2ème tour des Législatives en Commune III : Adama Sangaré va-t-il lâcher prise ?

En matière d’élection, la commune III fait la spécificité chaque année dans le district de Bamako. En faussant tous les pronostics, pour élire soit un illustre inconnu, soit le moins nanti. En effet, va-t-on assister à un tel scénario au deuxième tour de cette élection législative ? Un scrutin qui mettra en confrontation, le maire sortant de Bamako Adama Sangaré de l’ADEMA, arrivé avec 5876 voix et Prof Kallilou Ouatarra du RPM qui a engrangé 4261 voix.

 adama sangare maire district bamako election legislative commune3

Mr. Adama B. Sangaré, Maire Bamako District.

Avec ses 23 petits quartiers, la Commune III reste un terrain bien difficile à conquérir par les hommes politiques. Bastion des premiers partis politiques du pays, cette commune offre de nombreux visages et enjeux pour les partis politiques. Selon que l’on soit sur les zones rocailleuses de Samè, Koulouba ou Mikoungo que le terrain plat des quartiers Centre Commercial, Darsalam, N’Tomikorobougou ou Ouolofobougou Bolibana. Ces deux derniers quartiers constituent les plus peuplés de cette commune. Elle, la moins habitée des six communes du district de Bamako. C’est pourquoi elle reste la seule qui donne un seul député à l’Assemblée Nationale contrairement aux cinq autres. Du coup, le challenge est tendu dans cette commune lors de chaque élection, surtout celle de proximité comme les législatives. Ainsi jamais dans cette commune un député élu n’est arrivé à se faire réélire.  Ce n’est pas la perdante, la députée sortante Safiatou Traoré Touré, qui dira le contraire. Elle qui, à la surprise générale a ravi la vedette en 2007 sous la bannière du PCR  aux candidats des grands partis de l’échiquier politique national, notamment le RPM qui voulait renouveler le mandat de son député, Ibrahim Bomboté. Auparavant c’est Me Ibrahim Berthé du CNID qui a mordu la poussière face à Moustapha Soumaré de l’ADEMA en 1997.

Cette année l’ADEMA comme le RPM entendent inscrire au registre des députés de la CIII leur deuxième porte étendard, à savoir : Adama Sangaré et Prof. Kalilou Ouattara.

Adama Sangaré un favori qui doit s’affirmer !
Comme signaler en haut, le maire sortant du district de Bamako, candidat de l’ADEMA, Adama Sangaré est arrivé en première position à l’issue du scrutin du 24 novembre avec 5876 voix. Une victoire qui n’était pas assurée d’avance en raison de la posture des 18 candidats en lice au niveau de cette commune. Parmi lesquels, de véritables grosses pointures dont le maire avec triple mandat à la tête de la même commune, Abdel Kader Sidibé, et Mme la députée de la législature sortante, Safiatou Traoré Touré. Mais, quoi qu’on dise, Adama Sangaré jouit d’une grande popularité en Commune III. Cela, en raison des réalisations qu’il a exécutées dans cette commune durant son mandat à la tête de la mairie centrale de la capitale. Au nombre de ces réalisations, les populations de la commune III ont tiré un grand intérêt des infrastructures routières réalisées dans certains quartiers. Notamment au Badialan I, à Ouolofobougou Bolibana dont ces voies secondaires ont permis de relier l’avenue Kassé Kéita à l’avenue Cheick Zayed. Ainsi que d’autres actions d’urbanisation mises en œuvre sous son égide. A savoir, l’installation des feux tricolores au niveau de certains ronds-points, ainsi que des poteaux d’éclairage public installés sur toutes les grandes artères de la commune.  Sans oublier sa participation personnelle à des actions de décongestion   des collecteurs et caniveaux dans la commune.

Au-delà de ces missions municipales, Adama Sangaré a forgé sa réputation auprès des populations de la CIII dans le social. Habitant de la commune pendant de nombreuses années, sa génération d’amis garde une bonne image de lui, et ne tari pas d’éloges sur sa sociabilité. « Adama en quinze ans de gestion municipale a toujours répondu favorablement aux sollicitations des populations », confie M.C, un habitant de Bolibana.

Certes, le maire sortant du district est garanti du soutien de ses concitoyens de la commune, mais faudrait-il, qu’il dispose d’un staff travaillant dans la consolidation de cet acquis. Etant donné qu’avec le départ de Abdel Kader Sidibé, son parti, l’ADEMA manque de véritables personnalités capables de jouer un second rôle pour faire une mobilisation d’envergure. Tout est centré sur la seule personne du candidat lui-même. D’ailleurs d’aucuns affirment que s’il n’est pas arrivé à gagner cette élection en un seul tour, c’est du à son voyage de plusieurs jours en France au moment où la campagne battait son plein. De nombreux hommes de médias sont frustrés par son attitude de relative suffisance en matière de communication.
Même scénario dans le camp de son adversaire du 15 décembre, le RPM en CIII.

Prof Kalilou Ouatarra, candidat d’un parti qui veille au grain dans la commune !

Estimé comme le parti le mieux implanté en Commune III, le RPM est favorisé d’avoir aussi des militants engagés. Des militants à travers presque tous les quartiers de la CIII, considérés comme du ‘’bétail électoral’’, toujours aptes à battre la mobilisation en période électorale. Dans une commune composée en majorité de jeunes désintéressés à la politique, le RPM arrive toujours a tiré toujours son épingle du jeu. Grâce à une jeunesse militante, prompte à exécuter les consignes du parti. Cela est le cas depuis la création de ce parti. C’est ainsi qu’en CIII, à la surprise générale ce parti a pu élire un député dès le scrutin de 2002. Mais aussi, accorder plus de 90% de voix au score d’IBK lors du premier tour de l’élection présidentielle passée. Cette bonne santé, le RPM en a aussi fait preuve lors de l’élection législative du 24 novembre dernier en troublant les jeux des favoris à la course pour se hisser à la deuxième place avec 4261 voix. Pourtant de nombreux observateurs ne vendaient pas chère la peau de leur candidat, Prof. Ouatarra, moins connu dans la commune.
Déjà le RPM, renforcé par d’autres forces politiques cachées dans la commune, comme l’ADP-Maliba, l’UM RDA, et Sabati 2012 est en train de tisser ses toiles pour créer la sensation au soir du 15 décembre. Surtout qu’il comptera certainement sur l’apport, entre autres, de Abdel Kader Sidibé et la candidate du SYNOUMA, Safiatou Traoré Touré.
Cependant, il aura en face certains de ses anciens dirigeants comme les élus Tidiane Kéita et Salif Sissoko ‘’Brillant’’, de véritables machines électorales au service de Adama Sangaré.

En somme, tout compte fait, la bataille sera rude le 15 décembre prochain en Commune III.

Mais, Adama Sangaré acceptera-t-il de lâcher-prise ?
Moustapha Diawara

SOURCE: Tjikan
Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *