Associations Pour le Mali (APM) : Le président exécutif autoproclamé Ibrahima Maré persona non grata

Arrivé par ‘’effraction’’ dans la famille des Associations Pour le Mali (APM), il y a quelques mois seulement, le nouveau ‘’président exécutif’’ autoproclamé Ibrahima Maré a été rattrapé par les casseroles qu’il traine depuis le Projet d’Aménagement du Moyen Bani où de nombreux paysans réclament sa tête pour les avoir spolié de leurs terres cultivables. Aussi, pour nombreux de ses voisins à San, l’homme qui prétend diriger les APM aura du mal à grimper sur l’arbre de la transparence à l’image du ministre Me Mohamed Aly Bathily à qui il compte succéder à tout prix à la tête des Associations Pour le Mali (APM).

Mohamed Ali Bathily ministre domaine etat affaires fonciere justice interview

Il était jusque-là ‘’craint’’ et respecté au sein des APM, selon un responsable de ce mouvement. Mais, depuis la réunion du bureau des APM le samedi 23 juillet dernier, au siège de l’association, la popularité d’Ibrahima Maré est en chute libre, nous a rapporté des sources proches des APM.

Et pour cause, le nouveau ‘’président exécutif’’ autoproclamé de ce regroupement de soutien aux actions du ministre Bathily a essuyé de nombreuses critiques surtout de la part de ses voisins de la localité de San sur sa gestion de l’aménagement de la plaine du Moyen Bani.

En effet, Ibrahim Maré dont l’ONG a été au cœur de l’aménagement et la redistribution des terres dans cette zone a été taxé d’injustice et de partialité par les paysans dont il aurait privé certains de leurs terres cultivables.

Aussi, les heurts qui ont résulté de la gestion calamiteuse de ce projet ont également été très mal gérés par M. Maré, ajoutent nos sources. Pour lesquelles, certains contestent les critères d’attribution des parcelles alors que d’autres dénoncent simplement la spoliation de leurs terres par Ibrahim Maré.

C’est ainsi que des participants à la réunion n’ont pas hésité à dénoncer publiquement ces pratiques de cet individu qui selon eux, s’est retrouvé aux APM pour se faire une certaine virginité. Si les premiers contestent les critères d’attribution des parcelles, les seconds dénoncent une spoliation pure et simple de leurs terres.

Ainsi mis devant ses mauvais actes posés par le passé, le président autoproclamé des APM voit ses rêves brisés. Surtout qu’au niveau des APM, les militants sont intransigeants sur les valeurs de dignité et d’intégrité morale au sein de leur mouvement.

Pour toutes ces raisons, la moralité de cet ancien baron du PDES, parti des amis de l’ancien président ATT et non moins militant et ‘’bras financier’’ de l’ADEMA à San, est remise en cause pour pouvoir être le président des APM.

Maré est perçu comme  un ‘’virus’’ à San, témoignent des villageois concernés par le projet d’aménagement du Moyen Bani.

« Le malheur des paysans des 7 villages de San provient de Maré », a lancé un autre. C’est par ses mauvais actes que nous ne disposons plus de terres cultivables depuis des années, a dénoncé un autre participant à la réunion du 23 juillet dernier.

Selon un autre témoin, son ONG ‘’ADABA’’ qui a fait office de géomètre dans ce projet, en complicité avec des fonctionnaires corrompus à l’époque, s’est mise à morceler et à distribuer les terres de la plaine à cœur joie sans respecter les droits coutumiers et fonciers des villageois qui sont installés sur place depuis des décennies. Dès lors, les paysans n’ont pas eu la paix et ont subi toutes sortes d’intimidations, de brimades, des répressions et même des emprisonnements, poursuivent nos sources.

Depuis quelques temps, le nom des APM mobilise peu à San à cause du nom de cet homme qui prétend diriger cette organisation, selon des membres de cette association. Une seule raison : Les populations de San ont du mal à comprendre comment le ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, Me Mohamed Aly Bathily, une personnalité connue pour son intégrité morale et sa rigueur parvient à cohabiter et collaborer avec un prédateur foncier comme Ibrahima Maré.

« Nous villageois, nous sommes profondément outrés et réellement étonnés de voir le ministre Bathily en compagnie de ce prédateur foncier », nous a confié un habitant de San.

« Pour cet homme doué dans le retournement de veste politique, seul l’argent fait le bonheur et nous sommes profondément indignés qu’il soit dans cette organisation qui fait jusque-là, notre fierté dans ce pays », a-t-il prévenu.

« Nous dénonçons auprès des instances des APM sur toute l’étendue du territoire national, ce personnage dont la moralité est douteuse. Nous ne l’accepterons pas dans nos rangs car les APM ne peuvent pas être le nid des prédateurs fonciers contre qui, nous menons une lutte farouche et sans merci », a mis en garde un autre.

« Nous n’avons plus de terres de culture, nous n’arrivons plus à payer les scolarités de nos enfants à cause des actes posés par M. Maré. Nous villageois, demandons aux APM de nous appuyer pour  porter plainte contre Maré », a ajouté un autre.

Pour rappel, ce conflit consécutif à l’aménagement et au morcellement de la plaine de Talo après des aménagements hydro-agricoles au niveau du Moyen Bani avait dominé l’essentiel des débats lors de la visite de terrain du ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires Foncières, Me Mohamed Ali Bathily à San.

Les habitants des sept villages présents à l’assemblée (Dalla, Denso et Nara dans la commune de rurale de N’Goa et Goulani, Zemesso, Filasso et Bossoni dans la commune de rurale de Djeguena) avaient profité de cette tribune pour inviter le gouvernement à intervenir ou à défaut de cela, voir la campagne agricole compromise à cause de la tension entre les paysans.

Modibo Dolo

Source: Tjikan

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ORTM en direct