1re vice-présidence de l’assemblée nationale : Issaka Sidibé a voulu imposer Guédiouma Sanogo ?

L’homme qui dirige le Parlement en ce moment en veut à son  beau-fils, qui n’est autre que Karim Kéita. Car,  il aurait misé sur ce dernier pour faire passer son choix au poste de 1er vice-président de l’institution. Mais, la pression des députés du RPM a fait changer la donne.

depute honorable issiaka sidibe president assemblee nationale malienne

Les tractations ont fini par amener le consensus, même si cela est un semblant d’entente… Et Issaka Sidibé piaffe d’impatience. Après avoir échoué dans sa quête effrénée d’imposer ses proches. Il tient surtout au Perchoir. Le roi de l’hémicycle a perdu quand même des plumes dans la bataille de placement. Car sa volonté d’imposer le député démissionnaire du parti Fare Anka Wuli, l’honorable Guédiouma Sanogo, au poste de 1er vice-président, a échoué de façon lamentable. Et la grande majorité de sa famille politique s’est montrée unie pour dénoncer son jeu trouble à travers une gigantesque union la veille de l’ouverture de la session. Cette réunion circonstancielle traduit la volonté des amis de Bocari Tréta de ne pas céder devant le président de l’Assemblée nationale. Ils savent qu’ensemble, rien ne peut les ébranler et ils travaillent pour prendre la présidence du RPM.

L’honorable Issaka Sidibé qui ne veut rien lâcher, ou du moins veut créer son propre clan au sein de l’hémicycle pour mieux imposer sa loi aux autres députés de son bord politique, vient d’échouer à sa première tentative.

Ce dictateur au perchoir de l’hémicycle qui veut tout pour lui et son petit clan, peut être dangereux si personne n’arrive à arrêter ses dérives.

La machine RPM à l’Assemblée nationale est donc sérieusement en difficulté. Car son deal n’est toujours pas conclu avec les députés qui ne sont pas du même bord politique que lui, mais font partie de la grande famille de la mouvance présidentielle. Et le fait que son beau-fils Karim Kéita n’ait pas fait peser de son poids auprès de ses collègues pour faire accepter son choix, l’homme aurait une dent dure contre ce dernier. Selon nos sources, l’échec à l’imposition du député Guédiouma Sanogo n’est que partie remise, car il compte rebattre les cartes pour imposer ses hommes à la prochaine session. Heureusement, on n’y est pas encore.

Paul N’GUESSAN

 

Source: Le Prétoire

Vous aimez nos articles, suivez-nous

Articles similaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *