Atimé Djimdé, maire élu de la commune rurale de Koro : « Nous sommes venus pour le changement… Et plus rien ne sera comme avant… ! »

Aitmé Djimdé est le maire élu de la commune rurale de Koro. ». Marié et père de 3 enfants, Il est Pharmacien de formation et spécialiste en Toxicologie. Depuis 2011, il est Professeur chargé de Toxicologie et de Bromatologie à la Faculté de Médecine, Pharmacie et d’Ondoto-stomatologie de Bamako. A partir de Mai 2016, il est professeur missionnaire, chargé de cours de Toxicologie clinique à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, (Guinée). M. Djimdé a également été le Chargé des travaux dirigés en Toxicologie cellulaire à l’Université René Descartes, Paris V. Ayant fait des formations en Afrique du Sud et ayant été pharmacien dans plusieurs pays, il a fait beaucoup de dons de médicaments aux Cscoms de Koro. Agé de 52 ans et ayant servi dans le monde entier, ancien secrétaire général de l’ordre des pharmaciens du Mali, Président de Bagrihin (Association pour le développement du cercle de Koro) en France, membre de l’association de Dogons de France, Atimé Djimdé a une autre vision de la commune. Il pense que l’heure du changement est arrivée avec son élection à la tête de la commune de Koro : « Nous sommes venus pour le changement. Plus rien ne sera comme avant. Nous allons diriger la commune de Koro autrement, avec le soutien et l’accompagnement de la population », martèle-t-il au cours d’un entretien qu’il nous a accordé à Bamako, le 28 Novembre dernier. Il nous a exposé son programme de société et il est catégorique : « C’est à la population de l’apprécier. Car, c’est elle qui a fait de moi, maire ».

La commune rurale de Koro vient de connaitre encore une fois, l’alternance. Après l’invalidation de la liste sur laquelle figurait l’ancien maire, Soumaila Djimdé, on s’attendait à une nouvelle tête à la tête de la plus grande commune du Pays Dogon. Ça y est ! Le nouveau maire s’appelle Atimé Djimdé et c’est un adepte de la bonne gouvernance, une chance pour Koro. Ainsi, ce gestionnaire rigoureux ; pharmacien, ayant servi dans le monde entier, veut faire de Koro, un exemple dans la région de Mopti.

Un programme ambitieux !  

Concernant son programme de société, M. Djimdé a touché à tous les aspects. Même s’il est plus clair sur le fait que ce ne sont que des propositions.

Ainsi, sur le plan de la santé et de l’assainissement, en tant que spécialiste dans le domaine, Atimé a une vision claire : « Nous allons faire de la formation continue des personnels de santé une priorité absolue », dit-il avant de poursuivre : « On travaillera à ce que la disponibilité des stocks de médicaments dans les Cscoms soit continuelle ; Il y aura la prise en charge gratuite des mères et des enfants pour certaines maladies dont la malnutrition et le paludisme ; Nous allons renforcer le bloc opératoire du Centre de santé de référence de Koro ; Il y aura également la formation de secouristes et de matrones au niveau de chaque village ». A ceux-là, il faut ajouter : « La formation des agents de traitement des déchets et du comité de gestion d’urbanisation.

L’assistance aux personnes âgées, aux orphelins et aux personnes en difficulté ne sera pas en marge de notre gestion des affaires ». Dans les domaines de l’assainissement, de l’urbanisation et du cadastre, Atimé Djimdé est sans équivoque : « Nous allons suspendre la spéculation foncière par arrêté  municipal », a-t-il martelé, compte tenu des problèmes qui sévissent actuellement dans ce secteur. Le maire poursuit : « Dans le domaine de l’assainissement urbain et rural, il y aura la gestation hydraulique de la ville de Koro et des villages de la commune. Nous envisageons également la construction d’une nouvelle gare routière et l’électrification continue des infrastructures.

Dans les domaines de l’éducation, de la culture et du commerce, le nouveau locataire de la Mairie de Koro est on ne peut plus clair : « Nous avons envisagé la création d’un comité de sages de la commune. Il y aura aussi la formation continue des enseignants ; le renforcement de la scolarisation des enfants (filles et garçons). La commune fera également des aides aux villages pour le traitement des enseignants. Nous n’avons pas oublié la construction des écoles et des salles de classes supplémentaires ».

Même si le tourisme est mort avec les événements que notre pays a connus, le nouveau maire ne compte pas baisser les bras dans ce domaine : « Il y aura l’établissement des zones touristiques et le renforcement de la culture. Cela peut nous permettre de promouvoir l’écotourisme sur plusieurs sites. Nous allons aussi améliorer les moyens de communication de la commune à travers des actes concrets. La Mairie soutiendra également le commerce, l’agriculture et l’élevage et renforcera les comités de gestion villageoise ».

Dans les domaines de l’écologie et de la faune, la gestion des zones forestières semble aujourd’hui vitale pour la survie de la population. Ainsi, Atimé Djimdé propose « le rétablissement de certaines zones forestières, en collaboration avec les villageois, les élèves et étudiants et les agents des eaux et forêts. Il y aura aussi la revalorisation des mares d’eau et des faunes et l’instauration des zones de pâturage dans les zones forestières ».

Sur le plan sécuritaire, « compte tenu de la grandeur de la commune et du cercle de Koro, je suggèrerai la mise en place d’un camp militaire à Koro », dixit M. le Maire. Il ajoute : « Il nous faut aussi une police de proximité pour faire face au banditisme qui gagne du terrain dans la commune ».

« Ainsi, Nous ferons tout pour renforcer les bonnes relations entre administrateurs et administrés. Nous allons également renforcer les relations transfrontalières avec les communes voisines du Mali et du pays voisin. Nous allons également consolider les jumelages et la numérisation de la population ou renforcement du RAVEC », a-t-il fait savoir.

Dans la même optique, à la question de savoir si Koro pourrait devenir une commune urbaine sous son mandat ou non, le maire élu est plutôt dans l’embarras : « Si cela augmente les dépenses de la population et rend les conditions de vie difficile, nous allons continuer à nous en passer. Mais si ça nous met en bonne position pour le développement, et si ça peut nous favoriser davantage les financements de l’Etat, pourquoi ne pas l’envisager ? Mais dans tous les cas, avant de faire un pas quelconque, il nous faut d’abord l’aval de la population », déclare Atimé Djimdé.

Concernant sa propre vision sur la commune rurale de Koro, le nouveau maire pense qu’il y a un peu de défaillance : « Vu mon programme, je ne peux pas être satisfait de l’état actuel de ma commune ». Pour arriver à faire changer de mentalité à la population et aller vers la bonne gouvernance dans la transparence et dans la clarté, M. Djimdé pense qu’il faut que la population soit régulièrement informée et concertée. « Je ne travaillerai jamais avec des corrompus et des trompeurs », a-t-il conclu.

Alfousseini Togo

Source: Le Canard de la Vénise

 

 

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.