Agitations politiques : Face à la transition militaire, le M5-RFP a changé de fusil d’épaule

Pour sa première sortie d’après son sacre historique et retentissant obtenu le 18 août dernier par la démission du président IBK, il a fallu au M5-RFP de circonscrire son action dans un cadre géographique bien délimité : le Palais de la Culture Amadou Hampaté BA. Les données ont donc changé. C’est le moins que l’on puisse dire quand on sait que le mouvement qui a contribué à la chute du régime IBK, était un abonné à la rue.

C’est d’ailleurs par la rue qu’il a obtenu gain de cause dans sa lutte initiale, celle de chasser le dernier locataire démocratique de Koulouba. Mais face aux militaires ayant parachevé son coup de force, force est de constater que le M5-RFP a perdu de sa verve à plus d’un titre. En effet, face à son premier adversaire qu’il a fini par abattre, l’objectif de ses sorties dans la rue était unique et visait une seule cible. Il s’agissait du départ du président IBK. N’ayant donc pas pu obtenir les effets escomptés de cette victoire, notamment son inclusion à la gestion des affaires post IBK, le M5-RFP qui souffre désormais de la distance prise par l’imam Mahmoud Dicko à son égard, se montre aujourd’hui perplexe et disparate dans le choix de ses cibles. C’est ce qui a sauté aux yeux et aux oreilles le dimanche dernier lors de son meeting dit d’information tenu au palais de la culture. Là, à l’image d’un pleurnichard laissé pour compte dans ses abois consécutifs à un partage de butin duquel il est écarté, le mouvement conduit par l’inusable Choguel Kokalla MAIGA, a fait étalage de réclamations utopiques.

« Notre deuxième exigence est la réalisation d’audits majeures, a déclaré à la tribune Konimba Sidibé, l’un des responsables du M5 cité par RFI. Audit des finances publiques et de la dette intérieure de l’État, audit des institutions de la République, la présidence, l’Assemblée nationale et toutes les autres institutions. » Des réclamations qui font la preuve que le M5-RFP n’a nullement pu assouvir sa soif. Resté plutôt sur son insatiable faim, il ne sait visiblement plus à quel saint se vouer, puisqu’à ces exigences s’ajoutent également une rectification de la transition, la dissolution du Conseil national de transition ainsi que la libération pure et simple de personnalités arrêtées dans le cadre « d’une tentative de déstabilisation de l’État ». Autant dire que les objectifs et les cibles sont multiples cette fois-ci. Le mode opérationnel de la lutte n’en demeure pas moins. La lutte semble quitter la rue pour un lieu fixe et clos. A chaque période ses réalités, d’où la nécessité de changer de tactique face à une transition qui plus est militarisée. Vivement la prochaine sortie du M5-RFP.

André SEGBEDJI

Source: abamako

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *