Accord de paix et de réconciliation : LES GRIEFS DE L’ASSOCIATION ADEMA

L’Adema-association a tenu samedi sa 5è Assemblée générale destinée à dresser le bilan de ses activités de 2011 à 2016 et renouveler ses organes dirigeants

????????????????????????????????????

Devant plusieurs figures du Mouvement démocratique, des députés et anciens ministres réunis à la Pyramide du souvenir, la présidente de l’association « Alliance pour la démocratie au Mali », Mme Sy Kadiatou Sow,  a rappelé que  cette rencontre aurait dû se tenir en 2014 conformément à la durée du mandat du comité exécutif. Mais en raison de nombreuses contraintes, en grande partie liées à la situation de notre pays, l’association n’a pu respecter cette échéance.
L’Assemblée générale devait passer en revue les activités de la période allant de 2011 à mai 2016, procéder à la relecture des statuts et règlement intérieur tel que recommandé par la précédente Assemblée générale et renouveler l’organe dirigeant de l’association.
La rencontre survient à un moment extrêmement difficile pour notre pays et particulièrement éprouvant pour la communauté nationale et pour les amis du Mali, a constaté Mme Sy Kadiatou Sow. « En effet, chaque semaine apporte son lot de morts, de blessés, de victimes innocentes de la barbarie », a déploré l’ancien gouverneur de Bamako qui a fait observer une minute de silence à la mémoire des disparus.
« Notre pays va très mal et nos concitoyens perdent de plus en plus espoir en l’avenir. Notre association continue de croire, et avec une profonde angoisse, que l’accord de paix et de réconciliation issu du processus d’Alger renferme les germes de la discorde », a souligné la présidente de l’Association.
Après avoir détaillé les préventions de l’association vis-à-vis de l’accord, Mme Sy Kadiatou Sow a noté que malgré sa signature  « la situation reste alarmante, l’insécurité s’est installée de façon quasi permanente et générale non seulement dans les régions dites du nord mais aussi, à des degrés divers, sur l’ensemble du territoire malien; chaque jour des soldats maliens et des casques bleus perdent leurs vies dans les régions du nord. Les régions de Mopti et Ségou comptent également leurs morts ».
Regrettant la quasi-inexistence de l’administration et des services de base dans les régions du nord et celle de Mopti et notant que le front social reste en ébullition, la présidente de l’Adema-association a préconisé l’organisation d’une conférence d’entente nationale car « lorsque la Nation est en danger, on en appelle à l’union sacrée ».
Après la relecture des textes régissant l’Association, la rencontre a mis en place un bureau de 28 membres piloté par Mme Sy Kadiatou Sow qui se succède donc à elle-même.
S. DOUMBIA

 

Source: essor

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published.