Affaires religieuses et du Culte : le ministre Koné prend langue avec les faitières

Le Haut conseil islamique du Mali (HCIM), à Hamdallaye ACI, la Conférence épiscopale du Mali (CEM), logée à l’immeuble Jean Marie CISSE, à l’ACI 2000, et l’Association des groupements d’églises et missions protestantes évangéliques au Mali (AGEMPEM), à Niamacoro Cité UNICEF, telles sont les principales structures et organisations auxquelles le tout nouveau ministre des Affaires religieuses et du Culte a réservé ses premières visites de courtoisie. C’était dans la journée du jeudi 08 octobre 2020, en compagnie de quelques collaborateurs de son Cabinet.

 

Au HCIM, le Dr Mahamadou KONÉ et sa délégation ont été accueillis par le 1er vice-président, M. Ibrahim KONTAO, entouré de ses principaux collaborateurs, dont le secrétaire général, le Dr Mamadou DIAMOUTENE, en présence de quelques leaders religieux et autres représentants des démembrements du HCIM.

A la CEM, l’honneur est revenu au secrétaire général, l’Abbé Alexandre DENON, d’accueillir le ministre KONE et certains membres de son staff, en l’absence du Président Jonas DEMBÉLÉ, évêque de Kayes, et du Cardinal Jean ZERBO, en déplacement hors du Mali. M. DENON avait à ses côtés, pour la circonstance, les principaux membres du clergé catholique de notre pays.

A l’AGEMPEM, le Dr KONÉ et sa délégation ont été accueillis par le Révérend Nouh Ag Infahi YATTARA, le Délégué général, entouré de son staff religieux.

A toutes ces étapes, le ministre KONÉ a délivré le même message : « Les religions sont les mêmes ; mais ce sont les pratiques qui sont différentes ; et Dieu est le seul Maître absolu pour le jugement dernier ».

Aussi, a-t-il exhorté à cultiver « l’esprit de tolérance, le droit à la différence et le respect de l’autre dans son choix confessionnel, gages de paix et de cohésion sociale ».

En ce qui le concerne, a rassuré le Dr KONÉ, il a affirmé ne ménager aucun effort pour « un traitement républicain », à équidistance de toutes les confessions et de toutes les tendances sociales ou doctrinales, en faisant prévaloir « l’équité, la justice et la bonne gouvernance ».

« Il n’est pas question pour nous de se substituer aux structures et associations faitières à caractère confessionnel, ni aux leaders communautaires et religieux », a-t-il clarifié, pour se contenter du rôle qui est le sien, celui « d’appuyer et d’accompagner tout un chacun dans la tâche qu’il s’est lui-même assignée ».

Enfin, le ministre KONÉ a sollicité le soutien et l’accompagnement des uns et des autres, chacun dans son domaine de compétences et selon ses moyens, pour « un travail d’équipe au seul service et au bénéfice exclusif de notre pays, le Mali».

En retour, les différents responsables religieux ont apprécié, à sa juste valeur, la visite du Dr KONÉ, comme « une marque de respect et de considération » à leur endroit, avant de formuler « des vœux de réussite personnelle et collégiale » pour le bonheur des Maliens et la grandeur de notre pays dans le concert des nations.

Chacune de ces visites a pris fin par une prière pour « le retour de la paix, de la sécurité et du vivre ensemble » dans notre pays, le Mali, notre héritage commun. 

Source : CCOM/MARC

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *