ADEMA-PASJ: La Commission Moustaph Dicko maintient la pression

Programme de société, programme de développement du parti à moyen terme (2018-2023) et projet de plateforme d’alliance politique sont les trois axes autour desquels s’articule le rapport qui doit être bientôt dévoilé.

parti politique adema pasj conference reunion

L’ADEMA-PASJ, l’un des plus grands partis, sinon le plus grand parti allié du parti au pouvoir (RPM) ne cesse de mettre la pression à travers une fronde que ses barons au sein du gouvernement n’arrivent pas à stopper.

On le sait, à l’approche de chaque échéance électorale, l’ADEMA traverse ces genres de crise.  Et l’élection de 2018 n’échappera pas  à cette logique.

En effet, depuis le début de l’année, une nouvelle organisation interne a fait son apparition au sein de la famille des abeilles dénommée ‘’ SOS sauvons l’ADEMA’’.  Son but est de faire barrage à un éventuel soutien au parti du Président IBK en 2018.

A l’image du clan CMDT qui existe toujours dans le parti, la nouvelle organisation ‘’SOS sauvons l’ADEMA’’ est en train de gagner du terrain. Pour preuve, elle est parvenue à imposer une retraite politique au mois de juin dernier. Retraite politique au cours de laquelle une commission (Commission Moustaph Dicko) a été mise en place pour réfléchir sur la décision à prendre en 2018.

C’est le rapport de cette commission qui est attendu. Mais déjà, certaines indiscrétions révèlent que le contenu de ce rapport  s’articule autour de trois axes majeurs. Selon ces sources, la commission dite Moustaph Dicko est parvenue à la conclusion suivante : le parti ADEMA-PASJ doit rapidement élaborer un programme de société ; il doit aussi le plus rapidement que possible mettre en place les mécanismes de développement du parti à moyen terme (2018-2023) ; le troisième axe consiste à réfléchir sur l’éventualité de la création d’une plateforme politique avec d’autres partis pour mieux conquérir le pouvoir.

Ces trois axes ne prédisent rien de bon pour leur allié le RPM.

1-Elaboration d’un programme de société : S’il arrive à  l’ADEMA  d’élaborer un projet de société, il s’agira sans nul doute de le mettre à la disposition d’un candidat.  S’agira-t-il d’un candidat ADEMA ? Il ne doit pas y avoir de doute là-dessus, car en aucun cas, Ibrahim Boubacar Keita n’acceptera un programme de société d’un autre parti politique même s’il  s’appelle ADEMA.

2-Programme de développement du parti : Le second axe du fameux rapport demande au BPN de l’Adema de réfléchir sur un programme de développement du parti à moyen terme (2018-2023).  En terme clair, il s’agit de procéder au recrutement d’autres militants, faire agrandir le parti, procéder à une nouvelle implantation du parti.

3-Création d’une plateforme politique : Le troisième axe peut être favorable au parti RPM, car il demande au BPN de réfléchir  sur la création d’une plateforme politique qui doit normalement regrouper en son sein plusieurs partis qui iront ensemble à la conquête du pouvoir. Dans ce cas précis, si le RPM parvient à se glisser dans la plateforme, son candidat sera le plus méritant, car il est déjà au pouvoir. Il s’agira juste de lui apporter un soutien pour qu’il soit réélu.

Selon nos sources, ce rapport devait être porté à la connaissance du BPN depuis la semaine dernière, mais par des malices quelques barons ont pu empêcher la réunion qui devrait se tenir autour.  « Qu’il pleut ou qu’il neige, cette réunion va se tenir », s’exclame un des leaders de SOS sauvons l’ADEMA.

En attendant, la pression est maintenue au sein de l’ADEMA. Ceux qui profitent des largesses du pouvoir en place à savoir : des ministres, des députés, des directeurs et  des présidents d’intuitions  veulent tout entendre sauf que l’ADEMA rompt son soutien au Président IBK.

Issa KABA

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *