affaire à suivre et poursuivre donc.

 

Jean Pierre James

Source: Nouveau Réveil

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *