Assemblée nationale: le premier budget programme du Mali au menu

C’est parti depuis hier lundi pour la session ordinaire d’octobre de l’Assemblée nationale appelée communément la session budgétaire puisqu’elle est consacrée essentiellement à l’examen du budget d’État. En plus de l’examen du budget 2018, près d’une soixantaine de projets de loi sont inscrits à l’ordre du jour de la présente session.

assemblée nationale députés honorable vote mains levee elus legislatif malienne siege résidence bagadadji

Conformément à la constitution de notre pays, la cérémonie solennelle d’ouverture de la session d’octobre a été présidée par le président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE. Elle a été marquée également par la participation des présidents des Institutions de notre pays, du Premier ministre, des représentations diplomatiques accréditées au Mali, des partenaires au développement de notre pays ainsi que des élus de la commune II du District de Bamako.
Selon le président Issiaka SIDIBE, la session ainsi ouverte sera focalisée naturellement sur l’examen et le vote du projet de budget d’État 2018 que le Gouvernement a soumis à l’approbation des députés pour examen. Pour cette année, il s’agit d’un budget programme qui sera présenté aux députés, une première dans notre pays.
Outre la loi des finances 2018, a fait savoir M. SIDIBE, soixante une (61) autres saisines seront examinées au cours de cette session, dont 27 ratifications d’ordonnance, 4 propositions de loi et 27 autres projets de loi, dont certains avaient été renvoyés lors des sessions précédentes. À cela, s’ajoute également l’examen de 3 recueils du Conseil économique, social et culturel.
Aussi, il a été annoncé par le responsable du perchoir qu’il sera volontiers introduit dans l’agenda des députés, des séances plénières spéciales sur la mise en œuvre des Objectifs pour le Développement Durable (ODD), une première également, à travers le monde. Ces séances spéciales, a-t-il expliqué, vont être une opportunité pour les différents membres du gouvernement de venir faire le point de la mise en œuvre des ODD au sein de leurs départements respectifs.
« N’eût été un problème de calendrier, l’activité aurait déjà commencé depuis la dernière session ordinaire d’avril avec le ministre de l’Économie et des finances sur le Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD-2016-2018). Nous espérons, M. le Premier ministre que vous inscrirez cette programmation en bonne place dans l’agenda gouvernemental », a soutenu M. SIDIBE.
Par ailleurs, l’honorable Issiaka SIDIBE a rappelé que cette session connaîtra également le renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale ainsi que des commissions permanentes. Pour permettre que ces renouvellements, qui constituent de moments de vives tensions entre les députés, puissent se dérouler dans les conditions les plus apaisées, il a appelé au sens élevé de la responsabilité de ses pairs.
De même, il a informé ses pairs que l’Assemblée nationale aura l’honneur de parrainer la Conférence des parlementaires des États membres de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) sur le développement durable dudit Bassin. Il a rappelé que l’objectif de cette rencontre, qui regroupera divers participants venant des 9 États membres de l’ABN est, d’une part, d’informer les parlementaires et les différents acteurs sur le mandat, les objectifs et les difficultés de l’ABN, et d’autre part, de mettre en place un réseau de parlementaires pour accompagner le Secrétariat exécutif dans ses activités.
« Cette Conférence, comme nous le prévoyons, fera rayonner davantage notre pays sur la scène internationale et sera le cadre parlementaire idéal pour débattre, entre autres sujets, de la gestion concertée et durable des ressources en eau du bassin du Niger », a-t-il soutenu.
Exprimant également sur l’attachement de l’Assemblée nationale au processus de paix au Mali, l’honorable Issiaka SIDIBE a, au nom de ses collègues députés, salué l’adoption par l’ONU de la Résolution visant à sanctionner tous ceux qui constitueraient désormais des freins à la bonne application de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale issu du processus d’Alger.

Par Sikou BAH

 

Source: info-matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *