2ème dialogue régional politique du GSEF Identifier les domaines de synergie avec les autres sous-régions

L’hôtel Kempesky de Bamako a servi de cadre, hier jeudi, pour le 2ème dialogue régional politique du Global Social Economic Forum (GSEF), placé sous le thème « L’économie sociale et solidaire pour une urbanisation maîtrisée inclusive des villes africaines ». L’ouverture des travaux était présidée par le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré accompagné par la Secrétaire Générale du GSEF, Laurence Kwark et du représentant du ministère de la décentralisation, Baba Mahamane Maïga.

la faveur du quatrième Forum Mondial de l’Economie Sociale et Solidaire, tenu à Bilbao en Espagne, au mois d’octobre 2018, Mr Park Won-Soon, Maire de Séoul et Adama Sangaré, Maire du District de Bamako, ont été élus co-présidents du GSEF.

Face aux préoccupations sociales et environnementales de notre époque, l’économie sociale et solidaire, à travers ses acteurs, apparaît comme le moteur pour la promotion de l’emploi des jeunes et des femmes et le vecteur du développement socio-économique de nos collectivités territoriales.

Durant deux jours, les participants venus  du Bénin, de la Côte-d’Ivoire, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Togo, du Niger, de la Guinée, du Cameroun et de la Corée du Sud échangeront sur plusieurs objectifs. Il s’agit, d’une part, de faciliter la construction d’une plateforme, donner davantage de visibilité et de reconnaissance aux expériences des gouvernements locaux auprès des décideurs et, d’autre part, sensibiliser les participants sur la contribution des collectivités territoriales en Afrique subsaharienne francophone et identifier les domaines de synergie avec les autres sous-régions impliquées dans les activités de GSEF dans le monde.

Selon le Maire du District de Bamako, Adama Sangaré, l’économie sociale ou économie sociale et solidaire désigne, dans le contexte francophone, la branche de l’économie regroupant les organisations privées qui cherchent à concilier l’activité économique et l’équité sociale.  » Elle met la personne humaine au centre des préoccupations en combinant engagement social et initiative économique pour promouvoir une plus grande cohésion sociale, et partant, une société plus équilibrée et plus équitable « a-t-il martelé.

La Secrétaire Générale du GSEF, Laurence Kwark, a invité les collectivités territoriales africaines à saisir cette opportunité pour tisser une alliance stratégique avec les acteurs de l’ESS, car le chemin historique du développement attend de l’innovation et de la créativité africaine.

Pour sa part, le représentant du ministère de la décentralisation, Baba Mahamane Maiga a tenu à remercier tous les partenaires techniques et financiers pour leur accompagnement constant au processus de décentralisation.

Abdoul DEMBELE

Source: l’Indépendant

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *