Alou Coulibaly, maire de la CVI : « Les engagements qui figurent dans notre profession de foi ne resteront pas des lettres mortes »

Ils sont sortis nombreux, hommes et femmes, jeunes et vieux, leaders religieux et traditionnels, des différents quartiers de logements sociaux de Yirimadjo et ceux de tous les autres quartiers de la   commune VI de Bamako, pour célébrer cette joie et affirmer leur soutien au tout nouveau maire de la commune, à la personne de Alou Coulibaly, investi dans ses fonctions le 17 décembre.   C’était au terrain de foot des 1008 logements, en la présence de maitre Demba Traoré représentant du président du parti, non moins le secrétaire politique de la sous-section VI, du secrétaire général de la sous-section Ousmane Samassékou, de la présidente du mouvement des femmes Mme Sawadogo Djélika Dembélé et du président du mouvement des jeunes  Youssouf Konaté. Etait aussi présent, le secrétaire général de la sous section des logements sociaux de Yirimadjo M. Karim Coulibaly.

alou-coulibaly-maire-elu-commune-vi-6

Faut-il le rappeler, le jeune professeur d’Anglais et promoteur d’établissements scolaires, a été investi dans sa fonction de maire, le samedi 17 décembre dernier, en présence des partis membres de  l’alliance autour de l’URD pour la gestion de la commune, alliance qui englobe tous les partis, à part le RPM. Prenant la parole, le secrétaire politique de la sous-section, également secrétaire à la communication du bureau politique national, a au nom du président du parti, l’honorable Soumaila Cissé, réitéré ses salutations et remerciements à l’endroit de la population de la commune VI, sortie nombreuse pour fêter encore cette victoire.  A ses dires, ce résultat est le fruit de l’engagement des militantes, militants et sympathisants de l’URD déterminés à offrir à la commune VI un meilleur cadre de gestion des affaires de cette collectivité. Pour Me Demba Traoré, la section invite les militantes et militants de rester mobilisés et surtout de ne pas céder à la panique et à la provocation jusqu’à la proclamation des résultats définitifs.

« L’admiration et l’espoir suscités par notre Parti sont essentiellement dus à ses valeurs fondatrices, elles-mêmes enracinées dans son attachement indéfectible à la République, à la démocratie, à l’État de droit, à la justice à l’égalité citoyenne, au travail et à la vérité », conclut l’ex-ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine.  Le secrétaire général de la sous-section, Ousmane Samassékou, la présidente du mouvement des femmes Mme Sawadogo Djélika Dembélé et le président des jeunes, Youssouf Konaté, ont tour à tour évoqué dans leurs propos, la prise de conscience chez la population, signe et l’expression de la victoire du parti pour les présidentielles de 2018.

Pour le maire Alou Coulibaly, la célébration de cette victoire démontre l’intérêt des habitants à la gestion de leur commune et leur souhait d’être représenté de manière forte avec sérieux. Alou a assuré : « soyez assurés que les engagements qui figurent dans notre profession de foi ne resteront pas lettre morte. Ils seront mis en  œuvre avec détermination ».  Avant d’ajouter qu’il s’agit de faire un triste souvenir l’expression concentrée des défis nombreux et variés, auxquels les populations de la commune VI sont confrontés au quotidien à savoir : la vie chère ; le chômage et le sous-emploi des jeunes ; l’absence de perspectives pour le 3è âge ; l’insuffisance d’approvisionnement en eau potable ; la corvée quotidienne de la femme et de la fille ;  le travail et l’exploitation des enfants ;  les difficultés d’accès aux soins sanitaires, au transport et à l’électricité ;  les conséquences de l’exode rurale ; l’insalubrité ; la dégradation de l’environnement et du cadre de vie ; la crise du logement ;  l’insécurité ; les difficultés d’accès aux services administratifs de base ;  la spéculation foncière et les avatars de la gestion municipale et locale ; les pesanteurs de toutes sortes qui entravent la pleine émancipation de la femme ; l’absence d’infrastructures et de structures d’appui efficaces à l’entreprise petite, moyenne et grande ; de la corruption, les difficultés d’accès à une justice qui soit transparente et équitable. Le diagnostic sera posé le plutôt possible afin d’apporter les solutions appropriées qui ont toujours manquées au niveau local les prédécesseurs. A la famille URD, il dira : « nous devons poursuivre nos efforts en travaillant toujours dans la paix et dans l’intérêt de notre famille commune nous avions toujours su le faire dans la section ».

Dramane Siaka

Source : Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *