Après son investiture comme candidat du PACP à la présidentielle de 2018 : Niankoro Yeah Samaké a dénoncé l’expropriation des terres de nos paysans au profit des agences immobilières

La 2ème Conférence nationale du Parti pour l’action civique et patriotique (Pacp) s’est tenue, le samedi 24 février, dans la salle de conférence de la Maison des Aînés. Les travaux se sont déroulés sous la supervision du président d’honneur du parti, Niankoro Yeah Samaké, qui a été investi candidat du parti à l’issue des travaux. C’était en présence des délégués venus de tous les coins du monde pour répondre à l’appel du Pacp.

Deux points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette assise, notamment la relecture des textes règlementaires et l’investiture du candidat du parti à l’élection présidentielle de 2018.

Pour le président du parti, Dr Oumar Keïta, la 2ème conférence nationale de sa formation politique offre l’opportunité et le cadre pour échanger, discuter sur les problèmes et trouver ensemble des solutions adéquates aux problèmes du Mali qui se résument au chômage, à l’insécurité, à la migration et surtout à la corruption. Et de poursuivre que le Pacp reste neutre dans le paysage politique. “Notre parti politique n’est ni pour ni contre un parti politique, il est pour le Mali et les Maliens”, a précisé Dr Oumar Kéïta.

À l’issue des travaux, la Commission d’investiture a jeté son dévolu sur l’ancien ambassadeur du Mali en Inde et auprès de dix pays de l’Asie du Sud-Ouest, Niankoro Yéah Samaké, pour briguer la magistrature suprême de notre pays lors de l’élection présidentielle du 29 juillet 2018.

Ce dernier s’est engagé une fois élu président de la République à résoudre tous les problèmes qui minent le développement de notre pays. “Je sais et j’ai vu que dans de nombreuses familles, les tasses sont vides et qu’à défaut de pouvoir les remplir, des enfants dignes à qui la souffrance des parents est insupportable préfèrent prendre la route de l’immigration clandestine pour se jeter à la Méditerranée dans l’espoir de trouver un avenir meilleur en Occident”, a laissé entendre le désormais candidat à la présidentielle du 2018.

À l’en croire, nos paysans de Baguineda, Dio, Sanankoroba, Bancoumana, Siby… sont de plus en plus expropriés de leurs terres agricoles de manière illicite ou frauduleuse au profit des agences immobilières ou des fonctionnaires de l’État. Il ajoutera que nos éleveurs de Douentza, Macina, Kasséla, Konna… ont de plus en plus du mal à faire paître leur bétail à cause de l’insécurité grandissante qui a gagné cette partie de notre pays. Et de poursuivre que nos opérateurs économiques du grand marché de Bamako, Kayes, Ségou… renoncent à tout espoir de gain par le fait de coupures d’électricité récurrentes. Dans son réquisitoire, le désormais candidat à la présidentielle de 2018 n’a pas manqué d’évoquer la question de la corruption et la lutte contre le terrorisme.

Il convient de noter que la commission de relecture a formulé deux recommandations à l’endroit du candidat du Pacp. Il s’agit de renforcer la communication afin d’informer tous les membres sur l’actualité du Parti et une grande mobilisation autour du  Niankoro Yéah Samaké, candidat du Parti.

                         Boubacar PAÏTAO

Source: aujourdui mali

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *