Affaire des 1000 Tracteurs : Tiébilé rejette les allégations « mensongères… fausses » de la Présidence et TOGUNA SA

Le parti pour la renaissance nationale(Parena) a tenu une conférence de presse, vendredi 09 octobre 2015, sur la situation au Mali, 2 ans après l’investiture du président de la République Ibrahim Boubacar Kéïta. Pour le Parena, les 2 années de gestion du pouvoir du président IBK est tout simplement chaotique.

ibrahim boubacar keita ibk president malien remise dons aide  tracteurs agricole

Au menu, l’affaire des 1000 tracteurs. Tiébilé maintient sa position et met à nu des propos de la présidence et de TOGUNA qu’il qualifie de : « mensonge… Faux »

Cette conférence de presse qui s’est tenue à la Maison de la Presse, a été mise à profit par le président du Parena, Tiébilé Dramé, pour passer au scanner la gestion du régime IBK dans tous les domaines.

« Plus de vingt quatre(24) mois après l’accession d’IBK au pouvoir, le Mali ressemble à un balafon crevé, entre doute, désillusion et désespoir », a introduit  le président du Parena, Tiébilé Dramé, sa lecture sur la gestion d’IBK. A l’en croire, dans leur écrasante majorité, les Maliens continuent à tirer le diable par la queue. Aussi indique-t-il, ‘’qu’un marasme financier sans précédent affecte la quasi-totalité des ménages. Les prix des produits de première nécessité(PPN) augmentent sans cesse’’. Pendant ce temps, poursuit-il, la nouvelle gouvernance instaurée par le président de la République IBK est émaillée de scandales et d’atteintes répétées à la morale.

Selon le Parena, la personnalisation et la personnification du pouvoir ont atteint des proportions jamais égalées dans l’histoire contemporaine du pays avec une implication sans précédent de la famille dans tous les échelons du pouvoir : attribution de marchés publics, nomination et promotion dans l’administration où le mérite est foulé aux pieds.

La situation au nord, le processus de paix et l’insécurité dans le pays

Depuis la signature de l’accord de Ouagadougou en juin 2013, le président du Parena, Tiébilé Dramé indiquera que quatre faits marquant ont caractérisés la situation politique, militaire et sécuritaire au Mali. il s’agit : 1. La défaite militaire et l’humiliation de la nation, le 21 mai 2014, à la suite de la visite du Premier ministre Moussa Mara à Kidal. Le Mali a perdu, ce jour-là, des dizaines d’hommes et d’importants moyens militaires (des dizaines land-cruisers équipés d’armes automatiques, des camions de transport de troupes et des citernes). 2- l’émergence du MAA et du GATIA comme forces militaires au nord ; 3- L’accord pour la paix et la réconciliation nationale résultant du rapport des forces défavorables créé par la visite de Mara et la défaite du 21 mai. 4- la multiplication des attaques contre les populations civiles, les forces armées et les symboles de l’Etat au nord comme dans les régions de Mopti, Ségou, Sikasso et Bamako.

Parlant de l’Accord d’Alger, le Parena a soutenu que malgré les dénégations du président IBK et du gouvernement il n’y a pas l’ombre d’un doute : ‘’ l’Accord d’Alger fera du Mali (s’il est appliqué tel quel) un Etat fédéral. Dans cette nouvelle fédération du Mali, les Régions-Etats seront dirigées par des présidents élus au suffrage universel direct qui sont à la fois chefs du législatif, de l’exécutif et de l’administration…’’

L’affaire des 1000 tracteurs

En ce qui concerne la subvention des 1000 tracteurs du président de la République au profit des paysans, le parti du bélier blanc dira qu’il maintient que l’opération des 1000 tracteurs est une histoire d’un délit d’initié, d’un marché de gré à gré déguisé effectué en violation flagrante de toutes les règles régissant les marchés publics. « C’est aussi l’histoire de surfacturations grossières et de retro-commissions », explique le président Dramé. Avant d’ajouter : « les bénéficiaires et les défenseurs de ce gré à gré déguisé prétendent qu’il y a eu appel d’offres international. Mensonge ! s’il y avait appel d’offres internationale, ils auraient montré les journaux qui ont publiés les annonces ».

D’ailleurs, à en croire le président Dramé, le rapport de la commission de dépouillement est formel : au chapitre publicité, est écrit :’’ néant’’ s’il y a eu appel d’offres, il n’a pas été rendu public. « Or, la non publicité  est une cause de nullité de toute la procédure (article 54-4 du décret n°8-485 PRM du 11 août 2011 abondamment cité par les uns et les autres) », a indiqué le président Dramé. Avant de poursuivre : « dans sa réponse au Parena, Toguna Sa prétend avoir déposé son offre le 30 avril, jour où selon le papier du gouvernement, l’appel d’offres a été rendu public. Faux ! Le rapport de dépouillement est encore formel : Toguna a déposé son dossier le 22 mai, jour de clôture de l’offre et d’ouverture des plis entre 9h20 et 10h… »

Aucun sujet n’aura été occulté par le Parena. De la préoccupante situation sécuritaire, de la situation des Famas, des dépenses de prestiges du président IBK, de la cherté de la vie, les démolitions des logements de Souleymanebougou, en passant par la gabegie, tout a été passé au peigne fin.

En guise de conclusion, le Parena a appelé l’ensemble des Maliens à prendre garde contre la gouvernance patrimoniale instaurée par le président de la République IBK. Une gestion qui, selon le Parena, conduira à la privatisation de l’Etat et mènera le pays au mur.

        Aliou Agmour  

 

Source: Le Pays

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *