ANNIVERSAIRE DU RPM : Mountaga Tall tacle IBK

Le Chef de l’Etat fut l’invité surprise de la célébration du 18ème anniversaire du RPM, ce qui a emmené président du CNID à qualifier de « dérive » cette présence qu’il a trouvé inopportune.

 

Pour cette fois, la famille des tisserands a choisi le CICB pour son 18ème anniversaire. Du président Bokary Tréta au Secrétaire Général ,Baber Gano ainsi que le puissant député Mamadou Diarrassouba , toutes les figures du parti présidentiel ont répondu présents. La mobilisation était grandiose et démonstrative dans un contexte où le RPM est secoué à l’EPM. Le père fondateur du RPM, Ibrahim Boubacar Kéita, a surpris plus d’un de par sa présence. Celui-là même qui siège au palais de Koulouba depuis 2013 et qui n’avait jamais pris part aux festivités en personne. Il ne voulait apparemment pas se faire compter ce 18ème anniversaire, qui est celle de la maturité. Dans son discours teinté d’humour, le Chef de l’Etat n’a pas manqué d’interpeller sur la promotion des femmes au sien du RPM notamment pour les futures échéances. Cette présence du Mandé Bourama au CICB n’a pas été appréciée par certains hommes politiques, dont son ancien ministre de la communication et non moins président du CNID , Me Mountaga Tall qui n’a pas manquer de réagir sur la toile ( Facebook). L’ancien candidat à la présidentielle de 2018 déclare qu’il y a eu violation de la Constitution ainsi que des pratiques républicaines. Me Tall estime qu’IBK est censé être le garant de la Loi fondamentale et doit faire appliquer correctement ses règles qui s’imposent à lui-même avant de lancer : « Monsieur le Président de la République, votre présence est le symbole de votre détermination à prendre votre parti en main…IBK est revenu et il a pris son parti en main ». Où va-t-on ? », s’est interrogé l’illustre avocat ! Le mythique parlementaire de Ségou évoque l’article 34 de la Constitution pour justifier ses arguments. On peut y lire que « Les fonctions de Président de la République sont incompatibles avec l’exercice de toute autre fonction politique, de tout mandat électif, de tout emploi public, de toute autre activité professionnelle et lucrative. »
Me Tall estime donc que la situation était anormale de voir le Chef de l’Etat à l’anniversaire de son parti. Du moins de façon flagrante et affichée. Sauf que la réaction des tisserands n’a pas tardé afin que la fête ne soit gâchée par ce qui semble être pourtant une vérité. Me Baber Gano, lui aussi avocat de son état, a rejeté en bloc les arguments avancés par son homologue.

Idrissa Keïta

LE POINT DU MALI

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *