Adema-Pasj : Quand le président Tiémoko Sangaré piétine les textes au détriment de la volonté des militants

C’est après un débat houleux que le Comité Exécutif de l’Adema-Pasj en session extraordinaire, a enfin décidé que le parti présentera un candidat à la présidentielle de 2018. Malgré cette décision prise après moult tractations, le président du parti et non moins ministre des Mines, Prof. Tiémoko Sangaré en complicité avec certains cadres ont intention de faire embarquer plusieurs militants dans la dynamique de soutenir une éventuelle candidature du président IBK.     

Onze mois après la conférence nationale du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ADEMA-PASJ) tenue le 25 Mars 2017, le président Tiémoko Sangaré continue de piétiner les textes de son parti au détriment de la volonté de ses militants et militantes. Comment peut-il suivre obstinément le président Ibrahim Boubacar Keita alors que celui-ci n’a jamais déclaré officiellement qu’il sera candidat à sa propre succession ? Même s’il est candidat l’ADEMA-PASJ divisé entre les pro- et anti-IBK pourra t- il lui accorder la victoire au scrutin présidentiel du 29 Juillet prochain? Rien n’est moins sûr.

En tout cas, l’histoire semble se rééditer au sein du parti de l’abeille solitaire.  Lors de la présidentielle 2007, le parti s’était divisé entre  partisans d’un candidat interne du parti et ceux favorables à la candidature d’ATT. Pour sauver les meubles, un certain SoumeylouBoubèyeMaïga, militant du PASJ s’est battu contre vents et marées pour se porter candidat du parti, mais en vain. N’ayant pas obtenu la caution des militants du parti, il est parti  en indépendant pour montrer à la phase du monde qu’il n’est pas celui-là qui marchande son militantisme. Plus de 11 ans après, le parti est rattrapé par ses vieilles casseroles pour le choix du candidat où le président du parti Pr. Tiémoko Sangaré en complicité avec d’autres cadres comme le député Yaya Sangaré veulent piétiner les textes du parti au détriment des militants et militantes au profit de l’actuel locataire de Koulouba.

Croc-en-jambe entre la jeunesse et les vieux du parti

Il existe un croc-en-jambe entre la jeunesse et les vieux du parti des abeilles. La politique alimentaire et du tube digestif sont certainement à la base de cela. Les premiers sont les partisans d’une candidature interne et les vieux sont partisans au soutien à la candidature du président sortant. Lequel soutien étant conditionné aux postes ministériels. Certains occupent déjà des postes dans le gouvernement et n’entendent pas les  quitter contre une quelconque candidature. Entre le besoin de préserver les intérêts de la minorité et la volonté de sauver les honneurs du parti, le fossé est grand. Comment faire pour remédier à cet état de fait. La pente sera difficile à monter dans la mesure où la politique alimentaire est de mise à droit de citer au sein de cette formation politique spécialisée dans l’art de dribler son camarade. Cela est connu de ce parti depuis 2002 date du départ d’Alpha Oumar Konaré du pouvoir. Depuis lors, ce parti n’est pas parvenu à conquérir le pouvoir. Mais, il a aidé les autres à venir au pouvoir. Comment se départir de ce comportement devenu l’art de trahir son camarade ? C’est à cet exercice que s’adonnent les militants du parti. Ils sont divisés entre les  partisans du soutien en place et ceux soucieux de sauver les meubles.

Tientigui

Par Le Démocrate

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *