Arrêter la farce électorale ! : Qui va voter le 25 octobre prochain ?

election legislative bamako vote urnes

Les grains de sable qui enrouillent les Kalaches de la soldatesque FAMA dans le Haoussa, le Gourma et l’Adrar et même dans le Macina ; les mines lâchement, anti-personnelles qui bousillent la vie des bidasses de la MINUSMA ; les obus et les mortiers, les roquettes et les orgues de Staline et de Kadhafi chipés par les narcoterroristes dans les magasins d’armement de Tripoli et de Benghazi qui coupent le sommeil à mes cousines et cousins de Teninkou, de Djebok, de Boni, de Ménaka, de Bellafarandi, de Anefis et ailleurs dans les confins du Sahel et du Sahara maliens ;

A coup sûr :

Les quelques bovins et ovins, caprins et camelins, les oiseaux diurnes et nocturnes, errants, qui sont décharnés par la soif et la faim qu’impose cette sale guerre dite asymétrique, ainsi que toutes les bêtes sauvages qui cherchent désespérément elles aussi de Nampala à Anderboukane ;

Mais jamais, jamais, même s’ils le veulent, ne franchiront la parole de l’isoloir ce 25 octobre :

Mes frères de Ber, mes sœurs de Saraféré, mes neveux de Tin Zaouaten, mes nièces de Tabangor, mes beaux-parents de Konan et Aguelhok et encore moins mes grands parents, déshumanisés, sous les tentes du HCR en Mauritanie, au Niger, en Algérie, au Burkina qui ne peuvent gagner la mère patrie à cause de l’insécurité permanente installée ça et là par de vils marchands de mort ;

Mes pères et mères qui ont disparu pour toujours sous les balles ingrates des renégats et djihado-séparatistes depuis avril 2012 ;

Alors, mesdames et messieurs du gouvernement, Arrêter de jouer a la farce électorale !

Nous nageons déjà, tête baissée par l’humiliation de l’occupation, dans une tragédie, nous n’avons pas le temps de farcer dans une élection qui, pour nous, n’a aucun sens.

Me Ibrahim Berthé,

Ancien député.

source :  Le Républicain

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.