Appropriation des Changements de la Loi Electorale au Mali

Hier mercredi 22 octobre, s’est tenue au grand Hôtel de Bamako, Une journée d’échanges entre des formations politiques sur l’appropriation des Changements de la Loi Electorale au Mali et le projet de texte du statut particulier du District de Bamako. La rencontre était organisée par le Centre Malien pour le Dialogue Interpartis et la Démocratie (CMDID) en collaboration avec l’institut néerlandais pour la démocratie et le multipartisme.

colonel sada samake ministre securite interieur

La cérémonie d’ouverture de cette rencontre était présidée par le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Général Sada Samaké, en présence de Wouter Dol, représentant du NIMD (Institut néerlandais pur la démocratie et le multipartisme), M. Moriba Keita, Président du conseil d’administration de la Fondation CMDID…

Dans son discours de bienvenue, le Président de la Fondation CMDID, M. Moriba Keita précisera que les changements apportés à la nouvelle loi électorale adoptée par les députés offrent l’opportunité de s’approprier de son contenu afin de mieux préparer les élections à venir. «Votre engagement politique pour l’édification d’un Mali qui renoue avec son processus démocratique est indispensable et constitue un facteur important pour une animation saine de la vie politique et la mobilisation des acteurs politiques pour les prochaines communales et régionales», a-t-il souligné s’adressant ainsi aux quarantaines de formations politiques présentes.

Et pour Wouter Dol, la réussite des élections présidentielles et législatives est une symbolique forte de l’engagement militant des acteurs politiques pour la cause du Mali. Malgré les appréhensions, s’est-il félicité, la classe politique malienne à l’unisson du peuple malien, à réussi à dépasser les difficultés du contexte politique en rapport avec les élections et à s’accorder sur l’impérieuse nécessité d’adopter un esprit républicain afin de les réussir pour amorcer véritablement la mise en place d’institutions légitimes.

De son côté,   le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le Général Sada Samaké soutient que la pertinence de cet atelier n’est plus à évoquer tant il représente une question majeure pour les plus hautes autorités du Mali et constitue une préoccupation nationale. Pour lui, la mobilisation des maliens sur ces questions ne doit souffrir d’un clivage quelconque quant au but recherché même, si comme l’exige la démocratie, la diversité d’opinion doit pouvoir s’exprimer.

Notons que cet atelier s’inscrit dans une perspective utile de contribuer à l’émergence d’un environnement favorable pour organiser des élections communales et régionales crédibles et apaisées

DJIBI

 

SOURCE: La Sentinelle  du   24 oct 2014.
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.