Anniversaire de l’Armistice à Bamako : HOMMAGES ET RECONNAISSANCE

hommage anniversaire reconnaissance comemoration

Le 11 novembre 1918 consacre la signature de l’armistice qui marque la fin des combats de la Première guerre mondiale (1914-1918). Ici, à Bamako, dans le cadre des activités commémorant l’événement, l’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson a déposé une gerbe de fleurs sur une tombe anonyme au carré militaire français du cimetière de Bamako-Coura. Il a aussi rencontré des anciens combattants maliens (une vingtaine) ayant servi sous le drapeau français et le ministre de la Défense et des Ancien combattants, Soumeylou Boubèye Maïga. Cette rencontre s’est déroulée à la résidence de l’ambassadeur.

Au cimetière de Bamako-Coura, après les notes de la sonnerie aux morts, le diplomate français a symboliquement déposé une gerbe de fleurs au carré du cimetière où reposent des combattants d’Afrique noire plus connus sous le nom de « tirailleurs sénégalais » tombés pour la France.

Auparavant, dans une intervention, l’attaché de défense et chef de la mission de la coopération de défense à l’ambassade de France au Mali, le colonel Jean Paul Battesti, avait expliqué le sens du 11 novembre. « En nous recueillant ici en terre malienne, nous honorons nos frères d’armes d’Afrique qui ont répondu présents à l’appel de la France et nos camardes métropolitains tombés en terre africaine pour préserver les mêmes valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. A travers cette cérémonie, nous voulons porter témoignage de notre attachement et notre profond respect à la mémoire des frères d’armes des nations alliées tombés sur le champ d’honneur », a témoigné le chef de mission de la coopération de défense à l’ambassade de France.

Dans les locaux de la résidence de l’ambassadeur, le capitaine Rossi du bureau de la coopération militaire à l’ambassade a lu un message d’hommage aux héros tombés sur le champ d’honneur, adressé par Kader Arif, le ministre français délégué auprès du ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et président de la Mission interministérielle française d’organisation des commémorations des anniversaires des deux guerres mondiales. Rappelons que Kader Arif était en visite dans notre pays il y a seulement une dizaine de jours.

Trois jeunes filles du lycée français « Liberté » ont ensuite récité un extrait du poème « Hosties noires »  de Léopold Sédar Senghor dédié aux tirailleurs sénégalais.  La rencontre a pris fin par un cocktail.

S.TANGARA

 

COMMEMORATION FRATERNELLE

 

Dans le cadre de la commémoration de l’armistice ayant mis fin à la  Grande guerre (la Première guerre mondiale 1914-1918), le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Soumeylou Boubèye Maïga, a déposé hier une gerbe de fleurs  au pied du mémorial dédié aux militaires français morts dans notre pays depuis le début de l’Opération Serval en janvier dernier.

Quatre autres soldats français – trois lieutenants-colonels et un général – ont été décorés au cours d’une autre cérémonie rendant hommage aux soldats africains qui se sont battus pour la France lors de la Grande guerre. La cérémonie s’est déroulée sur la base de l’Opération Serval à l’aéroport de Bamako-Sénou.  C’était en présence des membres de l’Association des anciens combattants du Mali.

Le général Prevost a été élevé au grade du Commandeur de l’Ordre national du mérite. Les lieutenants-colonels Balsan, Branche et Vallaud ont été faits  Chevalier dans l’Ordre national du mérite.

Le ministre de la Défense et des Anciens combattants a  placé la cérémonie sous le signe de la « solidarité qui symbolise notre volonté de renforcer notre solidarité au-delà de l’Opération Serval ».

Soumeylou Boubèye Maïga  a annoncé que l’armée malienne renforcera sa présence au nord plus précisément à Kidal où des groupes criminels gangrènent l’environnement. Selon lui, c’est une lutte  de longue haleine que les autorités mènent contre les groupes terroristes et tous les éléments liés à ces groupes. « Nous verrons comment sceller un accord de défense entre la France et le Mali dans la lutte contre le terrorisme », a-t-il ajouté.

Avant la cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs, le ministre avec à ses côtés des responsables militaires français, onusiens et l’ambassadeur de France au Mali avait procédé à la coupure du ruban du « Camp Damien Boiteux ».

Avec ce camp baptisé du nom du premier soldat français mort à Konna, l’Opération Serval déménage de la zone civile de l’aéroport pour s’installer  un peu plus loin. Pour des raisons de commodité, précise le général de division Marc Foucauld de l’Opération Serval. Revenant sur les accrochages de la semaine dernière entre l’Armée et des bandits armés, le  général a confirmé que c’est bien les militaires maliens  qui ont été pris à partie. Il a rejeté les déclarations du Mnla accusant les soldats maliens d’avoir procédé à des exécutions sommaires.

La cérémonie du 11 novembre de cette année est aussi le point de départ des cérémonies du centenaire de la Guerre 14-18. Pour l’ancien combattant, Baba Dramé, présent à la cérémonie et qui a servi dans l’armée française dans les années 50, c’est la « France reconnaissante qui revient pour payer la dette ». Il faisait évidemment référence à l’intervention militaire française dans notre pays. « Les relations sont payantes. Si  la relation avec la France est maintenue dans la légalité ça sera une bonne chose », estime l’ancien capitaine de la gendarmerie qui, physiquement, conserve belle allure.

 

Source: Essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *