ATT acclamé

Dans le cadre de la célébration du 19ème anniversaire du Centre international de conférence de Bamako (CICB), son nouveau directeur, bien avant de faire la passation de service, s’est précipité à organiser les 19 ans du CICB.

 ancien president malien amadou toumani toure att

Un anniversaire annoncé avec tambour et trompette pendant que les travailleurs du CICB souffrent. Malgré tout, la fête a eu lieu, dans la salle Djeli Baba Sissoko, salle de 1000 places, devant un parterre d’invités, des ministres et autres personnalités en présence de Moussa Joseph Mara. Le plat de résistance était la projection des 10 meilleures cérémonies des 19 ans. Le public a regardé cette projection avec beaucoup d’attention. Les images concernant l’actuel président, IBK, ont défilé dans un silence de cimetière. Quand ce fut le tour d’ATT, la salle a applaudi à tout rompre, scandant : ATT ! ATT ! ATT ! Cette joie du public n’a pas été du goût de deux ministres qui ont claqué illico presto la porte.

CICB, un DG play-boy !

Personne n’est égal à notre camarade Paul Ismaël Nana Boro. Depuis étudiant, à l’INA ensuite à la Flash, il était toujours tiré à quatre épingles ou sur son 31 du 1er au 31 du mois.

Pendant son passage à la Flash, dans le mouvement estudiantin, il s’est toujours habillé en costume-cravate. Paul Nana Boro n’est pas importe qui, disaient de lui les étudiantes. Hé oui, il n’est pas n’importe qui : c’est un play-boy de carrière ! C’est pourquoi dans la vie politique, il a bien choisi son camp, le RPM ; il est resté fidèle au parti malgré les difficultés.

Paul ne pouvait pas avoir de problème avec IBK, parce qu’il était toujours bien habillé. C’est ce qu’il continue de faire. Mais, en sa qualité de directeur général du CICB, il doit retrousser ses manches de play-boy, s’il veut que la rénovation du CICB soit une réalité. Il doit se mettre au travail parce qu’il a une lourde responsabilité. La fête à grande pompe, c’est fini ! Car le CICB est une autre réalité. Il ne doit laisser son bureau devenir un QG pour jeunes du RPM ou militants en quête de pain quotidien.

SOURCE: Le Reporter  du   20 août 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.