Apaisement politique: vers un Accord secret ?

Apaisement du climat politique
Les enjeux se focalisent autour de la primature
Dans le cadre de la recherche de solution pour la décrue de la crise sociopolitique, les tractations de coulisses entre le Président de la République et différentes personnalités et organisations, débutées samedi pour se poursuivre hier, ont permis d’amorcer un virage décisif devant aboutir à la formation très prochaine du gouvernement d’union nationale. Désormais, l’enjeu est la Primature que les différentes parties se disputent, pendant que le PM bataille âprement pour son maintien.

 

Selon nos sources, les médiateurs (autorités traditionnelles, Cadre d’actions, de médiation et de veille des confessions religieuses et des organisations de la société civile) ont sorti le grand jeu pour faciliter les rencontres avec le Président de la République. Familles fondatrices de Bamako, Imam, Mahmoud DICKO, partis et regroupements politiques ont successivement été reçus par le Chef de l’État. Un seul point est à l’ordre du jour : recueillir les propositions pour l’apaisement du climat sociopolitique.
À l’issue des différentes concertations, l’on devrait être édifié, au moins sur deux points.
Primo, si elles ont été fructueuses en permettant de désamorcer la crise sociopolitique que connaît le pays en ce moment.
Secundo, si on aura un Gouvernement d’union nationale tel que promis par le Président de la République dans son adresse du 16 juin et tel que revendiqué par les manifestants.
Il reste entendu que dans tous les cas de figure, il y aura un Gouvernement bientôt. D’ailleurs, à en croire certaines indiscrétions, c’est ce week-end que le Président entendait former le Gouvernement à son retour de Nouakchott où il prenait part au sommet du G5-Sahel.
D’ores et déjà, à la lumière des déclarations, fuites intentionnelles, l’on est quasiment certains de l’abandon de certaines revendications : démission forcée du Président de la République, dissolution de l’Assemblée nationale et de la Cour constitutionnelle. Il n’y a non plus pas de doute que tous les compromis se feront désormais autour du Gouvernement et que les opposants réclament la Primature. À ce sujet, apprend-on, le Président IBK aurait dit que tout est négociable, sauf le Mali (unité nationale, intégrité du territoire, laïcité, démocratie…). Ainsi, il est très probable que le Premier ministre Boubou CISSE soit sacrifié sur l’autel de l’apaisement du climat sociopolitique.
L’enjeu à présent, c’est la Primature et pour sa conquête, à en croire nos sources, l’Imam Mahmoud DICKO a une longueur d’avance sur les autres, à l’occurrence le M5-RFM qui tente de se donner une garantie en transmettant au Président de la République son Mémorandum. L’on apprend que l’Imam DICKO, au cours de sa rencontre avec le Président lui aurait suggéré deux personnes qu’il aimerait voir à la tête du Gouvernement d’union nationale : l’ancien Premier ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA et Housseini Amion GUINDO. Nos sources font savoir que ces deux noms ne sont pas le choix du M5-RFP puisqu’il n’y aurait pas eu concertation préalable à ce sujet. Aussi, rapporte-t-on, le Président IBK n’aurait donné aucune garantie à son interlocuteur quant à la nomination de l’une des deux personnalités citées.
Dans tous les cas, apprend-on, il n’en a pas fallu plus pour semer la panique dans le camp du Premier ministre qui a approché le Chérif Ousmane Madani HAIDARA pour solliciter son soutien. Sauver le soldat Boubou CISSE, c’est alors la mission assignée à Macky BAH, le bras armé du guide spirituel. Lui aussi veut former sa plateforme, clairement pour influencer la décision que le Président de la République aura à prendre à propos du titulaire de la Primature. Il s’agit donc d’établir un rapport de force avec le camp de l’Imam DICKO avec comme objectif affiché le maintien de Boubou CISSE. Pour l’accomplissement de la mission, les soldats auraient reçu suffisamment de munitions. L’on apprend en effet que les billets de banque coulent à flots ces jours-ci pour réussir la mobilisation nécessaire au sauvetage de l’actuel Premier ministre qui s’accroche à son fauteuil.
Ainsi, à voir le tableau, le Premier ministre joue solo, pendant que le Président de la République est brandillé au gré des différentes rencontres.
En tout état de cause, jusqu’au moment où nous mettions sous presse, le chef de l’État n’avait donné aucune assurance au Premier ministre quant à son maintien à son poste, tout comme il n’aurait pas promis la Primature à l’Imam DICKO, pas plus qu’au M5-RFP qui est également intéressé.
Pour ce qui est de la composition du Gouvernement, il n’est pas impossible que le Président rebatte les cartes et redistribue les rôles. Dans cette logique, certains membres du M5-RFP devraient figurer dans le Gouvernement d’union nationale. De même, l’enjeu étant la Primature pour obtenir l’apaisement du climat sociopolitique, il y a fort à parier que le Premier ministre sautera.
Que le prochain PM soit le candidat de l’Imam, du M5-RFP ou de la société civile, il sera nommé par le Président de la République conformément à l’article 38 de la Constitution qui dispose : ‘’le président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement. Sur proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions’’.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : Info-Matin

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *