Au fil de la presse

Dans Le Reporter du22 Novembre 2013

presse papier mali

Le confrère écrit : « Le gouverneur de Kidal après la libération des bâtiments de l’Etat : “tous les fonctionnaires de Kidal doivent retourner à leurs postes” »

Vous y êtes, (à Kidal) mon gouverneur, parce que, vous êtes bien protégé. Alors invitez gentillement les autres à regagner Kidal, au lieu de parler de devoir.

Toujours dans Le Reporter du22 Novembre

Le gouverneur de Kidal : « Il y a eu la remise le jeudi 14 novembre 2013 comme convenu. Mais, c’est le 15 novembre, que nous avons eu les clés des mains des responsables de la Minusma à Kidal. Cette remise des bâtiments administratifs ne concerne pas que le gouvernorat et l’Ortm, ce sont tous les bâtiments administratifs : les directions régionales, les impôts et les autres services de l’Etat. Nous avons les clés mais nous n’allons pas les habiter maintenant. »

Dans ce cas, où, allez-vous M. le gouverneur “loger” tous les fonctionnaires, de Kidal ?

Dans l’Adrar des Ifoghas ?

Dans L’Inter de Bamako du 25 Novembre

Yoro Sow écrit : « Pour concurrencer ses prédécesseur à travers leurs épouses, l’ancien président de la République par intérim s’apprêterait à lancer dans les jours à venir sa fondation. »

“Seigneur, pardonnez-lui, car il ne sait pas ce qu’il écrit.”

Toujours dans L’Inter de Bamako du 25 Novembre

Yoro Sow écrit : « Annoncé, après son départ de la transition chaotique qu’il a dirigée, dans un organisme international, le Pr. Dioncounda Traoré se serait décidé à rester sur la scène politique nationale pour ne pas tomber dans l’oubli total. Ce nouveau contact que l’ancien président par intérim compte mettre en place se fera à travers une organisation humanitaire du nom de la Fondation du Sahel. »

N’importe quoi !

L’humanitaire et le politique font deux.

Dans L’Aube du 25 Novembre

Le confrère écrit : « Un des ministres du gouvernement Oumar Tatam Ly serait en instance de divorce. Il d’agit d’une dame qui fut déjà ministre dans un précédent gouvernement, avant d’être appelée pour occuper un portefeuille stratégique dans l’actuel gouvernement.

Selon nos informations, la ministre en question, n’est plus en odeur de sainteté auprès de son époux, qu’elle veut aujourd’hui quitter à tout prix. »

La vie privée d’un ministre ou de tout autre est à respecter. Des divorces, il y en des centaines par jour au Mali comme ailleurs.

Dans le Challenger du 25 Novembre

Le confrère écrit : « Le dimanche 24 novembre, jour d’élection l’était aussi le jour de mariage. Au moment où certains s’activaient pour aller accomplir leur devoir civique, d’autres étaient plutôt préoccupé parla célébration de leur réunion. Ainsi, certaines mairies de Bamako auront contribué à la chute du taux de participation à cette élection. Election et mariage riment-ils ensemble ? »

“Le dimanche à Bamako, c’est le jour de mariage” dit le chanteur.

Rien à voir avec un quelconque taux de participation à des élections.

Dans Procès-Verbal du 26 Novembre

Le confrère écrit : « Longtemps plongée dans les difficultés, l’Union des caisses mutuelles d’épargne et de crédit “Jemeni” arrive au bout du roulou. La justice décide sa liquidation pour désintéresser les créanciers qui peuvent l’être. L’affaire risque de préjudicier aux petits épargnants. »

Ne confondons pas journalisme et… pédantisme.

Dans Le Soir de Bamako du 26 Novembre

Assane Sy Dolo écrit : « « Fronde sociale : ça grande déjà pour le gouvernement Oumar Tatam Ly. »

“Ça grande déjà” ?

Espérons que ça “petitera après !”

Boubacar Sankaré

Source: Le 26 Mars

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *